Invitée par une structure de l’Etat : Simone Gbagbo crée l’émeute à Ficgayo


C'est une Simone Éhivet Gbagbo tout sourire qui a foulé le sol de la place Ficgayo, dans la commune de Yopougon, lundi 10 décembre 2018, au cours de la cérémonie commémorative du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'Homme (Dudh). En fait, pour la célébration de cette journée dédiée à la protection des droits de l'Homme, elle était l'invitée de la présidente de la Commission nationale des droits de l'Homme de Côte d'Ivoire (Cndhci), Namizata Sangaré.

À l'instar de la majorité des pays dans le monde, la journée du 10 décembre est dédiée aux droits de l'Homme. La présence de l'ex-Première dame, Simone Gbagbo, a suscité un intérêt tout particulier pour cette cérémonie de la part des invités dont de nombreuses associations de femmes de la commune. Toutes ces femmes voulaient la voir, la toucher.

A relire: Bonne nouvelle pour Simone Gbagbo et les ex-détenus: L'ordonnance portant amnistie devant les députés ce mardi, quatre projets de loi adoptés par l'Assemblée nationale

Pour cette année, la Cndhci a retenu comme thème : ''Œuvrons pour l'égalité, la justice et la dignité humaine''. En marge de ce 70e anniversaire, Mme Sangaré a annoncé que les 20 ans de la Déclaration des Nations unies sur les défenseurs des droits de l'Homme et le 5e anniversaire de la Résolution des Nations unies sur les femmes défenseurs. « La Côte d'Ivoire était le premier pays africain à l'époque, à avoir adopté une loi qui promeut et protège spécifiquement les défenseurs des droits humains. Outre les membres de la Cndhci, la loi ivoirienne protège tout défenseur des droits de l'Homme, au sens large. Cette loi est une avancée majeure au regard du vide juridique qui existait avant son adoption en matière de protection des défenseurs des droits de l'Homme. Elle consacre, d'une part, les droits et devoirs des défenseurs des droits de l'Homme et énumère les obligations de l'État en vue d'en garantir l'effectivité, d'autre part », a-t-elle déclaré.

Pour Namizata Sangaré, il faut sensibiliser, informer et inciter les populations à s'approprier les mécanismes nationaux et internationaux de protection des droits humains. « Il s'agit de faire comprendre aux populations que l'État leur offre des garanties en cas de violations ou d'atteintes de leurs droits », a-t-elle indiqué. Elle a annoncé qu'un numéro vert existe pour dénoncer les violations des droits de l'Homme. « Nous encourageons le gouvernement à poursuivre ses efforts dans la mise en œuvre des droits contenus dans la Déclaration universelle des droits de l'Homme et explicités dans la Constitution ivoirienne du 8 novembre 2016. Dans ce contexte favorable à une réflexion sur les droits de l'Homme, nous devons promouvoir l'éducation aux droits de l'Homme, l'enseigner aux enfants dans les écoles et aux populations afin que chaque jour, chacun protège les droits de l'autre », a-t-elle soutenu.

Le message du Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a été lu par le Coordonnateur-résident du Système des Nations unies en Côte d'Ivoire. « Les droits de l'Homme sont assaillis de toutes parts. Les valeurs universelles se délitent. L'état de droit est en recul. Aujourd'hui, plus que jamais, il nous appartient clairement et collectivement de défendre les droits de l'Homme, pour chacun, partout dans le monde », indique ce message. Le Coordonnateur-résident du Système des Nations unies a rappelé que la Côte d'Ivoire s'est inscrite dans l'Agenda 2030 en mettant en avant les préalables de paix et de justice, d'égalité et de dignité humaine, comme gages de développement durable. Il a surtout réitéré la disponibilité et l'engagement de l'Onu « dans le renforcement des initiatives du gouvernement dans le domaine de la promotion et la protection des droits de l'Homme ».

Notons que le Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des droits de l'Homme, Sansan Kambilé, était représenté par le chef de cabinet de la Secrétaire d'État chargée des droits de l'Homme.

 

Hervé KPODION

 

 

Hervé Kpodion

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte