Situation socio politique : Un député du Rdr parle du cas Soro et prend position pour la libération de Gbagbo.


Les cas de l'ex-président Gbagbo et Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale, ont été abordés par le député Yacouba Sangaré

Présent à Bonn pour la Cop 23, Yacouba Sangaré, cadre du Rassemblement des républicains(Rdr) et député siégeant à l’Assemblée nationale ivoirienne pour la commune de Koumassi, a accordé une interview à la radio Allemande Deutsche Welle dans laquelle il s’est exprimé sur le cas Guillaume Soro et la libération de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo.

Dans cette interview retranscrite par le site Afrikipresse, Yacouba Sangaré y va sans faux-fuyant sur toutes les questions se rapportant à l’actualité du chef Parlement ivoirien et de l’ex président ivoirien actuellement détenu à la Haye.  L’élu de Koumassi s’insurge contre la position selon laquelle le président de l’Assemblée nationale serait trop pressé quant à ses ambitions présidentielles pour les échéance électorales de 2020. Pour lui, Guillaume Soro est un ivoirien qui jouit de ses droits civiques et donc apte à se présenter à ces élections. « La Constitution ivoirienne est claire. Tout ivoirien qui jouit de ses droits peut prétendre être candidat à la présidence ivoirienne », a-t-il expliqué.

Pour lui, même si Soro n’a pas été associé au récent congrès du Rassemblement des républicains, cela n’empêche pas qu’il demeure un cadre du parti, et sa récente rencontre avec le président Ouattara vient pour éclairer tous les sceptiques.

Aussi, ne se surprend-il pas que Guillaume Soro puisse être investi comme candidat du RDR en 2020. Le cas échéant, rien ne l’empêcherait de se présenter comme candidat indépendant puisque la loi ivoirienne n’exclut pas l’option.

Parlant de l’adversité entre Guillaume Soro et certains cadres du parti à la case, le député de Koumassi estime qu’il est tout à fait normal qu’il y ait plusieurs courants dans une maison comme le RDR pour la succession de Ouattara en 2020. « Le Rdr regorge de cadres compétents, dynamiques, brillants. On ne peut pas faire l’unanimité dans un parti comme le Rdr. À un moment donné, le consensus va se faire autour de celui qui a plus de chance de pouvoir nous faire gagner les élections » a-t-il expliqué. « Les primaires, c’est mon opinion personnelle, en tant que citoyen ivoirien. Je l’ai toujours défendu. Pour connaître qui est le meilleur dans un parti politique, c’est les primaires. Les grandes démocraties ont toujours recours à cela. Toute autre méthode sans les primaires me parait arbitraire », a-t-il poursuivi.

Abordant le cas Gbagbo actuellement poursuivi devant la Cour pénale internationale pour crime contre l’humanité au lendemain de la crise post-électorale de 2010, le député de Koumassi révèle qu’il fait partie de ceux qui militent pour sa libération pour la simple raison que Guillaume Soro, son patron avait dejà demandé pardon à tous les Ivoiriens, et ce, au nom de la réconciliation. «La réconciliation effective, le rassemblement de tous les Ivoiriens autour d’un idéal de paix. Si on veut la réconciliation effective, cela suppose qu’il faut pardonner toutes les fautes commises, et Laurent Gbagbo a eu à commettre des fautes », a-t-il conclu.

 

Jean Kelly Kouassi (Stg).

Jean Kelly KOUASSI (Stg)

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte