Côte d'Ivoire-Burkina: L'extradition et le jugement de Blaise Compaoré exigés, Alassane Ouattara cité


Le GPEJ-BCA demande l'extradition et le jugement de Blaise Compaoré

Sale temps pour l'ancien chef de l'Etat burkinabé, Blaise Compaoré, en exil en Côte d'Ivoire depuis sa chute du pouvoir en 2014. Une organisation nouvellement mise sur pied au Burkina Faso, demande son extradition et son jugement par la justice burkinabé.

Le Groupe de Pression pour l’Extradition et le jugement de Blaise Compaoré et Autres » (GPEJ-BCA). Telle est la dénomination de la nouvelle organisation d'acteurs de la société civile, mise en place au Burkina Faso pour lutter contre les crimes dits ''impunis pour la vérité, la justice et réconciliation''. Présentée jeudi16 novembre 2017 à Ouagadougou, le GPEJ-BCA est l'ouevre d’anciens parlementaires burkinabè, de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de l’Union du Parlement Africain(UPA), du Parlement Afrique Caraïbe Pacifique-Union Européenne (ACP-UE), du Parlement de la Francophonie. Selon Emile Paré, ancien parlementaire de la CEDEAO, du parlement ACP-UE, le groupe va entreprendre dans les jours à venir, des actions immédiates et des démarches en direction des institutions nationales et internationales.

Au nombre des requêtes qui figurent dans le manifeste du GPEJ-BCA, « l’adoption des résolutions portants portant mise en accusation de l’ancien Président Blaise Compaoré et son gouvernement ainsi que celle de l’ex Ministre délégué à la sécurité du Gouvernement de la Transition Sidi Paré par l’Assemblée nationale de Transition, le Conseil national de la Transition, « les manœuvres judiciaires pour soustraire l’ancien Président Blaise Compaoré du jugement en référence au non-lieu annoncé publiquement par le Procureur de la Haute cour de justice ainsi que les tripatouillages ayant conduit à l’annulation des mandats d’arrêt contre Compaoré et autres dans le cadre du coup d’Etat manqué du 16 septembre 2015 », « la nécessité d’accélérer le processus de réconciliation nationale par le règlement diligent des étapes préalables que sont la vérité et la justice », « l’impatience de notre peuple et ses composantes jeunes, femmes, société civile de voir la manifestation de la vérité par le traitement diligent de tous les dossiers de crimes de sang et de crimes économiques, condition sine qua non pour l’apaisement social ; dossiers dont les plus emblématiques sont les dossiers de l’insurrection populaire d’octobre 2014, du putsch manqué de septembre 2015, les dossiers Thomas Sankara, Norbert Zongo, Boukary Dabo et Salif Nébié ».

A cela, s'ajoutent d'autres griefs soulevés par le GPEJ-BCA . « Le réveil brutal des partis et mouvements chassés du pouvoir par l’insurrection, qui réclament sans qu’ils se disent comment, le retour triomphal de Blaise Compaoré et tous ceux qui se sont librement expatriés du pays pour se soustraire de la justice et du devoir de redevabilité à notre peuple. Ces partis et individus qui ont fait publiquement leur mea-culpa au lendemain de l’insurrection jouent aujourd’hui aux victimes sur fond d’amnésie et de négationnisme oubliant qu’ils sont les bourreaux », « la nécessité d’interpeller la communauté internationale à travers ses institutions pour que justice soit rendue à notre peuple », « la nécessité de contribuer à la lutte contre les attaques terroristes au Sahel par l’arrestation de Blaise Compaoré et autres notamment les leaders terroristes qu’il continue d’entretenir à Abidjan ou ailleurs », « l’interpellation en particulier des Présidents français et ivoirien qui ont organisé la fuite de Blaise Compaoré et autres à qui ils ont offert gracieusement la nationalité ivoirienne. L’acquisition subite de cette nationalité est synonyme de « haute trahison » envers le peuple burkinabè qu’ils ont dirigé 27 ans durant ».

David YALA

Source : Lefaso.net

David YALA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte