8 ans après la crise post-électorale : Christine Adjobi conte sa mésaventure : « J’ai pardonné parce que la Côte d’Ivoire doit avancer, je ne veux pas souffrir »


L'ancienne ministre de la Lutte contre le Sida, l'une des victimes de la crise post-électorale, a levé un coin du voile sur sa mésaventure

L’ancienne ministre de la Lutte contre le Sida, Christine Adjobi, a annoncé qu’elle a pardonné pour tout ce qu’elle a subi pendant la crise post-électorale où elle avait été arrêtée, malmenée et détenue.

Rarement, elle apparait publiquement. Mais, l’ancienne ministre en charge de la Lutte contre la Santé a finalement rompu le silence. Dans un post sur la plate-forme, Observatoire démocratique de Côte d’Ivoire (Odci), elle lève un coin du voile sur sa mésaventure durant la crise post-électorale. Christine Nebout Adjobi conte les souffrances qu’elle a endurées, depuis son arrestation à la Résidence d’Etat de Cocody, les agressions qu’elle a subies, son passage au Golf Hôtel qui servait de QG du président Ouattara et de la coalition du Rassemblement des Houphouëtistes (Rhdp), et de son inculpation alors qu’elle avait trouvé refuge à l’hôtel La Pergola, d’Abidjan Zone 4.

L’ex-détenue de la crise post-électorale ne rappelle pas tous ses déboires pour remuer le couteau dans la plaie, mais juste prendre l’opinion à témoin de ce qu’elle a vécu et témoigner de sa bonne disposition d’esprit par rapport à la réconciliation. L’ancienne ministre de Laurent Gbagbo dit avoir tout pardonné de tout ce qui lui est arrivé, au nom de sa foi en Dieu. « C’est mon Dieu qui est fort. Vous demandez la grâce du pardon, il vous donne le pardon. Il me donne de pardonner à tous ces gens-là. Je leur ai pardonné, parce que la Côte d’Ivoire doit avancer. Si j’ai de la haine dans mon cœur, je ne dors pas, je souffre. Je n’ai pas besoin de souffrir. Je ne veux même pas souffrir. Je veux aimer…. »

 

F.D.BONY

Félix D. Bony

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte