Côte d'Ivoire

Aéroport d’Abidjan : Le personnel prépare une grève, la raison de la colère des syndicats


10/06/2019
Aéroport d’Abidjan : Le personnel prépare une grève, la raison de la colère des syndicats
Les syndicalistes se sont mobilisés massivement pour prendre part à l'assemblée générale extraordinaire

Deux syndicats du national aviation service (NAS), en l’occurrence le syndicat du personnel d’assistance aux aéroports de Côte d’Ivoire (Sypaaci) et le syndicat national des agents d’assistance en escale de Côte d’Ivoire (Synaaeci) ont tenu une assemblée générale extraordinaire, le samedi 8 juin 2019, au groupement de sécurité aéroportuaire de la gendarmerie nationale (GSA-GN) pour interpeller les autorités sur certains faits et menacer d’entrer en grève si leurs revendications ne sont pas satisfaites.

Les travailleurs de NAS Ivoire, réunis au sein du syndicat du personnel d’assistance aux aéroports de Côte d’Ivoire (Sypaaci) et du syndicat national des agents d’assistance en escale en Côte d’Ivoire (Synaaeci) étaient en assemblée générale extraordinaire, le samedi 8 juin 2019, au groupement aéroportuaire de la gendarmerie nationale. Ils menacent d’entrer en grève si leurs revendications ne sont pas satisfaites au bout de 15 jours.

Quatre points étaient à l’ordre du jour de cette assemblée générale extraordinaire : les primes aéroportuaires, la grille salariale, le plan social et divers.

Selon le secrétaire général du Sypaaci, Kpagnibo Clément, lesdites primes font l’objet de revendications depuis 2017. « Au sortir de ces revendications, nous avons obtenu des accords avec la direction générale. Le premier accord stipulait le principe d’octroi des primes aéroportuaires. Le deuxième stipulait l’octroi des primes aéroportuaires avec la rétroactivité. En réalité, ces primes ont pris effet en mars 2018. Mais malheureusement, elles ont été données physiquement en janvier 2019 », a-t-il déclaré, avant de dire que sur une somme d’environ 400 000 francs cfa attendues, c’est seulement 30 000 francs cfa seulement que 85% des agents a perçu : « Ce n’est pas les 30 000 francs qui sont mis en cause, mais c’est la rétroactivité et la manière. Parce qu’il y a une discrimination dans la rétribution de cette prime ».

Il a précisé que « Les 85% attendent 10 mois de rétroactivité tandis que les 15% qui n’ont encore rien perçu attendent 14 mois de primes.

Concernant la grille salariale, Kpagnibo affirme que « Quand nous sommes arrivés à NAS Ivoire, nous avons décrié la grille qui était là parce qu’il y avait beaucoup de disparité ». Très ovationné par l’assemblée, le Sg du Sypaaci a dit que la direction a appliqué une grille que le syndicat n’a pas ratifiée alors « qu’il y avait de petits points à régler ». Il a donc appelé à la négociation pour réviser cette grille et « aplanir les disparités ».

« La régie c’est le service qui gérait le service assistance en escale à l’aéroport. L’Etat de Côte d’Ivoire a privatisé cette régie et l’a concédée à NAS Ivoire. Quand nous sommes arrivés à NAS Ivoire, nous avons décrié la grille qui était là parce qu’il y avait beaucoup de disparité. Le personnel venu d’une autre entreprise avait sa grille salariale. Donc il fallait faire une grille. Depuis que nous avons fait cette grille, il y avait de petits points, à régler. Ce sur quoi nous sommes mis d’accord avec la direction pour régler ces questions, avant de ratifier la grille. Mais au moment venu, la direction n’a pas voulu s’asseoir avec nous pour les régler. Parce que certains de nos camarades venaient d’obtenir des promotions. Il fallait donc actualiser leur salaire conformément à la nouvelle grille. », a-t-il expliqué.

Pour le troisième point relatif au plan social, le Sg du Sypaaci nous a appris que le personnel est soumis à un perpétuel endettement. « Nous sommes dans une entreprise qui a un capital de 6 milliards. Bon nombre d’entreprises sur la plateforme aéroportuaire disposent d’un plan social. Nous n’en avons pas. Nous sommes soumis perpétuellement à des endettements. Aucun plan social n’existe. Nous appelons à la négociation. Mais malheureusement depuis deux ans, la direction refuse de discuter avec nous. »

Clément Kpagnibo a profité de cette assemblée générale pour interpeller le chef de l’Etat. Les deux syndicats prévoient d’entrer en grève si leurs revendications ne trouvent pas d’oreilles attentives auprès de la direction générale de NAS. Le personnel donne 15 jours pour si possible entamer les négociations. Passé ce délai, il lancera un préavis de grève. « Dans ces 15 jours, nous irons vers les autorités compétentes, notamment l’ANAC, les organisations syndicales centrales, la Commission nationale des droits de l’Homme, les ambassades, les chancelleries pour expliquer cette violation de nos droits. ».

Par ailleurs, le Sg du Sypaaci qui se dit menacé a confié que son badge ainsi que ceux de Loko Carmel Ephrem (Sg du Synaaeci) et de son adjoint Bamba Daouda ont été désactivés. Il demande leur rétablissement immédiat.

Pour rappel, ces différentes structures de NAS ont le monopole de l’assistance. Sans elles, il n’y a ni embarquement sur un vol ni atterrissage. Autrement dit, sans elles, il n’y a aucun départ, encore moins d’arrivée.

 

Adolphe ANGOUA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte