Mairie, Districts et Conseils régionaux/ Une autre crise guette le pouvoir, ce qui est à l’origine de la protestation des agents


09/07/2019
Mairie, Districts et Conseils régionaux/ Une autre crise guette le pouvoir, ce qui est à l’origine de la protestation des agents
Les trois leaders syndicaux qui forment le Collectif des syndicats du personnel des collectivités territoriales.

Les agents des collectivités territoriales (mairies, Districts et Conseils régionaux) sont très remontés en ce moment. La raison, ils dénoncent la procédure d’application du déblocage des avancements pratiqués par leur tutelle.

Selon le Collectif des syndicats du personnel des collectivités territoriales, qui a adressé un courrier au Directeur général (Dg) de la direction générale de la décentralisation et du développement local (Dgddl), le 24 juin 2019, avec pour objet « Contestation de la procédure d’application du déblocage des avancements », il urge de revoir le mode de calcul avant toute application du barème établi. « A la suite de la grève du 11 au 13 avril 2018, qui a découlé sur la prise du télégramme n°142/Mis/Dgddl/Dpct/Sdpct du 11 avril 2018, relatif au déblocage des avancements avec effet financier des agents des collectivités territoriales et entités décentralisées particuliers, nous, Collectif des syndicats des collectivités territoriales représentant des agents recrutés localement, nous avons constaté, avec amertume, que vos services ont imposé de façon cavalière, une méthode de calcul avec pour support un barème applicable aux Districts et Conseils généraux, appelé 696.

Parallèlement, l’ancienneté n’a pas été prise en compte totalement, et ils ont procédé à un reclassement catégoriel. Compte tenu de l’enjeu que représente la mise en œuvre de ce déblocage, la logique aurait voulu que cela se fasse de façon consensuelle, dans l’intérêt des travailleurs et de la commune », soutient ledit courrier dont copie nous est parvenue, le vendredi 5 juillet 2019. Pour un règlement définitif de la situation, les responsables syndicalistes formant ce Collectif : Synapecoci pour Albert Vouandé ; Synamci pour Karim Sanou et Synapecodi pour Mel Séverin, appellent instamment la Dgddl à une « discussion urgente pour le recadrage de cette mesure ». Autrement, soutient Sanou Karim, ils se verront dans l’obligation, d’user de toutes les voies légales pour parvenir à leur fin.

 

Séverin DJAHA

Severin Djaha

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2