Eaux : Les pays du Bassin du Volta réfléchissent sur une gestion intégrée


25/06/2019
Eaux : Les pays du Bassin du Volta réfléchissent sur une gestion intégrée
les pays du bassin veulent prévenir les catastrophes naturelles

Les effets néfastes des changements climatiques ont fini par convaincre l’Autorité du Bassin de la Volta (ABV) à mettre sur pieds un projet de gestion des inondations et des sécheresses dans le bassin versant de la Volta. L’atelier de lancement de ce projet se déroule les 25 et 26 juin 2019 et sera suivi d’une rencontre avec des partenaires d’exécution les 28 et 29 juin 2019, dans un réceptif hôtelier dans la commune de Marcory.

Sous l’impulsion de l’ABV qui est constituée de six pays (sont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, Le Ghana, le Mali et le Togo) en collaboration avec le Partenariat de l’Eau de l’Afrique de l’Ouest (GWP-AO), l’Organisation Mondiale de la Météorologie (OMM), des experts dans le domaine de l’hydraulique et de la météorologie sont en train de réfléchir sur le projet régional « Intégrer la gestion des inondations et des sécheresses et l’alerte rapide pour l’adaptation au changement climatique dans le Bassin de la Volta ».

Dans son discours d’ouverture, le colonel Kouamé Martial Mé, représentant le ministre des Eaux et Forêts, Alain Donwahi, a instruit sur le bien-fondé de ce projet. « Le projet que nous lançons aujourd’hui constitut une opportunité de plus pour le GWP-AO de renforcer ses partenariats et surtout de contribuer à la réalisation de l’objectif de développement durable et notamment sa cible dans la région Afrique de l’Ouest, cible relative à la mise en œuvre d’ici 2030, d’une gestion des ressources en eau à tous les niveaux, y compris au moyen, de la coopération transfrontalière selon qu’il convient. » a-t-il indiqué.

Directeur exécutif de l’Autorité du Bassin de la Volta, Robert Dessouassi, a d’abord relevé que les effets néfastes du changements climatiques dates des années 70-80. Pour lui, Ils affluent sur la qualité de vie des populations et donc il appelle à œuvrer pour un franc succès de ce projet. « Pour ma part, le succès et surtout la pérennisation des acquis d’un tel projet, dépendent inéluctablement, d’une veille environnementale systématique quotidienne sur chaque portion nationale du bassin ; ce suivi régulier et soutenu relève du domaine régalien et/ou de la souveraineté de chaque Etat membre de l’ABV » a-t-il fait savoir.

Ce projet s’inscrit dans le cadre global du Programme Associé de Gestion des Crues (APFM). Le programme Apfm est une initiative conjointe de l’OMM et du GWP qui promeut d’une démarche pour assurer que la gestion des inondations soit incluse dans toutes les réflexions et les actions relatives à la gestion intégrée des Ressources en Eau (GIRE) à tous les niveaux.

 

Alain B. Zadi

Alain Zadi (stg)

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2