Football

Abidjan : L’entraineur Saraka Norbert se meurt

« J’ai une tumeur au foie »
« Il faut absolument opérer ça à la Pisam »
Souffrant d'une tumeur du foie depuis plusieurs mois, l'entraîneur Saraka Norbert a besoin d'aide

Malade depuis le mois de septembre 2017, l’entraineur Norbert Saraka passe désormais le clair de son temps à faire la navette entre la maison et l’hôpital. Après plusieurs analyses ici et en France, il a été décelé une tumeur de foie qui nécessite obligatoirement une opération.

L’entraineur Saraka Norbert ne respire pas la grande forme. Même s’il se déplace pour l’instant, il ne serait pas exagéré de dire qu’il se meurt à petit feu. Lorsque que nous avons appris la nouvelle de sa maladie, nous l’avons joint le lundi 15 janvier 2018, aux environs de 8 heures et demi pour en savoir davantage. Au bout du fil, c’est une voix à peine audible qui nous répond : « Depuis 3 mois, je suis malade. Je m’en vais présentement au CHU comme ça ».

Mais de quoi souffre le coach Saraka Norbert ? « J’ai une tumeur au foie. C’est après deux mois d’analyse ici et en France qu’on a décelé cela. Il faut absolument opérer ça à la Pisam. Ça fait 3 mois que je suis à la maison », a précisé l’ex-entraineur de l’Africa Sports d’Abidjan, avant d’ajouter qu’il en a parlé aux dirigeants de la Fédération ivoirienne de football (FIF) : « Ce qui est certain, j’ai informé les dirigeants de la FIF. Les Sory (le président de la Ligue Professionnelle Sory Diabaté : ndlr) sont au courant. Mais cela a coïncidé avec la crise clubs-Fédération et le Championnat d’Afrique des nations (CHAN). Ils sont partis au CHAN. Il m’a dit qu’ils allaient en discuter et puis me faire le retour ».

« Tu ne peux pas me reconnaitre. J’ai trop dépéri »

L’entraineur insiste pour dire qu’il a tellement fondu qu’il est actuellement méconnaissable. « Tu ne peux pas me reconnaitre. J’ai trop dépéri », a-t-il dit. Saraka Norbert dont l’opération nécessite environ 3 millions de nos francs ne verrait pas d’inconvénient si de bonnes volontés peuvent voler à son secours. « Si de bonnes volontés peuvent me venir en aide. Je ne peux pas forcer la main à quelqu’un », a-t-il dit. Pathétique.

Ex-professeur d’éducation physique et sportive (EPS) désormais passé inspecteur, Saraka Norbert entrainait l’année dernière l’Alliance de l’Indénié (Abengourou). « J’entrainais l’Alliance de l’Indénié. C’est en septembre que la maladie s’est déclenchée. Le médecin m’a dit de ne pas travailler sous le soleil et qu’il fallait que je finisse les examens. Je dépérissais et il m’a dit de ne pas faire des efforts. C’est comme ça que j’ai fait 3 scanners, c’est le 4ème,  après l’analyse du sang en France, qui a décelé la tumeur. C’est un scanner de dernière génération d’imagerie. C’est pour cela qu’on n’entend plus parler de moi depuis septembre 2017. Si je ne suis pas à la maison, c’est que je suis à l’hôpital », a conclu le technicien ivoirien.

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Shutterstock.com INT
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte