Quarts de finale CI-Guinée-Equatoriale samedi

Les Eléphants ''banqueteurs'' sonnent la révolte
Le sélectionneur des Eléphants François Zahoui a démontré lundi dernier contre l'Angola battu (2-0) que les réservistes ivoiriens n'était surtout pas des faire-valoir.

Il a aligné neuf Eléphants qui étaient remplaçants au match précédent : Yeboah, Lolo, Boka, Eboué, Kafo Coulibaly, Gradel, Ya Konan, Doumbia et Bony. Seule la défense centrale Sol Bamba-Kolo Touré a été reconduite contre l'Angola. Cette sélection ivoirienne A' a largement contrôlé les débats et offert sa 3e victoire à la Côte d'Ivoire en autant de sorties, sans encaisser le moindre but. Zahoui, qui sait combien il est important de rester en jambes lorsqu'on est réserviste, avait bien préparé son coup. Quelques jours avant ce match, il avait programmé un match amical contre le Sony Ela Nguema, un club de Malabo, remporté (5-1). Un galop d'essai destiné à tester ceux qu'il allait lancer contre les Palancas Negras. Test concluant, avec un Seydou Doumbia. On attendait l'avant-centre du CSKA Moscou, fine gâchette en Russie et en Ligue des champions, mais barré en sélection par Didier Drogba. Lundi, il n'a pas déçu. Tout comme Wilfried Bony qui s'est bien mis en évidence. L'attaquant du Vitesse Arnhem (23 ans), formé à l'Académie Cyril Domoraud à Bingerville, a été le grand homme du match. A l'origine du premier but inscrit par Emmanuel Eboué, il a flairé le coup sur le second but qu'il a marqué, suite à une grave mésentente entre le défenseur angolais Dany et son gardien Wilson. La qualité du match livré lundi dernier par les «banqueteurs» de Zahoui face aux Palancas negras a surtout révélé la richesse de l'effectif ivoirien. A juste titre, Yaya Touré, l'Eléphant de Manchester City, l'a souligné au sortir du stade de Malabo. « La performance du onze face à l’Angola a ouvert les yeux à plusieurs. J’ai vécu la rencontre comme si j’étais sur le terrain. Nous étions en communion. Ce qui prouve que nous sommes 23 joueurs et pas 11 comme certains le croyaient », a déclaré le Ballon d’Or Africain. Bony Wilfried a également confié à RFI que ''la Côte d'Ivoire, ce ne sont pas onze joueurs, mais un groupe''. Les réservistes prétendument condamnés à cirer le banc parce que le 11 de départ est au-dessus du lot, ont décrété lundi dernier que désormais, le sélectionneur François Zahoui doit compter avec eux. Face à cette performance le technicien ivoirien est confronté à des ''problèmes de riches'' parce que désormais dans l’embarras du choix. «Après ce match livré par mes joueurs, je vais avoir un problème de choix. Mais je préfère avoir ce problème-là en sachant que j’ai un large éventail de choix. Pour moi, le soulagement sera de ramener la coupe. Il y a des éloges, mais si on ne va pas jusqu'au bout, tout ce qu'on aura fait tombera à l'eau. On garde la tête froide. Je serai heureux quand on aura atteint l'objectif qui est de faire plaisir au peuple ivoirien. On veut arriver au bout et ne pas se contenter de quelques victoires, sinon ça ne servira à rien. On est venu faire six finales et on s'attend à souffrir en quart contre le pays organisateur. Ils n'auront rien à perdre. On va rester concentrés car notre objectif est de gagner», a confié Zahoui à la presse. Des choix qu’il devra faire pour le quart de finale samedi face à la Guinée Equatoriale. Une rencontre qu'il appréhende déjà. «Face au pays organisateur, ce sera difficile mais notre objectif sera encore une fois de gagner». Le test effectué avec les réservistes par le sélectionneur des Eléphants à travers les matches amicaux entre les matches de poules a porté ses fruits. Et donne des raisons d'espérer quant à la suite de la compétition.

Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte