Après une visite à Mabri Toikeusse, Affi N'guessan (président du Fpi) : «Il faut penser à un plan B»


Après Henri Konan Bédié, Affi N'guessan a échangé avec le président de l'Updci, Mabri Toikeusse.

Affi N'guessan continue sa tentative de rapprochement vers les partis membres du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) pour «préparer l'avenir de la Côte d'Ivoire ». Deux semaines après sa rencontre avec le président du Pdci-Rda, le président du Front populaire ivoirien (Fpi) s'est entretenu, le mercredi 7 février 2018, avec le leader de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (Udpci), Albert Mabri Toikeusse, pour «envisager des rapprochements afin de reconstruire une nouvelle alliance»

C'est peu après 16 heures que l'ancien Premier ministre est arrivé au domicile du président du Conseil régional du Tonkpi à Cocody quartier Ambassades. Affi N'guessan était accompagné de son chef de cabinet, Coulibaly Seydou, des vice-présidents Marcel Gossio et Adèle Dedi, et de Mme Tia Monnet de l'Alliance des forces démocratiques (Afd).

Alliance. La rencontre intervient dans un environnement politique trouble. À quelques mois des élections municipales, régionales et sénatoriales dont les dates ne sont pas encore connues, la tension est montée au sein du Rhdp, notamment entre le Pdci et le Rassemblement des républicains (Rdr) sur le projet du futur parti unifié. Les travaux du comité de haut niveau mis en place début décembre 2017, par Ouattara et Bédié, en vue du parti unifié, sont gelés, depuis que des jeunes du Pdci, particulièrement survoltés, ont brutalement empêché une réunion dudit comité le 11 janvier dernier.

Et le Fpi veut profiter de cette situation, d'où son ambition de promouvoir le développement de la Côte d'Ivoire «à travers une nouvelle configuration politique en Côte d'Ivoire». «Nous savons que les organisations que nous rencontrons sont déjà dans une alliance, le Rhdp. Mais, il faut penser à un schéma alternatif, à un plan B et c'est cette alternative que nous voulons construire», a lancé le président du Fpi, sourire aux lèvres, au terme de trente (30) minutes d'échanges avec le président Mabri Toikeusse qui avait à ses côtés Tchagba Laurent, secrétaire général de l'Udpci.

Pour le député de Bongouanou sous-préfecture, il était important d'échanger avec les leaders du Pdci-Rda et de l'Udpci pour qu'ils intègrent dans leur stratégie «la possibilité d'une alternative, d'une nouvelle alliance dans l'intérêt de la Côte d'Ivoire», parce qu'elle a besoin d'un instrument pour promouvoir son développement.

«Nous sommes en Côte d'Ivoire dans un contexte politique où ce n'est qu'à travers une alliance qu'on peut gouverner. Nous, au Fpi, nous avons fait le constat. Le Rhdp, qui a été construit depuis 2005 et qui gouverne, n'a pas atteint les résultats que les Ivoiriens attendaient. Le leader de cette alliance s'est engagé dans une politique de division, qui n'a pas permis de construire l'unité nationale...», a expliqué M. Affi.

Elections locales. Devant cette situation, le président du Fpi veut aller jusqu'au bout en pensant aux élections locales à venir qui sont, selon lui, un cadre de promotion du développement local. «Au delà de la possibilité d'une alliance au niveau national, il y a des alliances circonstancielles locales qui peuvent être construites. Nous savons que l'Udpci est un parti très important sur l'échiquier politique national, alors, il était bon aussi de voir dans quelle mesure nous pouvons travailler ensemble pour bâtir, au niveau local, des équipes pour aider à résoudre les problèmes quotidiens que rencontrent nos parents sur le terrain», ajouté le président du Fpi.

Position. En réaction, le président de l'Udpci a d'abord remercié le président Affi et sa délégation qui lui ont fait l'amitié à travers ce déplacement. Ensuite, le président du Conseil régional du Tonpki s'est montré ouvert au dialogue. «L'Udpci est membre du Rhdp, nous avons des réunions en cours au niveau du Rhdp mais nous ne devons pas fermer la porte aux organisations politiques qui veulent discuter avec nous sur des questions sensibles qui concernent la Côte d'Ivoire. C'est une bonne chose. Nous nous reverrons certainement» , a-t-il indiqué.

Enfin, la réforme de la Commission électorale indépendante (Cei) a été sûrement été évoquée entre les deux parties. Sur cette question précise, Mabri Toikeusse a informé avoir reçu la proposition de la société civile sur la Cei. «Ce document, nous sommes en train de l'examiner. Nous donnerons notre avis sur ce document. Il est bon que les élections en 2018 se fassent dans l'apaisement, la confiance, la cohésion retrouvée. La Côte d'Ivoire a en a besoin et tous les acteurs politiques doivent s'y engager», a-t-il conclu.

Cyrille DJEDJED

Cyrille Djedjed

|

  • SOURCE: L'inter
Previous ◁ | ▷ Next
Shutterstock.com INT
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte