Elections municipales au Plateau : De renversantes révélations sur la victoire du candidat du PDCI


24/10/2018
Elections municipales au Plateau : De renversantes révélations sur la victoire du candidat du PDCI

Plus d'une semaine après les élections municipales, on en sait un peu plus sur les circonstances du dénouement de la contestation du scrutin au Plateau. Il revient, en effet, que les mains extérieures ont dû s'inviter dans la cuisine interne de la Commission électorale indépendante( Cei) pour éviter que la situation s'envenime. De quoi s'agit-il ?

Selon Jeune Afrique, qui rapporte l'information dans sa dernière livraison du 21 au 27 octobre 2018, il a fallu que les grandes chancelleries s'impliquent dans le dossier pour que la Cei daigne publier les résultats sortis des urnes, à l'issue du scrutin qui s'est tenu au Plateau, ce samedi 23 octobre 2018. En effet, révèle le confrère, des ambassadeurs européens ont dû joindre par téléphone le président de la Cei lui-même pour lui dire de proclamer les résultats, sosu-entendus tels qu'ils sont sortis des urnes. Ceux-ci, écrit notre source, "insistent auprès de Youssouf Bakayoko pour qu'il publie les résultats". C'est cette pression extérieure exercée sur le président de la Cei qui a "libéré" les résultats que l'opinion attendait du scrutin qui s'est tenu au Plateau.

Sur le sujet: Plateau/ Après avoir battu le candidat de Ouattara: Ehouo Jacques veut aller dire merci à Gbagbo et Blé Goudé à La Haye

Mais ces mains extérieures ne sont pas intervenues par enchantement dans les affaires intérieures de la Cei. A en croire le confrère, c'est le président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié qui a mis en branle son réseau à l'internationale en actionnant lui-même l'ambassadeur de France en Côte d'Ivoire, Gilles Huberson, l'ambassadrice de Grande-Bretagne, Josephine Gauld et la chargée d'affaires américaine, Katherine Brucker et autres diplomates occidentaux. Ce sont ces coups de fil du Sphinx de Daoukro qui, à en croire la même source, ont poussé ces puissances extérieures à mettre la pression sur le président de la Cei pour que la vérité des urnes soit respectée.

Par ailleurs, rapporte toujours le confère, l'ambassadeur du Bénin en Côte d'Ivoire, a lui aussi saisi les autorités ivoiriennes, par crainte de voir les ressortissants et les intérêts béninois être pris à partie. L'adversaire du candidat du Pdci, le magna de la communication Fabrice Sawegnon, étant taxé d'être d'origine béninoise. C'est donc ce faisceau d'acteurs extérieurs qui a permis de parvenir au dénouement que l'on a constaté le 15 octobre, avec l'acceptation de sa défaite par Sawegnon, via un poste sur sa page Facebook.

Joint par téléphone, le responsable de la communication de la Cei a réagi à cette information du bimensuel panafricain. "Je ne peux pas confirmer qu'il a été appelé ou non. Mais sachez que nous sommes partenaires avec toutes les chancelleries. Nous discutons régulièrement avec elles", a-t-il commenté.

Un coup de trop contre la crédibilité de la Cei

Au moment où des voix s'élèvent de plus en plus pour contester les résultats proclamés par la Cei, ces révélations viennent apporter de l'eau au moulin de ceux qui pourfendent cet organe électoral. Or donc, des personnes extérieures peuvent exercer une pression sur le président de la Cei ! Que cela puisse être possible incline à douter de l'indépendance de cette structure organisatrice des élections en Côte d’Ivoire. Et partant, à donner du grain à moudre à tous ceux qui remettent en cause sa liberté d'action au point de réclamer qu'elle soit profondément réformée. A juste raison, si l'on s'en tient à ce que rapporte Jeune Afrique. De fait, s'il a été possible d'amener le président de la Cei, par des pressions extérieures, à faire en sorte que soient proclamés les résultats issus des urnes au Plateau, à quoi ne doit-on pas s'attendre à l'avenir ? Le fait que cela soit possible ne vient-il pas conforter dans leur position des candidats qui prétendent que les résultats sortis des urnes dans leurs localités ont été tronqués à l'annonce officielle ? Par ailleurs, n'y a-t-il pas lieu de craindre pour 2020 si des mains extérieures peuvent ainsi s'inviter dans la cuisine interne à la Cei ? C'est en cela que ces révélations devraient amener les uns et les autres à ouvrir les yeux.  

Assane NIADA

Assane Niada

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2