Plantation, distraction, actions sociales, ... : Les images du séjour de Soro à Ferké


Ce dimanche je l’ai consacré à mon amour du terroir. Visiter ma ferme, aller au champs, et partager un moment de bonheur avec les villageois de Sangopari le village natal de mon défunt Père Soro Clement.

Ici au barrage qui a démarré depuis l’accord de prêt en 2011 et ne s’achève que 7 années après, Les villageois me reprochent la lenteur dans l’exécution du projet. J’acquiesce. Je leur dis de se réjouir tout de même de la qualité du travail bien fait. A eux de se mettre au travail
 

Enthousiaste de voir que ce projet pourra impacter directement sur le quotidien des villageois, eux qui ont une vie si pénible et si dispendieuse.
Cap sur la ferme. Les visages ne sont pas joyeux. Tiens tiens. De nouveaux visages sur les lieux. Des stagiaires venus de Bingerville! De si loin! Ils veulent apprendre. Le sourire me revient à la vue des belles pintades. Le maître des lieux est professionnel M.Cyril.
 

Sur ces belles notes cap sur Sangopari. Surprise! Les parents apprenants par le bouche à oreille ont sorti le ballafon. Mes tantes sont contentes. Nous dansons. Simon a honte de danser. Pas moi. Mes souvenirs d’enfance me remontent. J’oublie mes soucis d’Abidjan et ses méchancetés.
 

Je suis heureux! Regardez ce garçonnet! Depuis le matin il me suit partout. Je le remarque. Je me demande qu’est-ce qu’il comprend vraiment à tout ceci? Pourtant il est joyeux. Ça se voit. Alors je danse avec lui. Mes tantes s’en donnent également à cœur joie.
 

Son petit copain le rejoint. On marche pour la cours familiale. La fête bat son plein au son du balafon. À Dieu misères et intrigues d’Abidjan.
Enfin dans la cour familiale. Ici vécu mon grand-père PORLO dit Laloh. J’ai faim. Les parents m’offrent la pitance. Au menu du riz, viande de poulet et bœuf sans fioritures. Je me demande comment mes tantes font des mets de qualité sans tous ces condiments. C’est doux dehh.
Adama le président des jeunes me lance un défi. « Toi tu t’es embourgeoisé. Je parie que tu ne sais plus monter à moto. » Quoi? Je bondis sur la moto. Je me souviens qu’enfants nous allions ensemble au champs chasser les mange mil.
 

Le député Kaweli me demande de visiter l’école avec 117 élèves et 4 enseignants. Une belle école avec des panneaux solaires. Les enseignants sont si jeunes mais motivés. Je suis surpris. Je suis aussi fier.
 

Cap sur le verger! Hélas une maladie s’est abattue sur Le champs de mangue. Je perds toute ma récolte. Le député de Ferké Sous-préfecture me rejoint. Nous sommes tristes du constat. Je demande à Simon de trouver remède. Il Faut de l’argent pour le traitement me dit-il. Tjr l’argent!
 

 
 
Source : Sercom
Félix D. Bony

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Shutterstock.com INT
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte