Déguerpissement à Adjouffou: Le gouvernement ne démord pas, la date des démolitions maintenue.


22/02/2020
Déguerpissement à Adjouffou: Le gouvernement ne démord pas, la date des démolitions maintenue.
Les squatteurs devraient plier bagages.

''C’est le lieu de réaffirmer que le gouvernement ne ménagera aucun effort relativement à la poursuite du renforcement de la sécurité autour et à l’intérieur de l’aéroport International Félix Houphouët-Boigny et des lieux d’intérêt stratégique, en vue de prévenir durablement les accidents et d’éviter les drames tels que celui que nous déplorons en ce moment.

Ainsi, il sera procédé, tel que décidé, à la libération d’une zone de 200 mètres autour de l’aéroport. La première phase, débutée le 20 janvier 2020 (ndlr, début effectif, le jeudi 23 janvier 2020, à Aéro Canal, route du village d'Abouabou, à près de 2 kilomètres du Gatl), a concerné la couronne Nord de l’aéroport et une emprise de 50 mètres comportant des fermes et des habitations mitoyennes à la clôture dudit aéroport. La seconde phase portant sur la zone qui s’étend sur 150 mètres de largeur à l’Est de la piste d’atterrissage, à partir de la limite des 50 mètres de la phase 1, aura lieu au mois de mars 2020'', indique le communiqué du Conseil des ministres du mercredi 19 février 2020, alors qu'à Adjouffou 1er Arrêt, autoroute de Grand-Bassam, dans la commune de Port-Bouët, avec la levée du dispositif de sécurité vers la fin du mois de janvier, les populations qui avaient emménagé ailleurs en arrachant portes et fenêtres de leurs habitations et dont quelques unes sont revenues, misent sur les vacances scolaires.

Il faut souligner qu'Ani Oulakolé Marius, géniteur de Ani Guibahi Laurent Barthelemy, l'adolescent retrouvé mort dans le train d'atterrissage d'Air France, le 8 janvier 2020, s'est envolé depuis le lundi 17 février 2020 pour Paris. Ce, pour prendre part à la mise en bière du corps de son fils, avant son rapatriement organisé par les services de l'Etat de Côte d'Ivoire, ce vendredi 21 février 2020.

Lors du conseil des ministres de mercredi, le gouvernement, partageant la douleur de la famille endeuillée et lui assurant son entière disponibilité en ces moments de profonde affliction, annonce qu'en plus des frais afférents au rapatriement du corps, il prendra entièrement en charge les frais d’organisation des funérailles du défunt.

Rappelons qu'à Paris, dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 janvier 2020, le corps de l'élève du Lycée Simone Gbagbo de Yopougon, Ani Guibahi Laurent Barthélémy, âgé d'un peu moins de 15 ans, a été retrouvé dans le puits du train d'atterrissage du Boeing 777 d'Air France, en provenance d'Abidjan. La visualisation des caméras de surveillance a permis de constater que le clandestin a accédé au train d’atterrissage de l’aéronef, en s’agrippant à celui-ci au moment où l'avion s’apprêtait à s’élancer pour son décollage vers 22h55 minutes de l'aéroport international Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan-Port-Bouët.

 

Dominique FADEGNON

 

1 | 2