Révocation du maire du Plateau Akossi Bendjo : Bédié cogne fort et dénonce une « dérive autoritaire » du régime Ouattara, le Pdci saisit la communauté internationale


Revenu de Daoukro, hier, Bédié n'a pas tardé à réagir sur la révocation du maire Bendjo et d'autres cadres du Pdci, son parti

Henri Konan Bédié est fâché. Très fâché après la révocation du maire Pdci-Rda de la commune du Plateau, Noël Akossi Bendjo. Dans une déclaration qu’il a produite et lu devant l’ensemble de la presse nationale et internationale, ce jeudi 2 août 2018, par son porte-parole, Narcisse N’dri, le président du Pdci-Rda n’a pas usé de la langue de bois pour assimiler certains actes du régime actuel à une « dérive » qu’il condamne. « Le Pdci-Rda Condamne la dérive autoritaire du gouvernement qui tend à mettre en péril les droits et les libertés en Côte d’Ivoire ».

L’ancien chef d’Etat, où il se retire habituellement, n’est pas du tout content de la décision prise par le gouvernement au conseil des ministres du mercredi 1er août 2018 contre l’un de ses cadres. En l’occurrence le premier magistrat de la commune du Plateau, son Secrétaire exécutif chargé de la mobilisation et de l’organisation. Le parti de Bédié fait noter, en effet, que cette révocation vient s’inscrire dans une série qui cible ses élus et ses cadres militants, notamment le limogeage de l’Inspecteur généal d’Etat, Emmanuel Niamien N’goran et la suspension « illégale » du président du Conseil régional du Hambol, le ministre Jean Louis Billon.

Dans le cas d’espèce, le Pdci-Rda traduit sa stupéfaction devant ce qu’il qualifie de « non-respect de la loi et des procédures administratives en vigueur en matière de contrôle de la gestion des collectivités territoriales ».

« Le Pdci-Rda considère, au regard de tous ces manquements, que la révocation du maire Akossi Bendjo est une affaire politique, s’interroge sur l’opportunité d’une telle décision dans un contexte politique marquée par la préparation des élections municipales et régionales d’octobre 2018 et conclut a un harcèlement et à une grave violation de la présomption d’innocence intolérable dans un Etat dit de droit ».

Pour Henri Konan Bédié et ses partisans, cet acte posé en pleine période de préparation des élections locales porte atteinte gravement à la démocratie et à l’Etat de droit. Aussi, s’inquiètent-ils de la démarche du gouvernement de nature, précisent-ils « à entraver la paix, la stabilité et la cohésion sociale dans notre pays ». « Le Pdci-Rda demande au gouvernement de mettre fin immédiatement aux enquêtes et aux poursuites ciblées, prend à témoin l’opinion nationale et internationale et décide de diligenter des missions dans les chancelleries pour attirer leur attention sur les menaces qui pèsent sur la paix et la cohésion sociales en Côte d’Ivoire », annonce le président Bédié, qui appelle les militants de son parti à demeurer vigilants et à se disposer pour répondre à des mots d’ordre pour des actions à venir.

 

F.D.BONY

Félix D. Bony

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte