Municipales et Régionales 2018, Abou Drahamane Sangaré charge Ouattara : « Il a renié sa parole, il dit une chose et fait le contraire »


Dans sa déclaration face à la presse, ce mardi, Abou Drahamane Sangaré, qui signe président par intérim du Front populaire ivoirien (Fpi), n’a pas été tendre envers le président de la République, Alassane Ouattara, au sujet de son refus de reporter les prochaines élections locales prévues pour le 13 octobre prochain. Ci-dessous, l’intégralité de son texte à travers lequel il exige ce report et des discussions pour la réforme de l’actuelle Commission électorale indépendante (Cei).

Le chef de l’Etat, Monsieur Alassane Ouattara, vient de renier avec désinvolture, comme à son habitude, la parole donnée, montrant ainsi à suffisance, son mépris pour les principes élémentaires de la gouvernance démocratique, mais surtout pour l’urgente nécessité d’une décrispation aux fins d’une normalisation effective de la vie publique et pour la paix en Côte d’Ivoire.

En effet, le lundi 6 août, veille de la fête nationale de Côte d’Ivoire, Monsieur Alassane Ouattara, dans son adresse à la nation, a annoncé avoir pris une ordonnance portant amnistie des événements liés à la crise postélectorale de 2010, et par conséquent la libération d’environ 800 prisonniers politiques au rang desquels, l’ex-Première Dame Simone Ehivet Gbagbo, les ministres Assoa Adou, Lida Kouassi Moïse et M. Jean Gervais Tchéidé, tous vice-présidents du Front populaire ivoirien.

Dans le même élan, M. Ouattara affirmait avoir « instruit le Gouvernement à l’effet de réexaminer la composition de la Commission électorale indépendante (CEI), en vue des prochaines élections » qu’il souhaitait « inclusives et sans violence ». Il en avait même appelé, au passage, « à la responsabilité de la classe politique afin que le débat politique soit apaisé ».

Un mois seulement après cette déclaration, accueillie pourtant avec joie et soulagement par le peuple de Côte d’Ivoire et l’opinion publique internationale, Monsieur Ouattara vient d’opérer un revirement spectaculaire, méprisant et loufoque. En effet, de retour d’un voyage officiel en Chine, interrogé par un journaliste sur la date des élections locales, eu égard à la réforme annoncée de la CEI, M. Alassane Ouattara déclare, à la surprise générale des Ivoiriens et de tous les partenaires de la Côte d’Ivoire, qu’il n’y aura « pas de report des élections, la réforme de la CEI ne concerne que la présidentielle de 2020 ». Le chef de l’Etat, Monsieur Alassane Ouattara, la voix officielle de l’Etat de Côte d’Ivoire, venait ainsi de renier publiquement sa parole donnée. Il dit une chose et fait son contraire !

Rappelons que la composition la CEI actuelle affiche un déséquilibre scandaleux qui profite au pouvoir en place. De plus, cette institution est dirigée par Monsieur Youssouf Bakayoko dont la partialité et la soumission indécentes à Monsieur Ouattara ont profondément érodé la crédibilité, depuis le simulacre honteux d’une proclamation de résultats à laquelle il s’est livré, en dehors de toute procédure légale, au QG de campagne du candidat Alassane Ouattara, lors de la présidentielle de 2010. Il est de notoriété que cette institution, qui s’est systématiquement montrée totalement inféodée au régime Ouattara, fait l’objet depuis toujours de rejet et de vives contestations du FPI, de tous les démocrates ivoiriens et de la quasi-totalité des organisations de la société civile en Côte d’Ivoire.

L’annonce du 6 août 2018 et le retour du Fpi aux urnes

C’est le lieu de rappeler que le 18 novembre 2016, sur saisine de l’ONG Actions pour la Protection des Droits de l’Homme (APDH), la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, estimant que la composition actuelle de la CEI viole le droits des citoyens ivoiriens à choisir librement leurs dirigeants, a condamné l’Etat de Côte d’Ivoire et l’a enjoint de modifier l’organe électoral afin de le rendre conforme aux instruments internationaux dont notre pays est signataire. Monsieur Ouattara, usant de ruse et de manœuvres dilatoires, a tenté de contourner cette condamnation historique à travers l’appel du jugement introduit par ses avocats devant la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples. Il en fut débouté !

Face à l’entêtement de Monsieur Ouattara et à sa dérive despotique surréaliste dans un Etat qui se veut de droit, le FPI n’a cessé de réclamer la refonte et la recomposition de la CEI afin de garantir au processus démocratique le maximum de transparence et d’impartialité pour des élections justes, équitables, apaisées et crédibles. L’annonce du 6 août 2018 du chef de l’Etat augurait du retour de la Côte d’Ivoire à une normalité démocratique qui devait permettre à tous les partis politiques de faire valoir leurs ambitions sur le terrain et par la voie des urnes, ligne idéologique et politique dans laquelle le FPI s’est toujours inscrit et dont il ne s’est jamais détourné.

Pourquoi un tel revirement spectaculaire de M. Ouattara ? Pourquoi le Chef de l’Etat décide-t-il d’humilier ainsi la Côte d’Ivoire sur la scène internationale ? Pourquoi une telle inconstance irresponsable et puérile là où sa voix devrait apporter garantie et sérénité ? Pourquoi Monsieur Ouattara décide-t-il d’ignorer les incessants appels du Conseil de Sécurité de l’ONU, en l’occurrence la Résolution 2062 du 12 juillet 2012 par laquelle la communauté internationale demandait au « Gouvernement ivoirien et à tous les acteurs politiques de veiller à ce que les prochaines élections locales soient ouvertes, transparentes, libres et régulières (…), en assurant la sécurité et en procédant aux réformes électorales utiles » ?

Pourquoi refuse-t-il de se soumettre à la décision de la Cour africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, cette haute juridiction dont la Côte d’Ivoire est signataire ? Pourquoi M. Ouattara prend-il ainsi le contrepied de sa propre annonce au demeurant très bien accueillie dans tous les milieux politiques et diplomatiques ? Quelles sont les raisons qui nous valent cette danse de la mante religieuse, un pas en avant, deux en arrière, au moment où le peuple de Côte d’Ivoire se réjouissait à l’idée de renouer avec le jeu démocratique ? M. Ouattara a-t-il tant en horreur la normalisation de la vie politique qu’il veuille par tous les moyens empêcher des réformes courageuses, honnêtes et responsables du processus électoral ? Que veut-il réellement à la Côte d’Ivoire et comment espère-t-il s’en sortir ?

Les réponses du Fpi à ses interrogations

Pour le Front Populaire Ivoirien, la réponse à ces questions est simple et on ne peut plus claire : il ne fait aucun doute que les raisons de ce revirement, qui est aussi un auto-reniement de Monsieur Alassane Ouattara, tient à la récente libération de prisonniers politiques avec, en tête de file, Mme Simone Ehivet Gbagbo. En effet depuis la libération de celle que le régime en place n’a eu de cesse de diaboliser aux yeux de la communauté nationale et internationale, l’on assiste, à sa résidence privée, à un impressionnant ballet de personnalités de tous bords, et à un afflux de populations venant de toutes les régions du pays. Mieux, avec la reprise du procès annoncée le 1er octobre prochain, une lueur d’espoir de la probable libération du président Laurent Gbagbo et du ministre Charles Blé Goudé point à la Cour pénale internationale.

Face à ce qui est apparu comme un début de décrispation du climat sociopolitique, et au moment où l’ardeur militante du FPI que l’on avait tenté d’abattre puis de diviser, apparaît plus que jamais intacte, voire décuplée, il est évident que M. Ouattara a peur de se retrouver sur le terrain d’élections justes, transparentes et inclusives.

