Jugée pour avoir assisté à un match de football, une jeune fille se suicide

La Commission des femmes du Conseil national de la Résistance iranienne condamne
11/09/2019
Jugée pour avoir assisté à un match de football, une jeune fille se suicide
Sahar Khodayari sur le lit d'hôpital avant son décès

Sahar Khodayari est décédée, le lundi 9 septembre 2019, après son immolation par le feu devant le tribunal de Téhéran où elle devait être jugée pour avoir assisté à un match de son équipe préférée, l’Esteghlal Téhéran Football Club.

Sahar Khodayari est décédée le lundi 9 septembre 2019, une semaine après son immolation par le feu devant le tribunal de Téhéran. La jeune fille qui ne voulait plus retourner en taule a préféré abréger son séjour sur terre. En fait, elle risquait six mois de prison pour avoir assisté à un match de football de son club préféré : l’Esteghlal Téhéran Football Club.

Les malheurs de Sahar Khodayari ont débuté le mardi 12 mars 2019 quand elle s’est déguisée en homme pour aller assister au match de son équipe de cœur. Manque de pot pour la jeune dame, elle a été repérée par les autorités. Arrêtée, elle a été jetée en prison où elle a passé trois jours, avant d’être libérée sous caution.

Une semaine avant son décès, elle a été convoquée par le tribunal de Téhéran pour être jugée. La jeune fille aurait entendu quelqu’un déclarer qu’elle encourait entre six mois et deux ans de prison. Dès lors, se joue son destin. Elle serait sortie pour s’immoler par le feu devant le tribunal. Et c’est le lundi 9 septembre 2019 qu’elle a rendu l’âme à la suite de ses graves brûlures.

Le ministère de la Justice du pays, via son site Mizan Online, soutient qu’aucune sentence n’a été prononcée et qu’il n’y a même pas eu de procès.

Mais le décès de Sahar Khodayari continue de susciter colère et indignation en Iran et au-delà des frontières du pays. Dans un communiqué, la Commission des femmes du Conseil national de la Résistance iranienne a condamné l’attitude des autorités. « La mort tragique de Sahar Khodayari, une jeune femme qui s’est immolée pour protester contre la répression et la discrimination, souligne qu’il est impératif de faire face à la tyrannie religieuse au pouvoir en Iran et de condamner sa politique misogyne. La mort de Sahar est particulièrement déchirante pour tous les Iraniens, en particulier les femmes et les jeunes filles, et ne fait que renforcer leur détermination à renverser la théocratie au pouvoir et à instaurer la liberté et l’égalité en Iran ».

Cette Commission appelle également les organisations internationales des droits des femmes et des droits humains à « condamner les politiques misogynes du régime religieux médiéval et ses crimes contre les femmes et les jeunes filles iraniennes. Le silence et l’inaction face à ces atrocités ne font qu’encourager les mollahs à continuer de les perpétrer »

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Pétition LIBAN (2)

1 | 2

 

Videodrome