Crise au Mfa : Anzoumana Moutayé fait le grand déballage et annonce un congrès pour le 19 mai prochain


A l’occasion d’un point de presse, tenu le mercredi 25 avril 2018, au siège du parti sis à Cocody Angré Mahou, Anzouman Moutayé, président du Mouvement des forces d’avenir (Mfa), a expliqué les origines de la crise qui a lieu au sein de son parti et annoncé un congrès, pour le 19 mai 2018. Lequel congrès, permettra au Mfa de ratifier, et de signer les différents textes et accords devant aboutir à la création du Parti Unifié. Ci-dessous l’intégralité de sa déclaration.

Point de Presse du Mouvement des Forces d’Avenir (MFA) relatif au Congrès du 19 mai 2018, animé par le Ministre Azoumana Moutayé Président du Parti.

 

Je voudrais vous remercier pour votre présence ici, pour le point que nous organisons aujourd’hui sur le Congrès que le MFA organisera le 19 mai prochain.

Je souhaite profiter de votre présence pour faire un large tour d’horizon sur la crise qui secoue notre parti depuis quelques mois et sur certains éléments de l’actualité.  

En ce qui concerne la crise :

Comme vous le savez, depuis le 26 Aout 2017, il y a des écrits et des allégations dans les medias, sur des prétendus changements au niveau des organes du MFA. Cette situation s’est exacerbée depuis le 25 mars 2018, en raison de la tenue d’un prétendu congrès à Bondoukou, financé selon les déclarations de certains membres de la dissidence, par des personnalités politiques.

Au cours de cette rencontre dont l’objet était de faire une déclaration de soutien en faveur du RDHP et du Parti Unifié, un simulacre de scrutin a été organisé, avec l’élection d’un pseudo Président, par acclamation.

Les faits sont tenaces et en général édifiants. Je souhaite donc les rappeler, afin de vous permettre de les apprécier et de vous faire une opinion sur la moralité des dissidents qui ont suscité cette crise. De quoi s’agit-il ?

Les faits

Tout est parti de la convocation irrégulière d’un Bureau Politique extraordinaire par Monsieur Ouattara Siaka, le 26 Août 2017.

Dès que j’ai eu connaissance de ce projet, j’ai proposé la tenue d’une réunion du Présidium du MFA à Monsieur Ouattara Siaka, afin que nous puissions échanger sur le bien-fondé du Bureau Politique projeté. Alors qu’il avait donné son accord, Monsieur OUATTARA SIAKA ne s’est pas présenté à la rencontre.

Face à cette situation, J’ai demandé l’annulation de la convocation faite par Monsieur Ouattara Siaka, pour vice de forme, en notifiant ma décision par un communiqué, publié par voie de presse le 24/08/2015 (Nouveau Réveil) et par des sms aux membres statutaires.

Malgré cela, Siaka et son groupe ont maintenu la réunion, qui s’est tenue au restaurant de hôtel NIABLE, avec un groupuscule de dissidents, au nombre de 17 personnes.

C’est à la suite de ce prétendu Bureau Politique, que j’ai appris par voie de presse, que je suis suspendu.

La publication de ces informations a provoqué la crise que traverse le MFA depuis le 26 Août 2017.

Je voudrais signaler que dans le souci d’obtenir le quorum, les dissidents ont établi une liste de présence fictive, ont signé à la place de membres statutaires, et ont imité et signé à la place de délégués absents, lors de ce Bureau Politique, dans le but de le crédibiliser. C’est un premier élément délictueux.

Je voudrais aussi dire que ce prétendu Bureau Politique extraordinaire et les décisions qui en découlent, violent de manière flagrante les dispositions statutaires et règlementaires des textes de notre Parti.

Que prévoient nos textes en la matière ?

Dispositions statutaires

Selon les textes qui régissent notre Parti :

- Au titre de la convocation d’un Bureau Politique extraordinaire

Un Bureau Politique extraordinaire est convoqué à l’initiative du Président du Parti ou à la demande des 2/3 des membres de cet organe (Art 20.2, alinéa 6 des statuts), qui signent une pétition à cet effet.

Contrairement à cette disposition, la convocation du Bureau Politique du 26 Aout 2017, a été faite par Monsieur OUATTARA Siaka, en violation donc des statuts et du règlement qui régissent notre Parti.

- Au titre de la suspension d’un militant

Les sanctions à l’encontre d’un militant, lorsque cela est nécessaire, se déroulent dans un cadre strictement règlementé comprenant une saisine du Conseil de Discipline et l’audition de l’intéressé, avant toute décision. (Art 21, alinéa 3 et Art 27, alinéa 2, des Règlements intérieurs).

Ici aussi, la dissidence a totalement ignoré ces dispositions, puisque je n’ai pas reçu de convocation et que je n’ai jamais été entendu par le Conseil de Discipline.

- Au titre de la désignation du Président du parti

Conformément aux textes qui régissent notre Parti, la désignation du Président est du ressort exclusif du Congrès (Art 19.1 Statuts, Art 13, alinéa 2 des Règlements Intérieurs). J’ai moi-même été élu Président du MFA, lors du Congrès du 12 Avril 2015.

Voilà donc en quelques mots, chers amis de la presse, ce que disent nos textes.

Face à cette situation, qu’avons-nous fait ?      

