Côte d’Ivoire : Le PCA de la Mugefci, Mesmin Komoé prend les rênes d’une organisation de la société civile

Mesmin Komoé : « On ne se taira pas sur ce qu’il y’a à dénoncer »
13/06/2019
Côte d’Ivoire : Le PCA de la Mugefci, Mesmin Komoé prend les rênes d’une organisation de la société civile
Mesmin Komoé juge anormal que les politiques prennent des décisions pour la société civile sans tenir compte des opinions de cette dernière.

Le président du Conseil d'administration de la Mutuelle générale des fonctionnaires et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire (Mugefci) vient d’être bombardé à la tête d’une organisation de la société civile.

Alors que son mandat à la tête de la Mutuelle générale des fonctionnaires et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire (Mugefci) tire à sa fin, Mesmin Komoé, vient d’être élu président d’un groupement de la société civile dénommée Groupe solidarité-égalité pour un mandat de cinq (05) ans. Il a été élu à l’unanimité lors d’une Assemblée générale qui s’est déroulée le mercredi 12 juin 2019, à Abidjan-Plateau. A en croire les organisateurs, le groupe solidarité-vie créé à la faveur des élections de 2017 autour du candidat Mesmin Komoé pour le renouvellement des instances dirigeantes de la Mugefci est dorénavant une organisation qui se veut être le garant moral de la politique ivoirienne. En effet, cette organisation compte réussir à transformer la solidarité obligatoire, née du mode d’adhésion obligatoire en une solidarité plus agissante, volontariste.

A peine élu, Mesmin Komoé comme d’accoutumée, promet que son organisation à l’instar du Mouvement ivoirien des instituteurs pour la défense de leurs droits (Midd) prendra une part active dans le développement de la Côte d’Ivoire. «  Le groupe solidarité égalité qui vient d’être mis en place ne va pas être un enjoliveur de cause parce qu’au niveau de la société civile ivoirienne, nous avons malheureusement constaté que beaucoup d’organisations existent mais ont ce rôle d’enjoliveur. On ne les voit que pour valider les plans déjà faits. Et nous aujourd’hui, fonctionnaires de Côte d’Ivoire, nous ne voudrions pas être passifs dans tout ce qu’il y’a comme plan de développement pour les fonctionnaires. Il ne faudrait pas qu’on écrive l’histoire du fonctionnaire en dehors du fonctionnaire lui-même. Nous voudrions être un acteur majeur dans le développement de la fonction publique. Nous voulons être un acteur majeur dans le développement de notre pays. Et nous pensons qu’avec le binôme de valeurs qui nous incarne, à savoir solidarité et égalité, nous allons y parvenir.», a martelé le président du groupe égalité-solidarité.

Mesmin Komoé juge en effet, anormal que les politiques prennent des décisions pour la société civile sans tenir compte des opinions de cette dernière. « Ce groupe va se mobiliser, donner son opinion. Nous n’allons pas rester inactifs. Nous allons agir sur tout ce qu’il y’a comme programmes gouvernementaux, sur tout ce qu’il y’a comme plans gouvernementaux pour que le fonctionnaire puisse y trouver son compte parce qu’il est quand même aberrant que le fonctionnaire ivoirien soit le dernier d’une société. Malheureusement, on ne mesure la valeur d’un homme que par ses réalisations matérielles. Il est quand même aberrant que l’Administration ivoirienne ne soit pas performante alors qu’elle est censée recruter les travailleurs les plus performants. Pourquoi le privé est beaucoup plus performant que le public en Côte d’Ivoire ? La question reste posée. Est-ce congénitale ? Est ce qu’on ne peut pas la corriger ? Nous pensons que oui. Bien entendu, en nous fondant sur les valeurs de notre groupe, à savoir la solidarité et l’égalité et le fait d’intérioriser en nous même le fait que nous devrions bâtir une société plus forte, beaucoup plus juste.», a dit le président de la Mugefci. Puis de poursuivre : « Je pense que les politiques se battent pour nous société civile. Mais il est bon qu’on construise notre avenir en nous associant à cet avenir. Nous avons quand même l’âge où nous pouvons décider par nous-mêmes et pour nous-mêmes ce qui est bon pour nous. Que les politiques acceptent que nous puissions les accompagner dans les décisions à prendre. L’avantage que nous avons, nous sommes société civile, c’est que nous ne tirons pas notre pouvoir de la volonté d’un homme politique de sorte que n’ayant pas quelques peurs de perdre quelques avantages liés à des tabourets qu’on occupe. On ne se taira pas sur ce qu’il y’a à dénoncer », a dit Mesmin Komoé qui entend contribuer à l’amélioration des conditions de vie de l’ensemble des fonctionnaires et des agents de l’Etat de Côte d’Ivoire qu’ils soient en activité ou à la retraite.

 

Maxime KOUADIO

                                                                                                                                    

Previous ◁ | ▷ Next
 

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte