Education nationale : Kandia-Syndicats, confusion totale, le Cosefci déchire la trêve du gouvernement, la réunion fini en queue de poisson


La ministre Kandia Camara estime que la paix est revenue dans le système éducatif, contrairement aux enseignants, qui continuent de brandir la menace

Annoncé en grande pompe, la rencontre entre la ministre de de l’Education nationale et de l’Enseignement technique, Kandia Camara et les syndicats de l’éducation nationale de Côte d’Ivoire aura enfanté d’une souris. Elle se sera terminée dans la confusion, chaque partie restant quasi-campée sur sa position.

La coalition des syndicats du secteur éducation-formation (Cosefci), l’une des plus grandes faitières du secteur de l’éducation, qui mène la lutte pour l’amélioration des conditions de vie des enseignants, ces temps-ci, a jugé infructueuse la rencontre qu’il y a eu avec le ministre de tutelle, ce vendredi 17 mai 2019. Par conséquent, cette coalition n’entend pas lever son mot d’ordre de grève et compte poursuivre ce mouvement déclenché, le mardi dernier, dans les jours à venir.

Serge Pacôme Attabi, porte-parole de ladite coalition, et ses camarades soutiennent que le gouvernement ivoirien n’a pas une réelle volonté d’aller à la résolution des problèmes des enseignants du secteur éducation-formation de Côte d’Ivoire. « Nous venons d’une rencontre avec madame le ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement technique. Il faut noter que les échanges se sont déroulés dans une ambiance conviviale. Ça a été quelque chose de très positif que nous, Cosefci, avons salué. Cependant, quant à nos revendications, nous n’avons pas noté de volonté réelle du gouvernement d’aller à la résolution de nos problèmes. Le destin des enseignants de Côte d’Ivoire se trouve entre leurs propres mains. Nous, directoire, nous restons fermes dans notre conviction de conduire le mouvement que les enseignants de Côte d’Ivoire voudront bien nous confier ». Le leader de la Cosefci a indiqué qu’un point sera fait à leurs camarades mandants. Ensuite, ils informeront l’opinion de la conduite qui sera définie. « Nous n’avons pas suspendu le mot d’ordre de grève. Le mot d’ordre coure toujours. Nous appelons le gouvernement à aller plus vite pour que le climat soit plus rassurant avant d’aller aux examens scolaires, parce que nous comprenons sa démarche, mais elle n’est pas du tout rassurante. », a dit Pacôme Attaby, à l’issue de la rencontre avec la ministre Kandia Camara.

Cette rencontre aura duré un peu plus de deux (02) heures au cabinet de la ministre de l’Education nationale à Abidjan-Plateau. Contrairement aux syndicalistes, Kandia Camara, elle, estime que la paix est revenue dans le système éducatif ivoirien au terme de ces échanges qu’elle a eus avec les acteurs. « Nous nous sommes entendus sur plusieurs points. Pour l’heure, certains points n’ont pas encore été résolus. Nous allons continuer de discuter sur les points qui n’ont pas encore été résolus. Les discutions vont se poursuivre au niveau du Premier ministre. Nous nous sommes entendus sur le fait que l’année scolaire s’achève en beauté pour que les examens puissent avoir lieu. Notre intérêt aujourd’hui est de faire en sorte que l’éducation soit de qualité. Nous partons d’ici tous satisfaits. La chose la plus importante, c’est l’intérêt de nos enfants », a résumé la ministre.

Faut-il, le rappeler, le système éducatif ivoirien est secoué par une crise sans précédent. Après plusieurs négociations infructueuses avec le gouvernement ivoirien, le Cosefci, qui avait paralysé l’école par son mot d’ordre de grève lancé en début d’année, avait suspendu ce mouvement pour une durée d’un mois, le temps de laisser une chance aux négociations. Mais, l’école ivoirienne, de nouveau revenir sur les rails, n’est pas encore à l’abri du spectre d’une année blanche. Depuis le mardi 14 mai 2019, la grève a repris de nouveau, même si elle est partiellement suivie sur toute l’étendue du territoire nationale. Une situation qui plonge le système éducatif dans l’agonie. Malheureusement, entre syndicats et gouvernement, on parle des langages différents, et tout se mélange à nouveau.

Maxime KOUADIO

Maxime KOUADIO (Stg)

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte