Assemblée nationale de Côte d'Ivoire: Soro s'en va


L'hésitation de Soro à adhérer au RHDP unifié pourrait lui coûter la présidence de l'Assemblée nationale

Guillaume Soro vit un profond dilemme depuis un certain temps. Le Président de l'assemblée nationale, qui a pris ses distances vis-à-vis de sa formation politique, le RDR, doit pourtant se décider avant le 26 Janvier 2019.

Le 26 Janvier 2019, se tiendra à Abidjan le congrès constitutif du parti unifié RHDP. Un congrès qui se tiendra sans le PDCI-RDA qui a claqué définitivement la porte de la coalition houphouétiste depuis son congrès extraordinaire du 15 Octobre 2018 à Daoukro. Malgré les incessants appels de pieds et parfois des piques lancés à son encontre, Henri Konan Bédié est resté sourd et a même fini par déclarer que le retour du PDCI-RDA au RHDP unifié est un vieux souvenir. La crispation née du refus du plus vieux parti d'adhérer à la coalition houphouétiste unifiée a valu à nombre de ses cadres des limogeages voire un ''exil'' forcé comme c'est le cas pour actuellement pour Noël Akossi Bendjo, ancien maire de la commune du Plateau, démis pour malversation.

À l'ouverture de la deuxième session ordinaire 2018 de l'Assemblée nationale, en Avril dernier, Guillaume Soro recommandait de privilégier le dialogue si les fondateurs du parti unifié voulaient une alliance forte qui regroupe tous les partis politiques membres du RHDP. «Le dialogue, pour ma part, dans cette circonstance, doit demeurer le maître-mot. Le parti unifié, je l’espère aura à se construire inclusivement. Car la division, assurément, fera notre faiblesse. Laissons donc le temps aplanir les différends», suggerait-il. Malheureusement, huit mois après, le parti unifié est progressivement en train de se mettre en place en désaccord total avec un des principaux partis, le PDCI-RDA. Vice-président du RDR, Guillaume Soro n'est plus très actif lorsqu'il s'agit de la vie de son parti politique. Deux mouvements politiques dont-il est proche, ont d'ailleurs déjà réclamé sa candidature à la présidentielle de 2020 là où le Président Ouattara parle du «meilleur d'entre nous». Pis, on voit bien Guillaume Soro se rapprocher de plus en plus d'Henri Konan Bédié au détriment d'Alassane Ouattara qu'il a vivement soutenu jusqu'à sa réelection en 2015. A moins d'un mois de la tenue du congrès constitutionnel du parti unifié, Guillaume Soro reste méfiant et totalement distant sur la question du RHDP unifié.

Pourtant, les organisateurs annonçent la mise en place de groupes parlementaires RHDP à l'Assemblée nationale comme au sénat d'ici à la fin de ce mois de décembre 2018. Ce qui suppose que si Soro ne se détermine pas avant cette échéance, il y a de fortes chances qu'il soit démis de ses fonctions de Président de l'Assemblée nationale et remplacé par un cacique du sérail au cas où le RHDP était majoritaire. Selon des observateurs de la scène politique nationale, Guillaume Soro sait très bien qu'il marche sur des braises, et l'obtention de son MBA finances à l'Ecole de commerce de Lyon (France) n'est pas fortuit. «Après mon expérience professionnelle au gouvernement et à l'Assemblée nationale, je me suis dit qu'il fallait combler les lacunes que je pouvais avoir», déclarait-il. Mais on comprendra plus loin la posture du Président de l'Assemblée nationale lorsqu'il se dit en quête d'un «stage quelque part pour aller (se) frotter aux réalités de la finance». Aussi banal que cela puisse paraître, ce bout de phrase vaut son pesant d'or. Soro ne se sent plus ni au RDR ni au RHDP. Il est déjà sûr qu'il ne prendra pas part au congrès du parti unifié qui se tiendra le 26 Janvier.

En fin rusé, il se prépare à toute éventualité. Sinon, il sait très bien que la fonction de député, mieux de Président de l'Assemblée nationale qu'il occupe est incompatible avec le stage qu'il veut faire actuellement. A moins que cela ne soit une plaisanterie de mauvais goût. Quoi qu'il en soit, le RHDP unifié attend le bon moment pour lui porter l'estocade. Dans une conférence de presse animée jeudi 06 Décembre 2018, Adama Bictogo, Président du comité d'organisation du congrès constitutif du parti unifié indiquait que le 26 janvier sera ''la finale de la clarification'' des positions de tout un chacun. «Dans notre pays, il y a beaucoup qui sont pressés. Le 26 janvier sera la finale de la clarification. A partir du 26 janvier, le RHDP doit se retrouver partout dans le pays. Nous sommes cohérents et nous refusons de tricher avec le peuple. Si vous avez décidé de ne pas être RHDP, alors déposez le tablier et partez», a lancé Adama Bictogo, répondant à la question de Linfodrome de savoir quel sort sera réservé aux cadres de l'administration, membres du gouvernement et autres Présidents d'institutions, dont Guillaume Soro, qui hésitent encore à se déterminer en faveur du parti unifié.

David YALA

David YALA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte