Football : Eléphants de Côte d'Ivoire

Les défis qui attendent Sabri Lamouchi


30/05/2012
Sabri Lamouchi est très attendu au coin du feu.
Depuis le lundi 28 mai 2012, le Franco-Tunisien Sabri Lamouchi (40 ans) est le nouvel entraîneur des Eléphants de Côte d'Ivoire, en remplacement de Zahoui François. Une nomination qui ne fait l’unanimité mi dans le milieu sportif ni au sein de la population. Ils doutent de la capacité de ce « Jeune premier » à tenir les rênes d'une équipe des Éléphants qui occupe la 15e place au classement mondial de la Fifa et la première du continent africain.

Qui est Sabri Lamouchi ?

S'il est contesté, c'est parce que le pedigree de Sabri Lamouchi n'en impose pas. Or sous nos tropiques, il s'avère qu'avoir un vécu, ça compte. Même si la seule Can de la Côte d'Ivoire est l’œuvre de Yéo Martial, lui aussi contesté en son temps. Ici on aime bien les « grands noms » et les « premiers couteaux » pas les seconds qui ne sont pas tranchants. Or comme le disait quelqu'un, le curriculum vitae de Sabri Lamouchi est vierge et blanc comme du papier de rame non encore utilisé. Puisqu'il n'a jamais fait ses preuves en tant qu'entraîneur. Toutefois, il peut se targuer d'avoir eu une belle carte de visite en tant que joueur. Né le 9 novembre 1971 à Lyon, Lamouchi a joué à Arles de 1991 à 1994 avant de débarquer à l'Aj Auxerre entre 1994 et 1998. Sous les ordres de Guy Roux, il devient international français (12 sélections). Avec les Bourguignons, il réussit le doublé championnat-Coupe en 1996. Arrivé à Monaco en 1998, il devient champion de France en 2000. Dans la foulée de ce titre, il s'exile en Italie où il joue successivement à Parme (2000-2003), Inter de Milan (2003-2004) et Genoa (2004-2005). Après ces années de pige transalpine, il revient en France et dépose ses valises à Marseille (2005-2006) avant de prendre la route du Qatar (Al Rayyan 2006-2007, UMM Salal Club (2007-2009) et Al Kharitiyath (2009). Consultant sur Canal +, spécialiste du football italien et de la Ligue Europa, il vient à peine d'avoir ses diplômes pour entraîner. La Côte d'Ivoire lui offre sa première expérience.

Sabri Lamouchi et le Mondial 2014

Maintenant que le choix de Sidy Diallo est fait, il va falloir passer à autre chose que de s'éterniser sur le « pour ou contre » la nomination de Sabri Lamouchi. En effet, l'ancien joueur de Marseille, en acceptant ce poste de sélectionneur de la Côte d'Ivoire sait ce qui l'attend. Il sait qu'il vient dans une équipe qui n'a rien gagné depuis 1992. Et où Henri Michel, Gérard Gili, Vahid Halilodzic ont échoué dans leur tentative de lui permettre d'ajouter une autre ligne à son palmarès. Mais aussi Lamouchi sait que désormais, la Côte d'Ivoire est devenue une habituée des grands rendez-vous comme la Coupe du monde après 2006 et 2010.

Aujourd'hui, tout ce que l'on attend de lui, c'est qu'il qualifie les Eléphants au Brésil en 2014. Puis, il y a la Can de 2013 en Afrique du Sud. Mais son premier chantier, s'il veut réussir sa mission, serait de réussir à faire jouer toutes les stars de cette sélection ivoirienne en équipe. Cela veut dire qu'il doit être capable d'emmener chacun à mettre de côté son ego surdimentionné pour ne voir que l'intérêt de la nation. S'il y parvient et arrive à instaurer une discipline au sein de son vestiaire, Lamouchi pourra certainement réussir quelque chose avec les Eléphants. Car même si son manque d'expérience, en tant qu'entraîneur, constitue pour beaucoup un handicap, il est difficile de prédire ou de prévoir ce qui va se passer dans les jours, les mois ou les années à venir. Car le charme de ce sport qu'est le football, est cette incertitude du lendemain qui l'entoure.

La sagesse recommande donc d'attendre avant de faire des critiques. Car on se rappelle que lors de l'intronisation de Zahoui François, certaines voix se sont élevées pour dénoncer cette nomination qu'elles jugeaient en déphasage avec le niveau qu'avaient atteint les Eléphants. Mais à la fin, alors qu'on lui avait fixé comme objectif les demi-finales de la Can 2012, il a réussit à atteindre la finale perdue face à la Zambie. Mais depuis, ces relations avec certains membres de la sélection s'étaient fortement dégradées. Fallait-il l'imposer contre la volonté de ceux avec qui il est censé travailler ou se séparer de lui?

La Fif a fait le choix de se séparer de lui au grand dame de ses partisans. Désormais, c'est la page Lamouchi qui s'ouvre. Il faut peut-être faire bloc autour de lui pour lui permettre de réussir sa mission où à défaut de verser dans l’afro pessimisme. Déjà dès le samedi 2 juin 2012, il sera face à la Tanzanie pour son premier match des éliminatoires de la Coupe du monde.

Guillaume AHOUTOU

Guillaume Ahoutou

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2