Football

Africa Sports d’Abidjan : Les langues se délient après le limogeage de l’entraineur Désiré Kouadjo Allah


L’entraîneur Désiré Kouadjo Allah qui a travaillé dans des conditions difficiles a été limogé après deux défaites

Engagé pour deux ans à l’Africa Sports d’Abidjan, l’entraineur Désiré Kouadjo Allah dit DKA, a été limogé, le lundi 17 septembre 2018, après seulement deux matches soldés par deux défaites. Mais derrière ces arguments, se cachent les vraies réalités du club vert et rouge.

L’entraineur Désiré Kouadjo Allah qui avait de bons projets pour l’Africa Sports d’Abidjan ne pourra pas les réaliser. Après seulement deux semaines et demi de préparation avec l’équipe, il a été limogé au terme de deux matches de championnat soldés par deux défaites.

Lire aussi cet article: Africa Sports d'Abidjan, Alexis Vagba chasse l'entraineur Désiré Kouadio Allah

Selon une source proche du Bureau Exécutif du club, le limogeage de Désiré Kouadjo Allah est l’arbre qui cache la forêt. Car comme l’a révélé notre informateur, les dirigeants n’ont pas facilité la tâche au technicien venu de la Suisse. « Quand il postulait, il avait présenté un projet global de formation des jeunes de 4 à 18 ans. Un centre de formation qui faisait partie du projet global qu’il avait joint à son CV. Et au premier entretien, les dirigeants ont dit que c’est l’un des éléments qui a motivé le choix qu’ils ont fait sur sa personne. Il était parti plus pour la reconstruction. C’est pour cela qu’il a renouvelé l’effectif », a dit d’entrée de jeu notre interlocuteur.

Les dirigeants n’attendaient-ils pas de résultat dans l’immédiat ? « Non, je me rappelle très bien. A la première rencontre, nous dirigeants, avions dit que cette année, est une année de transition et que l’entraineur n’avait pas d’objectif de résultat. C’est l’entraineur même qui avait dit que par rapport à son palmarès, il ferait un résultat parce qu’il a envie d’être champion, parce que pour lui, l’Africa est un grand club, donc pas d’année de transition. Il a dit que son objectif avec Lago (Lago Patrice : ndlr), c’est d’être champion, parce qu’il a expliqué qu’en étant champion, ça va motiver des partenaires à venir soutenir le projet de formation. Sinon, les dirigeants, à leur niveau, ont dit que c’était une année de transition, donc pas d’objectif de résultat. », a poursuivi notre source avant d’ajouter que le coach DKA a travaillé dans un environnement très difficile.

Un recrutement bâclé à cause de la sécheresse des caisses du club

« Il a eu deux joueurs qu’il voulait vraiment : deux internationaux ghanéens dont un gardien de but et un attaquant confirmé. Ils sont arrivés à Abidjan. Le coach les a rencontrés. Ils sont arrivés par l’intermédiaire de Tchétché Aimé qui avait contacté un agent de joueur qui les avait amenés. Depuis le 14 ou le 15 août qu’on a commencé les entrainements, ils ont fait toutes les séances avec l’Africa Sports. Ils ont même joué des matches amicaux, sauf le dernier match où l’attaquant n’a pas fait. Mais le gardien a fait tous les matches amicaux avec le club. », a dit le dirigeant de l’Africa avant de souligner que l’entraineur comptait vraiment sur les deux, surtout le gardien : « Il a même dit que le Ghanéen est son gardien numéro un. ».

Mais pourquoi ces deux joueurs n’ont finalement pas signé ? Notre informateur nous fait savoir qu’à cause de la sécheresse des caisses du club, les deux Ghanéens n’ont pas été retenus. « Il n’y a pas eu d’entente sur les montants. » Et notre source de donner de plus amples détails. Il était question de payer un salaire de 180 000 francs cfa à chacun des Ghanéens. Une proposition qui a constitué un point d’achoppement avant que le président du Bureau Exécutif, Alexis Vagba, n’accepte de verser la somme de 200 000 francs cfa comme salaire sans compter le montant de 500 000 francs que le club devait payer comme prime à la signature à chaque Ghanéen ainsi qu’à leur agent. En fin de compte, à cause des difficultés de trésorerie, explique le dirigeant aiglon, les Ghanéens sont allés voir ailleurs.

Pour les mêmes problèmes de trésorerie, l’équipe qui avait deux séances d’entrainement par jour a été obligée de se contenter d’une seule parce que les dirigeants refusaient de payer la nourriture des joueurs entre les deux séances.

Désiré Kouadjo Allah a travaillé dans un environnement ‘’pourri’’

Autre détail non moins important, Désiré Kouadjo Allah n’a pas travaillé dans les meilleures conditions. Le terrain d’entrainement, les conditions de travail, ne lui plaisaient pas. Il est rapporté que lors de la première semaine d’entrainement de l’équipe au lycée classique, il y a eu plusieurs interruptions soit parce que l’équipe était confrontée à un problème de terrain, soit parce que les dirigeants même étaient à la base de ces interruptions.

Il se raconte qu’après 4 séances d’entrainement au lycée classique, l’entraineur a été convoqué à une réunion et les dirigeants lui ont dit de chasser tous les joueurs étrangers pour la simple raison que l’Africa n’est pas engagé en compétition internationale. A la suite de cette réunion, tous les joueurs étrangers ont été priés de partir. Mais après les avoir libérés, un dirigeant a appelé nuitamment l’entraineur pour qu’il les rappelle. Trop tard.

A un moment donné, le président a demandé que le staff technique vide tous les anciens de l’équipe. Ce qui fut fait. Mais contre toute attente, nous informe notre interlocuteur, Alexis Vagba a imposé certains anciens aux entraineurs. Toute chose qui aurait refroidi les rapports entre l’encadrement technique du club et lui. Finalement, il a gagné le bras de fer et ses ‘’protégés’’ ont été réintégrés. Travailler dans un tel environnement n’est pas chose aisée. Et c’est le pauvre Désiré Allah Kouadjo qui en paie le prix fort pour sa première expérience sur les bancs d’une équipe de l’élite. Il est clair que si son successeur Almamy Diaby travaille dans les mêmes conditions, il prendra lui aussi la porte. Il a d’ailleurs subi le même sort à l’Africa Sports d’Abidjan dans un passé récent.

La suite du dossier est à lire prochainement.

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte