PDCI-RDA: Voici pourquoi les plaintes contre le parti ont été annulées


Ph DR

Contre toute attente, la justice ivoirienne a radié du rôle, hier mardi 09 octobre 2018, l’affaire du procès en annulation des résolutions du bureau politique du PDCI, 17 juin 2018, introduite par Jérôme N’guessan, l’un de ses cadres frondeurs.

Selon le confrère Ivoir soir.net qui rapporte l’information, cette décision des juges, intervient après que le plaignant ait brillé, par son absence à l’audience, prévu le mardi 09 octobre 2018. « Il avait pris soin d’expliquer par ses conseils qu’il n’entendait pas poursuivre ces affaires », a ajouté le confrère.

Faut-il rappeler que deux autres affaires sont en cours de traitement, dont celui du recours en annulation des décisions du 8e congrès « du vieux parti », tenu le lundi 01 octobre 2018 à Daoukro, dans le fief du président du part M. Henri Konan Bédié.

Ces deux affaires pendantes pourraient également connaître la même issue, si l’on en croit notre source. « Ce 18 octobre, la justice devrait statuer dans le fond de l’affaire, mais à en croire le plaignant lui-même, celle-ci, comme la récente plainte qu’il avait introduite pour attaquer les décisions du bureau politique de Daoukro, sera aussi radiée ».

Cette nouvelle tournure de l’affaire N’guessan Jérôme contre le PDCI-RDA, est à n’en point douter, une victoire des avocats du PDCI qui avaient été déboutés, lorsque la juge des référés Massafola Méité-Traoré avait suspendu toutes les résolutions du bureau politique du 17 juin 2018.

Un revirement à 360°, que certains observateurs de la vie politique ivoirienne attribuent à la sortie fracassante du Sphynx de Daoukro, lors du 9e bureau politique du parti tenu le lundi 08 octobre 2018 à Daoukro. Ce Jour, l’homme fort du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA), avait jugé inadmissible, l’immiscions de la justice ivoirienne, dans les affaires intérieures de son parti.

« Nous ne tolérerons pas avec les militants et nos alliés, qu’un juge s’immisce dans les affaires du PDCI, dans les affaires d’un parti politique. Nous ne tolérerons plus et n’y aura jamais d’administrateur provisoire du PDCI. Personne ne s’avisera de prendre une telle décision, autrement, c’est la chienlit, le désordre généralisé dans toute la Côte d’Ivoire et cela, je ne sais jusqu’où s’arrêterait. A Bon entendeur salut ! », avait-il craché.

 

Jean Kelly Kouassi (Stg)

Jean Kelly KOUASSI (Stg)

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte