Côte d’Ivoire

Crise à la FIF : « Les membres du GX décident d’arrêter leur participation à toutes les activités de la Fédération »

La guerre des chiffres fait rage
Les membres du GX sont déterminés à aller jusqu'au bout de leur combat

Au moment où la Fédération ivoirienne de football (FIF) était en assemblée générale ordinaire à Yamoussoukro, les membres du GX qui réclament ici et maintenant le départ du président de la FIF, Augustin Sidy Dialllo, et son comité exécutif ont organisé une réunion, le samedi 23 juin 2018, à la Nouvelle Pergola, pour faire certaines recommandations.

Les membres du GX qui réclament le départ du président de la FIF, Augustin Sidy Diallo, et de son comité exécutif ont organisé, le samedi 23 juin 2018, une réunion à la Nouvelle Pergola, pour faire des recommandations, alors que la Fédération ivoirienne de football (FIF) était en assemblée générale ordinaire à Yamoussoukro.

A l’issue de la réunion des clubs opposés à Sidy Diallo et son comité exécutif, le GX a fait une déclaration. « Depuis le mois de novembre 2017, une crise sans précédent secoue la Fédération ivoirienne de football. Une grande partie des clubs et groupements d’intérêt membres actifs de cette Fédération reproche aux dirigeants actuels de la FIF, leur mauvaise gestion du football national, notamment l’opacité dans la gestion des ressources financières mises à leur disposition. Pour aider à trouver une issue heureuse à cette situation, la Fédération internationale de football association dite FIFA est intervenue en invitant les parties à une table ronde à Zurich le 20 mars 2018. A l’issue de celle-ci, elle a envoyé une mission d’audit au sein de la Fédération ivoirienne de football du 14 au 25 mai dernier. Malheureusement, pour des raisons qui leur sont propres, et qui sont surtout, loin d’être bien fondées, les dirigeants actuels de la Fédération ivoirienne de football ont refusé l’accès à la comptabilité de la FIF et la mise à la disposition des documents requis par l’équipe d’auditeurs chargée de la dite mission. Face à une telle attitude, la commission d’audit et de conformité de la FIFA, suivant une lettre en date du 16 mai 2018, a interpellé les dirigeants actuels de la Fédération ivoirienne de football sur leurs responsabilités quant à ce refus de coopérer avec la commission d’audit et de conformité et l’administration de la FIFA et les a invités en vain à se ressaisir. Ce faisant, les dirigeants actuels de la Fédération ivoirienne de football ont décidé d’organiser le 23 juin 2018 à Yamoussoukro une assemblée générale ordinaire de la FIF en continuant à entretenir l’opacité autour de leur gestion financière, se refusant notamment au mépris de nos textes à transmettre aux membres actifs les rapports des réviseurs internes : commission d’audit interne et commissaires aux comptes. Interpellés sur cette grossière irrégularité dans la convocation de cette assemblée générale ordinaire, le comité exécutif s’est emmuré dans son refus de respecter l’esprit et la lettre de l’article 34 des statuts de la Fédération ivoirienne de football. Les clubs et groupements d’intérêt membres du GX décident alors de ne pas participer à la mascarade que le comité exécutif s’apprête à organiser à Yamoussoukro. Finalement, à 48 heures de ladite assemblée ordinaire, le rapport du commissaire aux comptes qui aurait dû parvenir 15 jours avant la date du 23 juin 2018, est envoyé aux membres actifs de la FIF par courrier électronique. En tout état de cause, les faits reprochés aux dirigeants actuels de la FIF sont d’une extrême gravité et les résultats de l’audit susdit auraient sans doute contribué à clarifier les choses. De plus, l’attitude de défiance affichée par lesdits dirigeants à l’égard de la FIFA, à l’occasion de la mission d’audit confirme toutes nos inquiétudes. En outre, le non-respect des règles de la FIF a contribué à enlever audits dirigeants toute légitimité à organiser, à présent, une telle assemblée générale. C’est pourquoi, les membres du GX qui réitèrent une fois encore leur pleine confiance à la FIFA se réservent désormais le droit de participer à toute activité et ou travaux organisés par lesdits dirigeants de la FIF et ce, jusqu’à ce que le sort de la mission d’audit soit définitivement traité et tranché par la FIFA. De même, les clubs et groupements d’intérêt, membres du GX, se félicitent de la position du gouvernement de Côte d’Ivoire, qui, par la voix, de son porte-parole, a déclaré que la FIFA a raison de faire ce qu’elle est en train de faire dans ce dossier. », a lu Armand Gohourou, le porte-parole du GX.

