Attaque de son siège, kidnappings, enlèvements, arrestation de Douati

Recentes attaques/ Laurent Akoun (Sg du Fpi) : « Le gouvernement Ouattara en est le commanditaire »


23/08/2012
Akoun Laurent a déploré le fait que le Rdr se confonde au gouvernement.
C’est une direction du Front populaire ivoirien (Fpi) très remontée qui a donné de la voix, mercredi 22 aout 2012, au cours d’une conférence de presse qu’elle a animée à son siège provisoire à Attoban (Cocody). Des gnons et des torgnoles, elle en a administrés au pouvoir actuel.

Les kidnappings, les enlèvements de ces militants ou des partisans de l’ancien président Laurent Gbagbo et l’arrestation d'Alphonse Douati, Secrétaire général adjoint du parti révoltent sérieusement le Fpi. C’est pourquoi, sans mâcher ses mots, le parti fondé par Laurent Gbagbo, ancien chef de l’Etat, détenu à La Haye, a tenu le gouvernement Alassane Ouattara pour responsable de tous ces actes de violence dont il dit être victime. « C’est le gouvernement qui est le commanditaire…Cette atmosphère de terreur plonge ses racines dans l’idéologie et la psychologie du régime dont nous pensons que les décideurs internationaux réussiront à contrecarrer la dangerosité, au nom de la justice et la démocratie », a lâché Laurent Akoun, Secrétaire général par intérim et porte-parole du Fpi. Il a déploré le fait que le Rassemblement des républicains (Rdr, parti au pouvoir) se confonde au gouvernement. « On ne sait pas où commence le parti et où s’arrête l’Etat », a-t-il relevé. Le porte-parole du parti à la rose a rappelé une déclaration faite par le Secrétaire général du Rdr sur laquelle il s’est appesanti pour démontrer que le Rdr est à la base des agressions que subit le Fpi. Exposant quelques facteurs qui justifieraient le « harcèlement » du régime Ouattara contre l’opposition, Laurent Akoun a évoqué les circonstances de la naissance du parti au pouvoir. « Le Rdr est la formation politique qui est (…), et qui a le moins intégré les idéaux et valeurs démocratiques à sa vision et son programme d’action (…) », a-t-il affirmé.

Le conférencier a, dans cette logique, clamé que « le Rdr est aujourd’hui incapable d’exercer un pouvoir d’Etat…Le terrain de la lutte institutionnel n’est pas le sien. C’est pourquoi celui qui l’y oblige à s’aventurer devient son pire ennemi. Le Fpi est le pire ennemi du Rdr parce que le terrain de prédilection de Laurent Gbagbo est l’arène politique qui exclut la violence physique ». Selon le conférencier, si le régime de Ouattara prend « le risque » d’appeler à des élections dans des conditions qui excluent « la compagnie des dozos, une Cei monocolore et un découpage électoral scandaleux », il perdra face au Fpi. Face donc au climat de terreur qu’il impute au régime en place, Laurent Akoun en a appelé au sens de l’équité, de la justice, de la paix de toutes les forces diplomatiques et politiques « afin qu’elles arrêtent la machine de répression dirigée contre le peuple ivoirien ». Le Fpi, dans cette dynamique, a conclu à « l’incompétence politique » du régime actuel avant de poser cette exigence : « La libération immédiate et sans conditions de son Secrétaire général Adjoint Douati Alphonse, et de ses militantes et militants enlevés depuis au moins un(1) mois et dont il est sans nouvelles » et invité « le gouvernement à arrêter la vague de violences qui est servie aux populations en ouvrant des discussions franches avec l’opposition en général et le Fpi en particulier, afin de reconstruire la Côte d’Ivoire sur desbases légales et durables ».

Alain BOUABRE

Alain Bouabré

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2

 

Videodrome