En effet depuis sa prise de pouvoir dans les conditions sanglantes et dramatiques que l’on sait, le régime en place s’est illustré par sa propension à favoriser, outre le tristement célèbre rattrapage ethnique, des élections sectaires, anti-démocratiques et basées sur l’exclusion systématique de toute force d’opposition. Dans cette entreprise d’occupation violente, illégitime et inique de l’espace ivoirien, l’actuelle CEI aura été, de tous temps, le bras instrumentalisé qui garantissait à chaque fois, au camp Ouattara, des victoires taillées sur mesure. Dans ces conditions, il est évident que des élections organisées, supervisées et conduites par une Commission électorale véritablement indépendante, sont susceptibles de faire trembler le pouvoir d’Abidjan, lui qui n’est jamais allé à aucune élection de façon loyale. Ainsi donc, parce qu’il a peur d’engager le débat sur le terrain des urnes et de la démocratie totale et transparente, Monsieur Ouattara renie sa parole, au risque de compromettre la décrispation amorcée avec l’ordonnance n°669 du 6 août 2018 portant amnistie, et au mépris de l’opinion des Ivoiriens qui, dans leur grande majorité, se sont prononcés en faveur de la révision de cette CEI.

La position et l’appel de Sangaré et ses partisans

Le FPI Maintient sa position qui est que la CEI actuelle est illégale et illégitime pour agir et organiser des élections au nom du peuple de Côte d’Ivoire, une position confortée par l’arrêt de la Cour Africaine des Droits de l’Homme.

Le FPI considère qu’il est inadmissible que le Chef d’Etat de Côte d’Ivoire décrédibilise avec autant de légèreté la parole officielle de la République par le reniement d’un engagement public. Le FPI considère que Monsieur Ouattara est trop faible politiquement, comme l’a d’ailleurs reconnu l’Union européenne, pour accepter volontairement tout jeu démocratique ouvert. Il veut donc se donner par ce revirement éhonté, les moyens d’imposer des règles unilatérales à même de garantir sa victoire aux élections à venir. Le FPI reste convaincu que par le reniement de la parole donnée, M. Alassane Ouattara tente désespérément de reprendre la main dans le jeu politique ivoirien, au mépris des risques que fait peser cette posture dangereuse sur le processus de normalisation de la vie publique et de restauration de la cohésion sociale.

Le FPI, soucieux de la nécessité de sauvegarder la paix, et conscient de sa responsabilité historique quant à son engagement à faire prospérer le processus de démocratisation de la Côte d’Ivoirie :

Dénonce la volte-face du chef de l’Etat qui constitue un reniement inacceptable de la parole officielle ;

Condamne cette attitude irresponsable et récurrente qui ternit l’image du pays, fragilise les Institutions et met en péril les fondements de la République ;

Rejette toute idée d’organisation d’élection en violation de la décision de la Cour africaine des Droits de l’Homme et des Peuples ;

Met en garde le régime Ouattara contre cette énième tentative de porter un coup d’arrêt brutal au légitime espoir des Ivoiriens de voir leur pays renouer enfin avec la normalité démocratique ;

S’oppose énergiquement à cet autre passage en force programmé pour le 13 octobre prochain ;

Exige le report sans conditions des élections locales du 13 octobre 2018, et l’ouverture sans délai des discussions inclusives en vue de la réforme et de la mise en place d’une CEI consensuelle ;

Tient Monsieur Ouattara pour responsable de tout ce que cette fuite en avant délibérée et irresponsable pourrait causer au pays, à ses habitants, ainsi qu’à tous ceux qui ont des intérêts dans notre pays ;

Prend la Communauté internationale à témoin sur les graves dangers que fait peser la dérive despotique de M. Ouattara sur la Côte d’Ivoire ;

Réitère son appel l’ensemble du Peuple du pays, aux forces sociales et politiques en vue d’un rassemblement autour de la Côte d’Ivoire ;

Exhorte les forces vives du pays à prendre leur destin en main et à se tenir prêtes pour toutes les actions démocratiques à venir, afin de faire barrage à l’imposture et au péril que le régime Ouattara fait courir à la République.

 

Fait à Abidjan le 8 août 2018,

Pour le Front Populaire Ivoirien

Le Président par intérim

SANGARE Abou Drahamane

NB : Le titre, les inter-titres et le chapeau sont de la Rédaction

Linfodrome.ci

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte