Education nationale : Les revendications des enseignants toujours sans suite, ce que prévoit l’Isepp-CI


Education nationale : Les revendications des enseignants toujours sans suite, ce que prévoit l’Isepp-CI
Les dirigeants de l'Isepp-ci non encore satisfaits après avoir levé leur mot d'ordre de grève

Les syndicats des enseignants, qui avaient lancé des mots d'ordre de grève pour paralyser l'école restent encore en attente de la prise en compte de leurs revendications, après avoir repris les cours.

Après les différentes crises qui ont secouées le système éducatif ivoirien, l’heure est à l’accalmie. L’année scolaire s’achève peu à peu en beauté éloignant le spectre de l’année blanche dans le secteur éducation-formation du pays. Les cours ont certes repris, cependant les points de revendications des enseignants du primaire public ivoirien, à l’origine des incessantes grèves n’ont pour l’heure été résolues. Réunis en Assemblée générale, le samedi 08 juin 2019 à Abidjan-Cocody, l’intersyndicale de l’enseignement préscolaire et primaire de Côte d’Ivoire (Isepp-CI) a passé en revue les revendications majeures des enseignants du primaire public de Côte d’Ivoire. Des revendications qui, si elles ne sont pas résolues risqueraient d’entacher la rentrée scolaire de septembre prochain.

Aux nombres de ses revendications, figurent en premières lignes les questions de profil de carrière, de revalorisation de l’indemnité de logement, de suppression des cours de mercredi, des ponctions et des effets collatéraux des grèves. Sur ces questions, Bli Blé David, porte-parole de l’Isepp-CI demeure intransigeant. En effet, il demande au gouvernement ivoirien de mettre tout en œuvre en vue de régler les maux de l’école ivoirienne. « C’est pour cette raison que l’Isepp-CI prend ici et maintenant l’opinion nationale et internationale à témoin à l’effet d’apprécier à sa juste valeur sa détermination à ramener la sérénité à l’école. Nous avons exhorté le gouvernement, avec à sa tête le premier ministre en qui nous plaçons tous nos espoirs, à un traitement bienveillant et diligent pour les questions qui ont fait aussi l’objet d’accord que désaccord et particulièrement les questions de l’indemnité de logement et des cours de mercredi. », a soutenu porte-parole de l’Isepp-CI

S’adressant aux membres de son syndicat, Bli Blé David, les a rassurés de son entière disponibilité à œuvrer pour le bien être de sa corporation. A ceux qui jusque-là, n’apprécient guère la levée du mot d’ordre de grève, le premier responsable de l’Isepp-CI leur a fait savoir que le dialogue entamé avec le gouvernement ivoirien n’est pas synonyme de la faiblesse de son syndicat. Mieux, précise-t-il, c’est une arme qui permet de revenir sur les points d’insatisfaction de façon permanente. « Je voudrais dire aux enseignants du préscolaire et du primaire de garder toute leur confiance dans notre faitière car un travail remarquable est en train d’être fait pour les syndicats de notre ordre d’enseignement. », a martelé Bli Blé David pour clore ses propos.

Faut-il, le rappeler, l’intersyndicale de l’enseignement préscolaire et primaire de Côte d’Ivoire avait mené une grève du 10 au 13 décembre 2018. Puis du 04 février au 02 mars 2019 et avait suspendu son mot d’ordre de grève le 03 mars 2019 pour aller à la table des négociations avec les autorités ivoiriennes.

Maxime KOUADIO

Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte