Armée nationale: Des officiers mis aux arrêts


02/07/2012
Ces dernières arrestations au sein de l’armée ont-elles un lien avec celle de Lida Kouassi, accusé de fomenté un coup d’Etat ?
Deux officiers supérieurs des Forces républicaines de Côte d’Ivoire ( Frci) et des soldats du rang ont été mis aux arrêts en fin de la semaine écoulée, avons-nous appris le dimanche 1er juillet 2012 de sources militaires proches du dossier.

Ces deux officiers, l’un de la Marine nationale et l’autre de l’armée de l’air, notamment du Groupement aérien de transport et de liaison (Gatl) sont en ce moment détenus à l’état-major des Forces républicaines de Côte d’Ivoire au camp Galieni au Plateau. Il s’agit, notamment, du commandant Agnimel Cedrac, informaticien au Gatl et 3 soldats du rang de cette faction de l’armée ivoirienne. Pour ce qui est de l’officier issu de la marine nationale, notre source s’est gardée de nous dévoiler son identité « pour nécessité d’enquête » a-t-elle fait valoir.

Ces multiples arrestations au sein de l’armée ont-elles un lien avec les derniers développements de l’actualité politico-militaire en Côte d’ Ivoire qui ont vu, entre autres, l’arrestation au Togo et l’extradition de Moïse Lida Kouassi, ancien ministre d’Etat de Laurent Gbagbo, accusé par le pouvoir « de tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat » ? En tout état de cause, le procureur militaire, Ange-Bernard Kessy Kouamé, que nous avons joint par téléphone hier dimanche 1er juillet 2012, a plutôt donné une réponse de « Normand ». « Ils peuvent avoir été arrêtés pour atteinte à la sureté de l’Etat ou pour tout autre raison. Mais je ne suis pas encore informé. Je suis en déplacement à l’intérieur du pays. Je rentre demain.

En ce moment-là, j’en aurai le cœur net », a-t-il indiqué. Puis, le commissaire du gouvernement d’ajouter : « S’ils ont été arrêtés par la Dst, c’est donc pour le motif d’atteinte à la sureté de l’Etat. Dans ce cas, le dossier est suivi par le ministère de l’Intérieur duquel dépend la Dst.

Si au contraire, c’est la section recherche de la gendarmerie qui les a arrêtés, je serai informé dans les prochaines heures. Et si c’est vrai, ils seront déférés devant mon tribunal » a précisé le procureur militaire. Ces officiers et les soldats du rang sont « détenus à l’Etat-major pour nécessité d’enquête » nous a confié notre source qui ajoute : « Ils ne sont ni détenus à la Dst, ni à la section de recherche de la gendarmerie nationale ».

Armand B. DEPEYLA

Armand B. Depeyla

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2