Les recommandations du GX

Réunis donc ce jour, 23 juin 2018 à Abidjan :

1-Les membres du GX décident d’arrêter leur participation à toutes les activités de la Fédération ivoirienne de football, à l’exception de la finale de la Coupe nationale et des matches de play-off pour la montée en ligue 2, ce, jusqu’à la publication des résultats de l’audit de la FIFA.

2-Face à la dérive autocratique et aux graves soupçons de gabegie et de malversations financières des dirigeants actuels de la FIF, dans l’intérêt de la bonne marche du football en Côte d’Ivoire, le GX demande, à l’instar de la FIFA, au gouvernement de Côte d’Ivoire, à la Confédération africaine de football, ainsi qu’à toutes les entités qui financent les habituellement les activités du football en Côte d’Ivoire de geler leurs apports financiers à la Fédération ivoirienne de football jusqu’à la publication des résultats de l’audit demandé par la FIFA. Aux banques et établissements financiers ainsi qu’à toute autre entité de ne plus faire de nouvelles avances de fonds à la Fédération ivoirienne de football jusqu’à nouvel ordre. Les clubs et groupements d’intérêt, membres du GX informent toutes les entités visibles à les recommandations ci-devant du risque qu’elles prendraient si elles décidaient de poursuivre leur collaboration avec la Fédération ivoirienne de football en ignorant les recommandations ci-dessous.

3-Vu la violation de l’article 34 pour la convocation de l’assemblée générale ordinaire de ce 23 juin 2018, le GX, déclare cette assemblée générale irrégulière et par conséquent elle déclare nul et de nul effet toutes les décisions qui en découlent. En tout état de cause, les clubs et groupements d’intérêt membres du GX se réservent le droit, le moment venu, de tirer toutes les conséquences de droit de toute cette affaire. Les clubs et groupements d’intérêt membres du GX saluent la mobilisation et la détermination historique des membres actifs de la FIF pour sauver le football ivoirien et les assurent que leurs sacrifices seront bientôt récompensés. Les clubs et groupements d’intérêt membres du GX appellent leurs pairs présidents à la sérénité et à la solidarité. Que Dieu continue de veiller sur le football ivoirien et qu’il nous permette d’avancer. Je vous remercie."

La guerre des chiffres fait rage

6 clubs de Ligue 1, 10 de Ligue 2, 20 de D3 et 4 groupements d’intérêt, soit au total 40 clubs actifs de la Fédération ivoirienne de football (FIF) se sont réunis, le samedi 23 juin 2018, à la Nouvelle Pergola, à Marcory, pour faire certaines recommandations, au moment où les responsables de la FIF et une partie des clubs, 45 au total, étaient réunis en assemblée générale ordinaire à Yamoussoukro. « On pourrait se poser la question, il y a 81 membres actifs, comment se fait-il qu’il y a 40 à Abidjan et 45 à Yamoussoukro. Pour comprendre, il faut dire que l’assemblée générale ordinaire qui a lieu, cette année, c’est-à-dire le 23 juin 2018, fait le bilan de l’exercice 2017. Donc tous les clubs qui ont participé au championnat de 2017, ce sont ces clubs-là qui participent à l’assemblée générale ordinaire qui a lieu en ce moment. Donc sur tous les clubs qui ont participé à cette compétition de l’année dernière, il y a 45 qui sont à Yamoussoukro, selon les informations que nous avons. Mais il faut noter que sur ces 45 qui sont à Yamoussoukro, il y a aujourd’hui 4 clubs qui sont en division régionale, donc qui ne sont plus des clubs membres actifs après la journée d’aujourd’hui. Donc évidemment, il sera en dessous du quorum, si on veut raisonner en termes de quorum. C’est à dire qu’après la journée d’aujourd’hui, ils passeraient à 41 clubs puisqu’il y a 4 qui sont là-bas (à Yamoussoukro : ndlr) qui sont en division régionale, donc qui sont sortis des clubs membres actifs. Voilà un peu comment il faut expliquer leurs chiffres là-bas. Quand tu prends 41, en réalité qu’ils sont là-bas, plus les 40 qui sont ici (à la Nouvelle Pergola : ndlr) , on retrouve les 81 membres actifs.», a expliqué Armand Gohourou.

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Shutterstock.com INT
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte