Inondation en Afrique de l’ouest : Des experts en conclave à Abidjan pour la recherche de solutions


14/08/2019
Inondation en Afrique de l’ouest : Des experts en conclave à Abidjan pour la recherche de solutions
Ces experts en sciences spatiales entendent fournir des données fiables pour limiter les dégâts de l'inondation en Afrique de l'ouest

Chaque année, les citoyens ouest-africains font face à des pluies torrentielles qui aboutissent à des inondations aux conséquences graves. Pour prevenir ces catastrophes, des experts en sciences spatiales sont en conclave ce mercredi 14 août 2019 au pôle scientifique de l’université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan-Bingerville. Durant trois (03) jours, ces experts réfléchiront sur les mécanismes de collectes de données spatiales et de prévention des inondations. Et ce, en vue de mettre les populations à l’abri de tout danger.

Il s’agit en effet, pour ces experts en sciences spatiales, de fournir à termes des données en temps réel aux communautés ou populations constamment touchées par les inondations (agriculteurs, commerçants et pêcheurs), aux organismes de gestion des catastrophes afin d’éviter des pertes en vie humaine. « L’inondation est un élément parmi les fléaux qui dévastent. Et la Côte d’Ivoire n’est pas exempte de cela. Nous voulons donc utiliser les sciences spatiales comme c’est le cas dans les pays développés pour avoir des informations quasiment en temps réel sur non seulement les causes de l’inondation mais aussi les impacts, les dégâts des inondations. Mais mieux, nous voulons les utiliser pour secourir les personnes, les animaux et les biens.», a dit le professeur Tidiane Ouattara, expert en sciences spatiales et coordonnateur du programme Gmes and Africa (à la commission de l’Union africaine).

En effet Gmes and Africa est un partenariat conjoint entre la commission de l’Union africaine et la commission européenne qui vise à utiliser des images satellites pour la gestion de l’environnement. « L’atelier de ce jour vise à regrouper les membres, les participants et les membres d’un consortium constitué par les institutions venant de cinq pays, le Bénin, le Ghana, le Burkina, le Nigéria, la Côte d’Ivoire. Ce sont les experts qui vont utiliser l’observation de la terre pour résoudre les enjeux de l’inondation dans ces cinq pays. Il ne s’agit pour les sciences spatiales de résoudre tous les problèmes de l’inondation parce qu’il y a d’autres facteurs qui ne dépendent pas des sciences spatiales mais qui dépendent du comportement humain, mais les sciences spatiales fournissent les informations critiques et capitales aux décideurs afin de développer des solutions.», a fait savoir prof. Tidiane Ouattara, avant de se prononcer sur les causes des inondations.

Des inondations qui, à l’en croire, sont en partie dues à l’action de l’homme. « Les causes de l’inondation sont multiples. Ça dépend de chaque endroit. Il y a la topographie qui peut en être une cause, il y a le comportement humain. Par exemple, les constructions sur les cours d’eau ou sur le chemin de l’eau. Ça bloque l’eau. L’eau va bifurquer, l’eau stagne. En stagnant, ça occupe de l’espace. Chaque cas est individuel. Ce que les sciences spatiales font c’est de produire les informations à temps réel pour chaque cas, ce qui en fait un outil très puissant.», a indiqué le coordonnateur du programme Gmes and Africa à la commission de l’Union africaine.

Pour Docteur Agbaje Ishola, coordonnateur sous régionale des services de surveillance et d’évaluation des inondations à différentes échelles en Afrique de l’ouest (Mifmass), l’heure est à l’unité dans la lutte contre ce fléau qui endeuille chaque année les pays. « Nous invitons les agences de météorologie, de l’environnement à se joindre à nous pour que nous puissions régler ces questions d’inondations ensemble. Nous voulons qu’ils s’approprient ce projet. Les questions d’inondations sont critiques pour nos pays. Nous avons un challenge à relever. Le bien-fondé de ce programme c’est d’oeuvrer pour le bien-être des populations. », a-t- il soutenu.

En Côte d’Ivoire, ce projet sera conduit par le Centre universitaire de recherche et d’application en télédétection (Curat) et va se réaliser dans le District autonome d’Abidjan, plus précisément dans la commune de Cocody. De quoi réjouir, Tié Hyacinthe, représentant du ministère de l’Environnement et du Développement durable qui y voit une opportunité pour le pays de réduire au maximum les risques liés à l’inondation. « La Côte d’Ivoire subit chaque année des inondations causant des dégâts matériels et des pertes en vie humaine. Ce projet donne une opportunité à la Côte d’Ivoire de bénéficier d’une technicité pour faire face à ce fléau », s’est rejoui Tié Hyacinthe.

Maxime KOUADIO                                   

1 | 2

 

Videodrome