Côte d'Ivoire: Un parti dénonce la ''gestion opaque'' du régime Ouattara et annonce sa candidature aux élections de 2020


Sylvain Kean Zoh, Président de l'Ump

Le Président de l'Union des masses populaires (UMP), Sylvain Kean Zoh, dénonce la gestion jugée ''opaque'' du régime du Président Alassane Ouattara et annonce la candidature de son parti politique aux élections à venir de 2020. Ci-dessous l'intégralité de sa déclaration.

Chers compatriotes,

Digne peuple de Côte d’Ivoire,

Chers amis de la presse,

C’est avec beaucoup d’émotions que je m’adresse à vous pour vous souhaiter une heureuse année 2018 et prier avec vous pour le retour de la paix dans notre pays. A chacun de vous, je formule des vœux de bonne santé, de succès et de paix intérieure. Mais au-delà des vœux et des prières, je tiens à revisiter l’an 2017 avec vous, en tirer des conclusions et vous dire ma vision de ce que doit être le combat de la Côte d’Ivoire en 2018 ainsi que dans les années à venir.

Comme vous le savez tous, depuis quelques années, je me suis assigné pour mission d’apporter ma modeste contribution à la réconciliation nationale, à la promotion de la paix et à la cohésion sociale. Ainsi, ai-je constamment à titre individuel ou au titre de mon parti (l’Ump), appelé le président Ouattara à prendre des décisions fortes pour mettre fin à la division, à l’injustice sociale et à l’insécurité. En 2017 notamment, j’ai régulièrement interpellé le gouvernement sur les risques d’implosions sociales que pourraient engendrer le chômage des jeunes, la cherté de la vie, la pauvreté, la corruption, etc. Enfin, vous m’êtes tous témoins que je suis de ceux qui affirment haut et fort que le Président Ouattara doit, pour la paix et la réconciliation, décider comme la loi le lui autorise, d’amnistier tous les acteurs de la crise postélectorale de 2011. Malheureusement, jusqu’à la fin de 2017, aucune de mes propositions n’a été prise en compte. J’avoue que cela m’attriste que les attentes légitimes du peuple ivoirien soient ainsi minimisées par le pouvoir.

Ma tristesse est d’autant profonde que pour des faits liés à la crise ivoirienne, certains de nos compatriotes croupissent encore dans les prisons quand d’autres se meurent en exil. Pour moi, il est incompréhensible qu’Alassane Ouattara qui a affirmé en juin 2011 que la réconciliation est une nécessité, ne se serve pas des dispositions constitutionnelles pour matérialiser cette réconciliation. Tout porte ici à croire que la division dans laquelle est plongé notre pays arrange certains qui voudraient même la voir perdurer. Pourtant, nous savons tous que cette division est un frein à la cohésion nationale, à la paix, voir au développement. Autrement, il est temps qu’Alassane Ouattara et son gouvernement réalisent que la Côte d’Ivoire a certes besoin d’infrastructures mais que c’est prioritairement de cohésion et de paix qu’elle a besoin. C’est pourquoi je ne baisserai pas les bras en ce qui concerne la réconciliation nationale.

Par ailleurs, tout au long de cette année 2018, je me tiendrai aux côtés du peuple et, avec le peuple, je continuerai à œuvrer pour le renouveau politique et l’alternance dans notre pays. Sur ce point précis, j’appelle le digne peuple de Côte d’Ivoire à s’organiser dans les villes, les villages, les quartiers et les campements pour dénoncer la gestion opaque du régime en place, alerter la population sur le hold up électoral en préparation et insister sur la nécessité de nous unir pour exiger des élections transparentes en 2020.

A vous, militants et sympathisants de l’Ump, je voudrais rappeler notre engagement commun de constituer une nouvelle génération de femmes et d’hommes politiques, adeptes de la non-violence, qui agissent en mettant toujours en avant l’intérêt supérieur de leur pays et qui sont déterminés à conquérir le pouvoir d’État par la voie démocratique. Georges Weah et ses compagnons que je félicite au passage, viennent de le réussir tout près nous au Liberia. C’est dire que nous le pouvons aussi dans notre pays.

Je saisis d’ailleurs cette occasion pour annoncer solennellement la candidature de notre parti a l’élection présidentielle de 2020. Ainsi, malgré toutes les tentatives visant à nous décourager, l’Ump présentera sa propre liste de candidats. Notre responsabilité étant désormais grande en tant que parti candidat à la prochaine élection présidentielle, nous devons nous démarquer de la violence, tenir un discours de paix, éviter de faire des promesses irréalisables au peuple et ne pas nous attaquer aux autres candidats si ce n’est à leurs idées quand celles-ci sont mauvaises pour notre pays.

Digne peuple de Côte d’Ivoire, 2018 ne doit pas être une année d’hésitation mais plutôt une année de décision. C’est pourquoi tous ceux qui aspirent au changement doivent constituer une union sacrée pour la Côte d’Ivoire. Unissons-nous et profitons du temps qu’il nous reste avant les élections de 2020 pour occuper le terrain en vue de la conquête démocratique du pouvoir. Nous devons le faire non pas pour nous-mêmes mais pour nos enfants à qui nous avons le devoir de léguer un pays paisible, réconcilié et où la justice sera la même pour tous.

Ivoiriennes, Ivoiriens, le pays nous appelle. Répondons présents dès cette année 2018 pour préparer la victoire du peuple en 2020.

A chacune et à chacun, je réitère mes vœux les meilleurs pour cette année 2018.

Que Dieu bénisse la Côte d'Ivoire.

Fait à Abidjan, le 02 janvier 2018.

Sylvain Kean Zoh

Président de l'Ump

David YALA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte