Enseignement supérieur: Les enseignants chercheurs crient leur colère : « Trop c’est trop »


Les enseignants chercheurs manifestent pour la libération de leurs collègues en détention à la Maca.

Les enseignants chercheurs de l’Université Félix Houphouët Boigny (Ufhb) ne veulent plus rester silencieux face à l’arrestation de deux de leurs confrères détenus présentement à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan. Pour exprimer leur désarroi, ils ont manifesté ce jeudi 21 février 2019 dans l’enceinte de l’Ufhb en vue de protester contre l’arrestation de leurs confrères, ainsi que la suspension de huit (08) enseignants.

Vêtus de leur toge solennelle verte ou de blouse blanche pour les médecins, les enseignants de l’université Félix Houphouët Boigny ont sillonné ce jeudi 21 février 2019 les voiries de ladite université pour exprimer leur désarroi. « Trop c’est trop », scandaient ces enseignants qui espèrent obtenir la liberté de leurs collègues en détention à l’heure actuelle à la Maca. Il s’agit du professeur Johnson Kouassi Zamina, secrétaire général de la Coordination nationale des enseignants chercheurs (Cnec) et du Docteur Joël Dadé, enseignant de chimie, interpellés le lundi 18 février 2019 par la police sur le campus de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, puis présentés au procureur de la République avant d’être mis sous mandat de dépôt. Ces deux enseignants auraient été inculpés pour « troubles à l’ordre public, séquestration, menaces et injures ».

Les manifestants ont également brandi des affiches réclamant la démission du prof. Abou Karamoko, président de l’université Félix Houphouët Boigny, qui serait à la base des décisions de suspension, qui ont engendrées la grève pour une durée d’un 01) an décrétée par la Cnec.

 

Maxime KOUADIO

Maxime KOUADIO (Stg)

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte