Côte d’Ivoire

Le FPI menace de ‘’participer’’ aux Jeux de la Francophonie

Marie Odette Lorougnon : « On va faire ces Jeux de la Francophonie ensemble »
La vice-présidente du FPI Marie-Odette Lorougnon et les militants de ce parti veulent saisir l'occasion des 8èmes Jeux de la Francophonie pour interpeller la communauté internationale (ph d'archives)

Les 8èmes Jeux de la Francophonie prévus du 21 au 30 juillet 2017 en Côte d’Ivoire pourraient enregistrer un invité surprise : le Front populaire ivoirien (Fpi), parti de l’ex-président  Laurent Gbagbo détenu à la Haye.

Pour la libération de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, les militants de son parti, le Front populaire ivoirien (Fpi) entendent profiter de l’organisation des 8èmes Jeux de la Francophonie en Côte d’Ivoire pour interpeller la communauté internationale et tous les participants à ces Jeux. Cette annonce a été faite par la vice-présidence du Fpi, Marie Odette Lorougnon, lors du meeting de la jeunesse de ce parti, le samedi 15 juillet 2017, à la Place In’Challah de Koumassi (Abidjan).

Marie Odette Lorougnon estime qu’ « il n’y a pas de sécurité ni de liberté en Côte d’Ivoire » : « Nous allons interpeller cette communauté internationale, tous ceux qui viennent pour les Jeux de la Francophonie pour leur dire que la Côte d’Ivoire se meurt. Il n’y a pas de sécurité, ni de liberté en Côte d’Ivoire ».

Lire aussi cet article : Les ex-combattants menacent les Jeux de la Francophonie

La vice-présidente du Fpi, tendance Aboudramane Sangaré, a envoyé un message fort au comité d’organisation des 8èmes Jeux de la Francophonie : « A ces Jeux de la Francophonie, nous serons là. On va faire ces Jeux de la Francophonie ensemble, nous avec nos pancartes », a indiqué l’ex-présidente de l’organisation des femmes du Fpi (Offpi).

Cette déclaration rappelle un peu celle des ex-combattants de la Cellule 39 qui menacent le déroulement des 8èmes Jeux de la Francophonie. Ces démobilisés réclament « leur argent » aux autorités. « Nous réclamons notre argent, sans noter argent pas de Francophonie parce que nous avons été laissés tomber par le gouvernement. C’est nous qui avons lutté pour mettre le président Alassane Dramane Ouattara au pouvoir, mais aujourd’hui nous sommes laissés dans la rue », ont-ils menacé dans une note dont nous avons reçu copie, le vendredi 7 juillet 2017.

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte