Affaire ''120 000 francs de visite médicale imposée par le ministère des Eaux et Forêts": Le ministre Aka Aouelé se prononce


19/09/2019
Affaire ''120 000 francs de visite médicale imposée par le ministère des Eaux et Forêts": Le ministre Aka Aouelé se prononce
Le ministre de la Santé et de l'Hygiène Publique, Aka Aouelé, s'est prononcé sur la somme de 120 000 francs demandée pour la visite médicale

Le Docteur Eugène Aka Aouélé a abordé plusieurs sujets concernant son domaine, ce jeudi 19 septembre 2019, à la Primature. Le ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique s'est appesanti sur la somme de 120.000frs cfa imposée pour les visites médicales pour le recrutement de la Brigade spéciale de surveillance et d’intervention « BSSI » du ministère des Eaux et Forêts.

 La somme de 120.000 frs cfa que doivent débourser les candidats au concours des Eaux et Forêts défraie la chronique en Côte d’Ivoire. Nombreux sont les Ivoiriens qui plaignent de la somme prévue pour la visite médicale pour le concours de recrutement de la Brigade spéciale de surveillance et d’intervention « BSSI » du ministère des Eaux et Forêts. Au rendez-vous du gouvernement le ministre Eugène Aka Aouélé s’est prononcé sur ce sujet. Pour lui, le ministère des Eaux et Forêt a ses raisons. Selon ses investigations, des appels d’offre ont été faits pour la réalisation de ce bilan de santé. Il a fait savoir que c'est au moins 19 examens demandés pour cette visite médicale et que les bilans demandés n’ont rien avoir avec ceux qui sont faits d’habitude. « Ils ont leur raison », a-t-il tranché en faveur du ministère des Eaux et Forêts.

D'un coût initial de 350 000 francs cfa, la visite médicale est finalement revenue à 120.000frs après plusieurs négociations. Soutenant la décision de son collègue, le ministre Alain Donwahi, Aka Aouélé a indiqué que si ces examens étaient faits dans les laboratoires publiques, les malades de Côte d’Ivoire ne pouvaient pas faire leurs différentes analyses pendant une semaine. Les laboratoires seraient indisponibles pour les malades dans les hôpitaux et, cela ralentirait le traitement de ces patients. « c’est un moindre mal », a-t-il conclu. 

Rappelons également que cette visite était prévue du 09 au 19 septembre 2019 à la clinique Farah. Nous y reviendrons

Mélèdje Tresore

MELEDJE Trésore

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2