Consommation de ‘’Koutoukou'' mortel à Abatta : Le témoignage pathétique d’une victime, après 48 heures de coma


08/07/2019
Consommation de ‘’Koutoukou'' mortel à Abatta : Le témoignage pathétique d’une victime, après 48 heures de coma
Des fûts de koutoukou découverts

Wilfried Z. un rescapé du breuvage mortel ayant endeuillé le village d’Abatta a fait un témoignage pathétique, après 48 heures de coma.

‘’Le dimanche (ndlr, 30 juin 2019) nuit, je passais quand j’ai vu un camarade qui se tordait de douleur où on vend le koutoukou. Des camarades et moi, nous l’avons alors conduit au centre de santé. Il est décédé, quelque temps après. Je suis retourné où on vend le koutoukou pour informer ceux qui étaient là, vers 21h. Comme ce que j’ai vécu, à savoir, suivre la mort du camarade, en direct était difficilement supportable, j’ai demandé à prendre un verre de koutoukou. Après, je suis rentré chez moi. Mardi, j’ai commencé à avoir des maux de ventre, j’avais des problèmes pour respirer et j’avais le vertige. C’est que ces maux venaient et disparaissaient. Mais mercredi, ça n’allait plus. On m’a conduit à l’hôpital. J’avais perdu connaissance'’, a témoigné Z. Wilfried, un habitant du village d’Abatta, dans la sous-préfecture de Bingerville, au sud d’Akouédo, sorti de l’hôpital, le vendredi 5 juillet 2019, quelques minutes, avant nos échanges téléphoniques. Selon notre interlocuteur, au moment où il a retrouvé ses esprits, ils étaient cinq (5) à être gardés à l’hôpital. ‘’ Deux étaient sortis, hier (ndlr, jeudi) et deux devaient sortir, aujourd’hui (ndlr, vendredi)'’, a-t-il poursuivi, avant d’inviter les populations à s’éloigner des ‘’koutoukoudrome'’, vu ce qu’il a vu la mort à laquelle il a échappé par la grâce de Dieu.

Il faut rappeler que dimanche, après avoir consommé la boisson locale koutoukou, des personnes ont commencé à avoir la diarrhée, des douleurs abdominales, des vomissements, des troubles respiratoires et des convulsions. A en croire le préfet d'Abidjan, Toh Bi Vincent, les forces de sécurité et les services sanitaires ont constaté le décès d’un (01) individu, le 30 juin 2019, de trois (3) individus le 1er juillet 2019 et de deux (02) individus le 2 juillet 2019, soit un total de six (06) décès dans le village d’Abatta. Mercredi, la gendarmerie, la police de Bingerville et des agents du ministère de commerce ont découvert, dans le dos d'un bistrot, 30 fûts de 200 litres, chacun. Par mesure conservatoire, tous les débits de boisson (ndlr, gbèlèdrome ou lieu de vente et de consommation du ''koutoukou'' et toute autre liqueur ou boisson non hygiénique), maquis, bistrots, boîtes de nuit du village ont été fait fermer par le préfet d’Abidjan. Celui-ci a demandé aux populations d’Abidjan de s’abstenir de consommer le koutoukou.

Dominique FADEGNON

1 | 2