 

Dans le souci de préserver nos droits et sur conseil de notre avocat, j’ai saisi la justice au civil pour l’invalidation des résolutions prises lors du Bureau Politique du 26 Août 2017 d’une part, et au pénal pour faux et usage de faux et usurpation de titre d’autre part.

Ma requête portait :

au civil :

- sur la régularité de la convocation de ce Bureau Politique extraordinaire,

- sur la compétence de celui qui l’a convoqué et sur sa qualité à signer la convocation,

- sur la compétence du Bureau Politique à suspendre le Président du Parti,

- sur une demande d’invalidation de l’ensemble des décisions prises lords cette rencontre.

b) au pénal :

- sur le faux et usage de faux et usurpation de titre. A ce niveau, le Tribunal a diligenté une enquête auprès de la police. Cette enquête est déjà bouclée.

Malgré le fait que les affaires au pénal priment sur celles au civil selon la loi, le Tribunal de Première Instance d’Abidjan, a rendu un jugement sur le dossier, le 14 mars 2018. Notre Conseil a interjeté appel de ce jugement le 19 Mars 2018 ; cet appel au regard de la loi, suspend l’exécution de la décision du jugement du 14 mars précité. Je signale pour mémoire qu’au regard de la loi, aucune décision de justice ne peut être exécutoire qu’après signification (article 324 du code de procédure) or à ce jour je n’ai pas encore reçu de signification !

Pendant que la décision n’est encore pas signifiée, les dissidents qui ont fait du faux dans l’ensemble de ce dossier, ont décidé de fouler les lois de ce pays au pied, en organisant un congrès le 25 Mars 2018 à Bondoukou, alors que sur la base de l’appel fait à la suite du jugement du 14 Mars, les parties restent en l’état, et que sur cette base, le Président du Parti reste et demeure Azoumana Moutayé.

Lorsque j’ai eu connaissance de ce projet de congrès, j’ai introduit par le canal de notre Conseil, une requête en référé pour l’invalider. A l’audience qui s’est tenue sur ce sujet, Ouattara Siaka et son Conseil ont dit qu’ils ne prévoyaient pas de congrès et sur cette base, le tribunal a estimé que notre requête était sans objet. Il est donc surprenant, qu’ils disent aujourd’hui qu’ils ont organisé un congrès. Comme sur bon nombre d’éléments de ce dossier, ils ont encore une fois, menti à la justice !    

Pour faire le point sur le congrès précité, j’ai convoqué l’ensemble de nos délégués régionaux. Sur 31 délégués que compte notre parti, 27 ont répondu à mon appel.

Ils ont fait un point de la participation des membres de leurs régions respectives à cette rencontre, cela en présence d’un huissier. Sur 4077 membres statutaires que compte le MFA, seulement 71 soit en environ 2 %, ont pris part à ce prétendu congrès. Sur cette base les délégués ont fait une déclaration dans laquelle ils disent ne pas se reconnaitre dans le prétendu congrès de Bondoukou.

Malgré cela, les dissidents continuent dans leur lancée, en associant des noms de hautes autorités de l’état à leurs actions, pour se donner de la contenance

Le MFA est membre fondateur de la plateforme d RHDP depuis 2005. A travers le Parti Unifié, le Président de la République propose un projet politique important pour notre pays. Le MFA ne peut pas rester en marge ce projet. A l’instar des autres Partis Politiques membres du RHDP qui vont en congrès pour soutenir la création du Parti unifié tels le RDR et l’UDPCI, ………….,le MFA .s’engage pour la création et la mise en place de ce projet politique majeur, gage de stabilité de cohésion sociale et de bonheur pour nos populations.

A cet effet, le MFA organisera son congrès le 19 Mai 2018, afin de ratifier et de signer les différents textes et accords devant aboutir à la création du Parti Unifié.

En ce qui concerne la signature de l’accord politique, nous avons comme tout le monde, constaté que le document avait été signé. Nous saluons la signature de cet important accord qui permet de franchir une étape dans la mise en place du parti unifié. Cependant, nous regrettons que pour le MFA, il n’ait pas été signé par le Président statutaire du Parti. Nous saisissons nos alliés, pour que cette anomalie soit corrigée.

Je souhaite dire à nos militants et à nos militantes que la signature d’un document, quelque soit son importance, ne confère pas la qualité de président à un signataire. Ce sont les militants qui choisissent un Président. Que tous restent donc sereins.

A la suite de la signature de ce document par Ouattara Siaka, les jeunes du MFA ont organisé une manifestation, pour protester contre cette situation, alors que j’étais en voyage. Ils ont notamment exprimé leur étonnement face à certaines déclarations des dissidents disant qu’ils étaient soutenus par des hautes autorités de ce pays.    

Ils ont été reçus par le SG, et je les ai rencontrés à mon retour. J’ai rappelé que le PM qui a été cité, n’avait rien à voir avec cela, compte tenu de ses nombreuses responsabilités et occupations professionnelles. Les jeunes et moi, nous nous sommes bien compris, sur ce sujet.

 

Je pense chers amis avoir fait comme promis, un large tour d’horizon sur la crise du MFA et sur nos projets immédiats. Je vous remercie tous pour votre aimable attention.     

 

Jean Kelly KOUASSI (Stg)

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte