Affaire « non à la rupture, oui à la paix et à la prospérité » : Ouattara désavoue Duncan, Achi, Adjoumani et les pétitionnaires


La décision du chef de l’État, Alassane Ouattara, président du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp unifié) est prise. Pour de bon ! Plus question de s’illusionner quant à un come-back de son ex-allié sûr, Henri Konan Bédié, au Rhdp. Toutes les « potions » calmantes, notamment politiques et même des liaisons de cœur ont montré leur limite.

Au point qu’aujourd’hui, s’étant rendu à l’évidence de la vacuité de toutes les démarches entreprises çà et là, il a décidé de prendre ses responsabilités. Le difficile deuil de leur divorce étant passé, depuis le mercredi 29 novembre 2018, Alassane Ouattara a décidé de bâtir, formellement, son parti dont l’ossature est maintenant connue. Le congrès constitutif est fixé au 26 janvier 2019, soit 30 mois avant le premier tour de l’élection présidentielle d’octobre 2020. « Le Conseil politique du Rhdp a décidé de l'organisation du congrès constitutif du Rhdp le 26 janvier 2019 au stade Félix Houphouët-Boigny à Abidjan. Le Conseil politique a décidé de la mise en place dans les meilleurs délais des groupes parlementaires Rhdp à l'Assemblée nationale et au Sénat », lit-on dans le communiqué ayant sanctionné une réunion du Rhdp tenue le mercredi 28 novembre 2018.

A relire: Après son refus d'adhérer au Rhdp : Le Rdr courtise et lance des pierres à Bédié

Au cours de ce conclave, Alassane Ouattara a procédé à la nomination de plusieurs personnalités issues des partis qui composent cette nouvelle formation politique pour la période courant jusqu'à l'organisation du congrès. Ainsi, Amadou Gon Coulibaly, Kobenan Kouassi Adjoumani et Ibrahim Cissé Bacongo ont été respectivement nommés, président du directoire, porte-parole principal et Directeur de cabinet.   Clarisse Mahi et Mamadou Touré ont été, quant à eux, nommés porte-parole adjoints. La présidence du comité d'organisation du congrès constitutif de janvier prochain a été confiée à Adama Bictogo, Vice-président du Rdr chargé de la région de l’Agneby. Il devrait être aidé dans sa tâche par le ministre des Sports et loisirs, Danho Paulin et Anne Désirée Oulotto (vice-présidents du comité d'organisation). Quant à la présidence du comité scientifique de ce congrès, elle est revenue à Amédé Kouassi Kouakou, un transfuge du Pdci. Celui-ci a pour adjoints, Dr Massandjé Touré et Pr Joseph Yapo Brou. Une décision majeure a marqué cette première réunion. La durée de la période transitoire, initialement de 12 à 18 mois avant la tenue du congrès constitutif du parti, est ramenée à 3 à 6 mois.

Trois raisons fondamentales et stratégiques peuvent expliquer le choix d’Alassane Ouattara, président du Rhdp unifié. On voit clairement que d’un côté, il met un point final à la publication de la liste controversée des pétitionnaires issus du Pdci. Ceux-ci disent, selon leur slogan, « non à la rupture, oui à la paix et à la prospérité ». Face à cette nouvelle donne, ces pétitionnaires, des ministres, membres du Bureau politique, cadres, Secrétaires de section sont mis, par Ouattara, face à leur destin politique. Ils doivent se déterminer entre le Pdci-Rda et le Rhdp. Ils n’ont plus le choix. Sa décision de créer le Rhdp sonne aussi comme un cinglant désaveu à Daniel Kablan Duncan, Patrick Achi, Kouassi Kobenan Adjoumani et autres Amedé Kouassi Kouakou, fortement impliqués dans cette affaire de pétitionnaires pour le «  non » à la rupture HKB. En cherchant à tacler Bédié, il veut en même temps refaire son retard par rapport au Pdci. Il veut mettre devant leurs responsabilités, certains cadres et ministres Pdci qui rusent encore avec leur choix entre le Rhdp et le Pdci-Rda.

Après les élections locales du 13 octobre 2018, plusieurs élus (maires et présidents des conseils régionaux) ont viré au Rhdp. En outre, avec la naissance du mouvement « Sur les traces d’houphouët-Boigny », le Pdci s’est vu démembré. Mais, certains cadres qui disent avoir rejoint le Rhdp dansent encore entre deux marigots.   Il s’agira pour les uns et les autres de faire tomber le masque. Tous ces signataires vont-ils franchir le pas de l’intégration officielle au Rhdp ? Car, ce congrès constitutif du Rhdp verra, de facto, la mort du Rassemblement des républicains (Rdr), de l’Udpci et de tous les appendices et autres partis vassaux qui remplissent, de par leur logo, le carré du Rhdp unifié.

Entre Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié, le déchirement intervenu à la suite du retrait du Pdci du processus de mise en place du Rhdp a débouché sur une rupture totale.

Rappelons que Henri Konan Bédié, en froid avec Alassane Ouattara au sujet de l'alternance au pouvoir en 2020, a décidé de se retirer de la mise en place de cette coalition au pouvoir. C'est le 16 juillet dernier à Abidjan que le parti unifié Rhdp a tenu son Assemblée générale constitutive.

Armand B. DEPEYLA

Armand B. Depeyla

|

  • SOURCE: Soir info
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte