Can 2023: Construction des infrastructures en Côte d'Ivoire, le président du Cocan fait l'état des lieux


Feh kesse assure que le challenge de la Can 2023 bénéficie du soutien sans faille des plus hautes autorités ivoiriennes (ph : DR)

Très attendu par les Ivoiriens suite aux péripéties qui ont marqué l'attribution de l'édition 2023 de la Coupe d'Afrique des nations à la Côte d'Ivoire, le premier grand oral télévisé du président du Comité d'organisaion de la Can (Cocan) jeudi 7 février 2019, sur le plateau de la 1ère chaîne de la Rti, a permis bien de clarifications.

Soumis au feu roulant des questions de trois journalistes lors de l'émission "Le journal des sports", Lambert Feh Kesse a d'entrée écarté toute faute de la Côte d'Ivoire, à l'origine du glissement de la Can de 2021 à 2023. Le président du Cocan a aussi évoqué la situation des infrastructures. Et Feh Kesse de préciser : «Ce n'est pas une sanction contre notre pays mais bien une décision de la Caf par solidarité avec le Cameroun, ce que nous avons accepté». Autrement, a-t-il soutenu, des dispositions sont prises pour livrer les 

infrastructures au délai prévu, c'est à dire le 31Décembre 2020.

Au cours de ce débat sur le thème-sujet : "Le Cocan face au défi de la Can 2023", les journalistes ont échangé avec Feh Kesse sur les questions liées à l'organisation institutionnelle de la Can 2023, l'état des lieux de la construction des infrastructures sportives et non sportives, le choix des cinq villes hôtes de la compétition, la gestion des infrastructures trois ans avant leur utilisation, la mobilisation des Ivoiriens ainsi que le sort des infrastructures à l'issue de la compétition.

L'invité a indiqué que le challenge bénéficie du soutien sans faille des plus hautes autorités du pays en termes d'appui politique et de financement. Cet engagement, selon lui, a permis de rassurer les partenaires retenus dans les divers domaines de l'organisation. Abordant avec assurance l'aspect concernant l'état des lieux, Feh Kesse a fait, ville par ville, le point précis du niveau d'exécution des travaux, affirmant qu'aucun retard n'est à déplorer. Le stade d'Ebimpé, dont la construction est confiée à l'expertise chinoise, apparaît, de ce point de vue, 

comme le plus édifiant puisqu'il est avancé à 70%. Se faisant l'écho des populations, les journalistes ont jugé très préoccupante la question des infrastructures routières. Le président du Cocan a renvoyé ses interlocuteurs aux dernières sorties publiques du ministre des Infrastructures et des Routes qui envisage tous les soulagements nécessaires au plan national dans un bref délai.

Invités à se prononcer sur le sujet, à la faveur d'un micro trottoir, les Ivoiriens ont majoritairement adhéré au projet Can 2023, tout en faisant d'un préalable, la paix par la réconciliation nationale. Ce sentiment a été fortement partagé par le président du Cocan qui ajoute que celle- ci passe par le dépassement de soi. «Il faut choisir de privilégier l'intérêt du pays», a dit le président du Cocan.

L'occasion de cette émission a été saisie pour évoquer l'agenda de la réconciliation entre «les enfants du foot ivoirien» dans lequel le ministre des Sports, Claude Paulin Danho entend s'impliquer. Créé par décret en 2017, le Cocan se compose d'un président, trois vice-présidents, une direction exécutive et 13 commissions techniques.

Alphonse CAMARA

Alphonse Camara

|

  • SOURCE: L'inter
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte