Grand Carrefour de Koumassi : Voici les raisons de la présence de l’armée, le préfet d’Abidjan prend 04 mesures importantes contre les syndicats des transporteurs


Grand Carrefour de Koumassi : Voici les raisons de la présence de l’armée, le préfet d’Abidjan prend 04 mesures importantes contre les syndicats des transporteurs
Le préfet d'Abidjan, Toh Bi Irié a mis en garde les syndicats de transporteurs après la bagarre rangée du lundi 10 juin dernier.

Après les vagues d'affronteemnts entre les différents leaders syndicaux de transport du grand carrefour de la commune de Koumassi qui ont causées une perte en vie humaine, l’heure est à l’accalmie. Le périmètre est en permanence surveillé par les forces de police et de la gendarmerie. Cette présence de l’armée donne quelques inquiétudes aux usagers et riverains peu habitués à une meute policière. De quoi fait réagir les autorités du pays. En visite dans la commune de Koumassi, le mercredi 12 juin 2019, le préfet d’Abidjan, Toh Bi Irié a pris quatre (04) mesures dans l’optique de ramener la quiétude dans la localité et plus précisément dans le secteur du transport.

Toh Bi Irié a en effet mis en garde les syndicats de transporteurs après la bagarre rangée du lundi 10 juin dernier, qui a occasionné un mort et plusieurs blessés. Il a annoncé la fermeture de la gare routière de Koumassi et aussi l’arrestation de plusieurs syndicalistes, coupables de violence sur autrui. « J’ai entendu des noms, mais ce n’est pas là le problème. Il y a des grèves et des désaccords dans plusieurs corporations, mais il n’y a jamais eu de mort. J’ai été à l’abattoir de Port Bouët par exemple pour discuter avec les chevillards, des personnes qui travaillent avec des couteaux et des machettes, suite à une grève en leur sein. Mais, jamais on n’a entendu qu’ils se sont découpés à la machette. Mais pourquoi c’est toujours au niveau des syndicats de transporteurs qu’il y a ce genre de violence. C’est inacceptable. Pourtant j’ai entendu quelqu’un faire une prière et un autre citer des lois. Cela veut dire que vous avez Dieu et la connaissance. Malheureusement vous n’arrivez pas à vous entendre. Nous avons donc décidé de prendre des mesures pour ramener le calme et assainir le secteur », a martelé le Préfet avant de mettre en exergue les mesures prises pour rétablir l’ordre dans le secteur.

Des mesures qui partent de la fermeture de la gare des ‘’worô worô’’ à l’autorisation de ces syndicats à l’exercice de leur métier. « La première mesure, c’est la fermeture de la gare. La deuxième, la Police et la Gendarmerie vont traquer les coupables de ces actes répréhensibles afin de faire respecter la loi. Voilà pourquoi vous constatez plusieurs cargos en patrouille dans la commune. La troisième mesure,  5 personnes ont déjà été déférées au parquet. Enfin, puisque c’est la préfecture qui donne l’autorisation aux syndicats d’exercer, elle pourra la leur retirer s’ils ne respectent pas les règles en la matière et même les dissoudre quand il le faut. Nous veillerons à la stricte application de ces mesures », a fait savoir le préfet d’Abidjan, avant de demander aux différents protagonistes d’user du dialogue pour régler leurs différends, au risque de se voir retirer leurs autorisations d’exercer.

Faut-il, le rappeler, lundi, la commune de Koumassi a été le théâtre d’affrontements entre des groupes de transporteurs, armés d’armes blanches. Le bilan a fait état d’une perte en vie humaine et de plusieurs blessés. A l’origine de la bagarre, une guerre de leadership entre Achi Moïse, actuel président du syndicat des transporteurs de Koumassi, et Sansan Ludovic, responsable communal du secteur du transport.

 

Maxime KOUADIO

Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte