Football

FIF : Bonaventure Kalou démonte Sidy Diallo et réclame une AG extraordinaire

« Nous fonçons tout droit dans le mur »
« Il s’est écarté des valeurs sportives de cohésion et de rassemblement »
Bonaventure Kalou est monté au créneau pour dénoncer la gestion du président de la FIF, Augustin Sidy Diallo

L’ex-international attaquant des Eléphants de Côte d’Ivoire, Bonaventure Kalou, a animé une conférence de presse, le mercredi 6 décembre 2017, à son domicile à Angré (Abidjan) pour décrier la gestion du président de la Fédération ivoirienne de football (FIF), Augustin Sidy Diallo, et proposer la tenue d’une assemblée générale extraordinaire.

Comme une boule de neige, le mouvement anti-Sidy Diallo initié par certains responsables de club de Côte d’Ivoire, enregistre chaque jour des adhérents. Si, pour l’instant, certains préfèrent rester dans l’ombre, d’autres, à l’image de l’ancien attaquant international, Bonaventure Kalou, ont décidé de ‘’militer’’ au sein dudit mouvement à visage découvert.

Lire aussi cet article : Des clubs se mobilisent contre Sidy Diallo, la FIF sous haute surveillance policière

Dans la matinée du mercredi 6 novembre 2017, Kalou a animé une conférence de presse, à son domicile, à Angré pour dresser un bilan sombre de la gestion de l’actuel président de la FIF, Augustin Sidy Diallo. Il a d’abord passé au crible de l’analyse la gestion des prédécesseurs de Sidy, à savoir feu Dieng Ousseynou et Jacques Anouma, avant de s’attaquer à l’actuel patron du football ivoirien. « La troisième période, de 2011 à ce jour. Sidy arrive au pouvoir avec de bonnes intentions. Je suis témoin parce que j’ai participé à sa campagne. Il avait de bonnes intentions, mais dès qu’il est élu, il va se lancer dans une chasse aux sorcières dont la principale cible est son prédécesseur. Pourquoi ? Il est le seul à le savoir », a dit le conférencier.

« Il s’est écarté des valeurs sportives de cohésion et de rassemblement »

Sur sa lancée, Bonaventure Kalou a noté que le président Sidy Daillo est entré en conflit ouvert avec certains partenaires et des dirigeants de club. « Il s’est écarté des valeurs sportives de cohésion et de rassemblement en initiant des conflits avec des partenaires importants qui se terminent, dans plusieurs des cas, par des procès qui pour la plupart seront perdus par la FIF (…). Il rentre en conflit ouvert avec plusieurs dirigeants de clubs et non des moindres : Roger Ouégnin et Salif Bictogo pour ne citer que ceux-là ».

Dans ses griefs, Kalou a relevé la gestion « unilatérale » du président et décrié sa gestion du football local. « Une gestion unilatérale qui pousse plusieurs de ses collaborateurs à claquer la porte. Un championnat national qui bat de l’aile malgré l’apport de sponsor diffuseur. Le foot des jeunes quasi inexistant alors qu’il en avait fait son cheval de bataille. Les nombreuses promesses de campagne non tenues. La nomination d’un entraineur qui ne fait pas acte de candidature, je parle bien de Marc Wilmots », a-t-il précisé, avant de revenir sur le combat  Sidy Diallo-Fouzi Lekjaa, qui a eu lieu, lors du match Côte d’Ivoire-Maroc, comptant pour la 6ème et dernière journée des éliminatoires du Mondial 2018. « Son coup de sang contre le président de la Fédération marocaine sans mea-culpa de sa part est significatif de l’état d’esprit de notre président qui n’honore ni le pays ni le football qu’il dirige. Vous êtes sans ignorer que le football est avant tout un outil éducatif et une leçon de vie pour nos jeunes. Que devaient-ils retenir de cet acte dans une Côte d’ivoire qui veut résolument tourner le dos à la violence ? ».

« Nous fonçons tout droit dans le mur »

L’ex-joueur de l’AS Oumé et de l’Asec Mimosas constate que « le football ivoirien est à la croisée des chemins et fonce tout droit dans le mur » : « Le constat, aujourd’hui le football ivoirien est à la croisée des chemins (…). Notre classement mondial en est le plus grand révélateur. Classée 16ème en novembre 2011, nous sommes aujourd’hui à la 61ème place. Voyez-vous le symbolisme ? Pour vous dire que nous fonçons tout droit dans le mur et qu’il est temps de mener une grande réflexion sur notre football afin de tirer les leçons de cette fin de cycle qui a vu la Côte d’Ivoire rentrer dans la cour des grands avec trois participations successives à la Coupe du monde, une Can remportée et deux finales de cette participation successive à la Can ».

Pour le conférencier, cette grande réflexion passe par l’organisation d’une assemblée générale extraordinaire. « Cette réflexion devrait commencer avec la grande réunion de la famille du football réunie en Ag extraordinaire afin de permettre au comité directeur de rendre compte à tous ses mandants et après des échanges francs et sincères ».

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte