Municipales et régionales du 13 octobre : De nombreux duels entre cadres Pdci


Il est un type de confrontation qui sera forcément suivi de près lors des élections locales du 13 octobre : il s'agit des oppositions entre cadres du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci). Dans de nombreuses circonscriptions, les candidats désignés par la direction auront pour adversaires des camarades de parti, soit parrainés par le Rhdp unifié, soit se présentant sous la bannière « Indépendant ».

Ainsi pour les élections régionales, dans le Haut-sassandra, le professeur Alphonse Djédjé Mady, choix de Henri Konan Bédié et du Pdci, ne réussira pas à faire l'économie d'une confrontation avec Léopoldine Tiézan Coffie. L'ex-ministre de la Famille et de la Promotion de la femme, ponte du Pdci, a échoué à obtenir le parrainage du parti, mais ne renonce pas à sa candidature.« Dieu nous donnera les moyens de gagner »,soutient la première présidente de l’Union des femmes du Pdci (l'Uf-Pdci).

Dans l'Indenié-Djuablin, Adou N'gouan Bernard, candidat du Pdci, croisera le fer avec Pascal Kouakou Abinan. Le président du Conseil régional sortant, quoique Pdci,   se présentera comme Indépendant aux élections régionales. Dans la région du Gôh, deux dignitaires du Pdci s'affronteront : l'un, parrainé par le parti, Kouassi Bodi Théodore, l'autre, bénéficiant de l'onction du Rhdp unifié, Djédjé Bagnon Joachim.

A relire: Ça chauffe au Pdci, Alcide Djédjé déballe tout

Au tableau des municipales, les cas d'opposition entre gens du Pdci, se multiplient. Cocody en est une parfaite illustration. Le candidat parrainé par M. Bédié se nomme Jean-Marc Yacé. Il affrontera, le 13 octobre, le maire sortant, N'goan Aka Mathias, porté par le Rhdp unifié, mais aussi, Colette Koné, « Indépendante ». N'goan Aka Mathias, comme Colette Koné, sont tous deux, cadres Pdci de la commune de Cocody. Ils n'ont pas été retenus par ce parti qui leur a préféré Jean-Marc Yacé.

A Port-Bouet, la bataille Emmou Sylvestre-Fofana Siandou aura bel et bien lieu. Le premier, un moment pressenti comme « Indépendant », a obtenu les faveurs du Pdci tandis que le second s'est vu parrainer par le Rhdp unifié.

Ces municipales et régionales, au sein du Pdci, auront un air de bataille fratricide. D'un côté, les candidats oints par Henri Konan Bédié voudront faire leurs preuves. Dans de nombreux cas, M. Bédié a préféré des cadres au parcours politique modeste à des personnalités qui ont, longtemps, été considérées comme des dinosaures dans leurs bases. Dans le Gontougo, par exemple, Vremen Serge Yvon a clairement une forte pression : l'emporter face à Kobenan Kouassi Adjomani, président du conseil régional sortant, icône du Pdci, mais aussi chantre du parti unifié Rhdp.

De l'autre côté, les barons du parti septuagénaire non retenus par Henri Konan Bédié voudront, d'une certaine façon, se réhabiliter, prouver que la direction du Pdci-Rda n'a pas été si bien inspirée dans ses choix. Pascal Kouakou Abinan, président du conseil régional sortant de l'Indenié-Djuablin, symbolise extraordinairement ce profil de cadre frustré qui jettera toutes ses forces dans la bataille. Samedi 1er septembre 2018, à une cérémonie dans le village d'Amangouakro (Abengourou), M. Abinan se lâchait : « Je suis Pdci. J'ai été délégué départemental pendant 18 ans à Abengourou. Je suis membre du Bureau politique depuis presque 20 ans. Je suis vice-président du Pdci, j'ai demandé le parrainage du Pdci pour ces élections, ça m'a été refusé...Des frères de la région sont allés me noircir chez le président Bédié. Le Pdci ne m'a pas choisi, je ne vais pas me suicider » (in Le Nouveau réveil du mardi 4 septembre 2018). Samedi 13 octobre 2018, Pascal Kouakou Abinan espère prendre le dessus sur Adou N'gouan, le choix du Pdci.

De sérieuses batailles se profilent à l'horizon. Elles pourraient voir la fin politique de personnalités, ou encore, étouffer durablement la percée de cadres qui croyaient leur heure de gloire arrivée.

 

 La crise au sommet met des ministres en difficulté

En dehors de quelques rares- comme Thierry Tanoh restés discrets dans ce grand moment politique- la plupart des ministres Pdci se sont révélés en difficulté. La crise au sommet Alassane Ouattara- Henri Konan Bédié est passée par là. Les dissensions entre les deux grands alliés sur le parti unifié et l'alternance 2020 ont crispé les débats. Entre aller aux élections locales avec la casquette du Pdci-Rda et se faire parrainer par le Rhdp unifié, les ministres de M. Bédié se sont retrouvés face à un choix cornélien. La présence de quelques-uns d'entre eux sur deux listes (à la fois la liste Pdci et la liste Rhdp unifié) était symptomatique du malaise. Certains, comme Alain-Richard Donwahi, ont dû s'expliquer auprès de Henri Konan Bédié, lundi 27 août 2018, avec cette profession de foi : « je suis candidat, tête de liste Pdci-Rda de la région de la Nawa ». Alain-Richard Donwahi a opté, en fin de compte, pour le Pdci au détriment du Rhdp unifié.

Autres particularités. François Amichia, présent sur la liste Pdci-Rda, et non pas sur la liste Rhdp unifié, sera finalement tête de liste...Rhdp unifié à Treichville. Pascal Kouakou Abinan, lui, n'est ni « Pdci », ni « Rhdp unifié », à ces élections. Quoique vice-président du Pdci, il se présentera sous la bannière « Indépendant ».

Kisselminan COULIBALY

  

Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte