Politique nationale : Alain Lobognon justifie l’admission de Fofié à l’Ena et suscite un débat


Le lieutenant-colonel, Martin Fofié Kouakou, partagera désormais son temps entre la caserne de la 2ème Légion militaire de Daloa et l'Ena

Avait-il besoin de justifier l’admission du colonel Fofié Kouakou à prendre des cours en tant qu’auditeur libre à l’Ecole nationale d’Administration (Ena)? C’est ce que le ministre, Alain Lobognon a cru bon devoir faire dans à travers deux posts sur son compte twitter. « Le Colonel Fofié Kouakou Martin admis en auditeur libre à l’Ena. Le terme auditeur libre désigne, dans le monde éducatif et particulièrement dans le milieu universitaire, une personne qui suit un cursus de façon libre afin d'étudier sans passer d'examens », informe et enseigne l’ancien patron de la Communication des ex-forces nouvelles (ex-rébellion) dont le colonel Fofié était l’un des redoutés chef de guerre, Commandant de Zone (Com’zone) de Korhogo..

L’actuel député et maire sortant de Fresco ne s’arrête pas là. Avant que des personnes ne s’interrogent sur les motivations du l’actuel Commandant en second de la deuxième Légion militaire de Daloa de retourner sur les bancs, notamment de l’Ena, il en donne des explications. « Pour ceux qui ne le connaissent pas, le Colonel Fofié Kouakou Martin est un amateur des Lettres, notamment de la littérature française. Un homme très cultivé. Son admission en auditeur libre à l’ENA est à saluer », justifie l’ex-ministre des Sports.

Cette sortie du farouche partisan du président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, lui vaut certes des soutiens, mais elle va lui attirer des courroux d’activistes des réseaux sociaux aux positions très tranchées. Pendant que certains réclament le parcours scolaire de l’officier militaire pour arriver à l’Ena, d’autres veulent en savoir sur le mécanisme par lequel il a été admis à suivre des cours dans cette prestigieuse école. Des plus méfiants se demandent l’intérêt recherché par l’homme en tenue en allant prendre des cours d’Administration. Et d’autres d’ironiser, sceptiques par des onomatopées du genre : « Hum !», ou « Quel beau pays !».

A l’inverse, certains saluent l’initiative de l’ancien chef de guerre de vouloir se former, et éventuellement envisager sa reconversion.

Un vrai clash entre partisans des ex-Forces nouvelles et adversaires politiques sous des avatars pour animer les débats sur les réseaux sociaux.

F.D.B

Félix D. Bony

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte