Côte d'Ivoire

Africa Sports d’Abidjan : L’entraîneur Gratecap divise déjà les camps Vagba et Bahi, les dessous de l’affaire


16/09/2019
Africa Sports d’Abidjan : L’entraîneur Gratecap divise déjà les camps Vagba et Bahi, les dessous de l’affaire
En présence de Saki Gutembert, Gratecap discute avec l'entraîneur Georges Lignon alors entraîneur du Sporting. C'était le dimanche 7 avril 2019 à Gagnoa

L’arrivée de l’entraîneur Jean Christophe Gratecap à l’Africa Sports d’Abidjan n’est pas faite pour calmer les tensions déjà palpables entre les camps Alexis Vagba et Antoine Bahi. Les raisons.

Un énième entraîneur à l’Africa Sports d’Abidjan sous le mandat du président du Bureau Exécutif du club, Alexis Vagba. Jean Christophe Gratecap a débarqué à Abidjan, dans la nuit du mercredi 11 septembre 2019. Avant le technicien français, une quinzaine d’entraineurs se sont succédé, en 4 ans, sur le banc des Aiglons. On peut citer entre autres Gba Bernardin, Jean Jacques Eydelie, Georges Lignon Nagueu, Beugré Yago, feu Saraka Norbert, Rigo Gervais, Aka Kouamé, Adahi Olivier, Désiré Kouadio Allah dit DKA. La liste est longue et il serait fastidieux de citer tous ces techniciens qui sont partis de la même manière.

Lire aussi cet article : Africa Sports d'Abidjan, "cimetière" des entraineurs sous Alexis Vagba

Certes, par le passé, le recrutement de cette pléiade de techniciens n’a pas suscité de mouvement de mentons dans la famille vert et rouge. Mais visiblement, celui de Jean Christophe Gratecap est source de division. Il intervient à un moment où Alexis Vagba n’est plus le maître du jeu. Toute décision doit désormais faire l’objet d’un consensus entre le président du Bureau Exécutif et Antoine Bahi, le président délégué de la section football, en vertu du protocole d’accord transactionnel signé par les deux parties, le vendredi 23 août 2019, dans les locaux de la Fédération ivoirienne de football. Même si le camp Alexis Vagba soutient que l’arrivée de Gratecap ne viole pas le protocole d’accord, des voix s’élèvent dans le camp Bahi pour dénoncer le recrutement du technicien français.

Antoine Bahi (président délégué à la section football) : « Nous n’allons pas accepter ça »

En effet, au soir du match WAC-Africa Sports d’Abidjan (2-2), comptant pour la 2ème journée en retard de la Ligue 1, c’est Antoine Bahi même qui a donné le ton. « Nous sommes en pleine crise. Le Blanc va venir faire quoi ici ? On n’a même pas fini de payer les joueurs. Ne soyons pas euphoriques. Ceux qui pensent qu’ils ont une deuxième équipe, peut-être que c’est cette équipe-là que l’entraineur Blanc viendra entraîner. Nous autres, nous avons déjà un entraîneur (Georges Lignon Nagueu : ndlr) qui est là, qui fait du bon travail. Nous n’avons que 8 mois pour aller aux élections. Ceux qui pensent qu’on va faire venir un entraîneur Blanc, sont des hommes d’affaires. Mais nous n’allons pas accepter ça. C’est du rêve. Ils rêvent ces gars-là », avait martelé le commandant des douanes.

La dynamique Eulalie Assi Cho a embouché la même trompette que le président Antoine Bahi. « Nous ne le reconnaissons pas comme entraîneur parce que Vagba ne peut pas recruter d’entraîneur. C’est Bahi qui est le président de la section football…Ils ont signé un accord. Il y a un président de la section football. Donc pour recruter l’entraîneur de football, c’est le président de la section qui doit le faire. Bahi même ne se reconnaît pas en ce Blanc-là. Je ne sais pas ce que Vagba veut. Tu n’as pas d’argent pour payer les joueurs, mais tu as l’argent pour payer un entraîneur à 40 millions ? », a-t-elle relevé, avant de faire savoir que l’arrivée de Gratecap va créer des problèmes au club déjà exsangue, en raison de la sécheresse qui frappe ses caisses : « On ne peut pas payer les joueurs, c’est un Blanc qu’on va payer. Cela va créer les mêmes problèmes qu’on a eus avec les Zermatten, Cuccinotta. Le président qui sera élu après 8 mois, quand il ne va pas reconduire l’entraîneur, c’est pour dire que l’Africa doit encore de l’argent à un Blanc. La FIFA va vouloir reléguer l’Africa Sports en deuxième division. La FIF va utiliser la subvention du club pour payer la dette du Blanc à la FIFA. On ne se reconnait pas dedans. Vagba est le président du Bureau Exécutif. Il y a d’autres sections comme le basket et le handball. Qu’il aille recruter des entraîneurs pour ces sections »

Gratecap : Le camp Vagba n’a pas fait le bon choix

Le décor est planté. En réalité, le recrutement du technicien français pourrait bien cacher les intentions du camp Vagba qui a totalement perdu le contrôle de l’équipe de football depuis la signature du protocole d’accord transactionnel. Pour preuve, son ‘’ennemi’’ Antoine Bahi en est le président délégué. L’entraîneur Georges Lignon Nagueu et le secrétaire général du club Diomandé Adama sont issus du camp Bahi. En recrutant donc un entraîneur expatrié, le camp Vagba espérait avoir de l’influence sur l’équipe de football à travers ce technicien, et dans le même temps, soigner son image qui ne passe plus auprès de l’écrasante majorité des supporters du club.

Mais visiblement, il semblerait que l’opération de charme a mal tourné. Pour la simple raison que le camp Alexis Vagba a fait le mauvais choix. Jean Christophe Gratecap dont les compétences ne sont pas remises en cause est un technicien bien connu du camp Bahi. Il a séjourné à Abidjan en avril dernier, avant de repartir en Europe. Lors de son premier séjour, Gratecap qui a aimé la chaleur des supporters de l’Africa Sports d’Abidjan s’est approché du club. A l’époque, Alexis Vagba était suspendu de toute activité liée au football, donc loin de l’équipe. Pendant ce temps, Gratecap a bourlingué avec le camp Bahi, donc y a noué des liens solides. Il a même effectué, le dimanche 7 avril 2019, le voyage à Gagnoa, avec le camp Bahi, à l’occasion de la 22ème journée de la Ligue 1 soldée par la victoire (2-1) des Aiglons devant Bouaké FC. Ce jour-là, un fait divers a marqué cette rencontre. L’Africa Sports d’Abidjan dont les couleurs étaient identiques à celles de l’équipe visitée a dû emprunter le maillot du Sporting club de Gagnoa.

Aujourd’hui, les partisans de Vagba peuvent nourrir des regrets puisque selon eux, le technicien qui était sensé faire leur jeu a des attaches solides dans le camp ‘’ennemi’’. Une affaire de serpent qui se mord la queue. Cela n’empêche pas le camp Bahi d’être méfiant.

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2