Guerre ouverte à l'Assemblée nationale: Les camps Soro et RDR se déchirent, ce qui s’est passé entre les vice-présidents Diawara et Oulat Privat


Le doyen, Mamadou Diawara, dénonce une violation des lois du Parlement par Guillaume Soro

Ils ne se font plus cadeau à l’Assemblée nationale. La guerre est ouverte entre les camps du président de l’institution, Guillaume Soro et les députés du Rdr. Formation politique dont est issu le chef du Parlement ivoirien. Ce qui s’est passé, ces deux jours, au lendemain de la réunion du Bureau de l’Assemblée nationale du mercredi 16 janvier 2019, se passe de commentaire. Cette réunion, convoquée et présidée par Guillaume Soro, lui-même, a requis auprès de l’Exécutif la suspension des poursuites contre le député de Fresco, Alain Lobognon, et refusé la levée de l’immunité de Jacques Ehouo, député du Plateau, également poursuivi par le procureur d’Abidjan.

Présents à la rencontre, qui a été très houleuse à l’Hémicycle, les députés membres du groupe parlementaire Rdr, au nombre de 14 sur les 27 membres du Bureau de l’Assemblée, se sont abstenus, volontairement, de prendre part au vote engagé par le chef du Parlement afin de trancher sur les sujets soumis à examen. Mais, l’honorable Diawara Mamadou, président de ce groupe parlementaire, et ses camarades, n’avaient pas encore dit leur dernier mot.

Le lendemain jeudi 17 janvier 2019, ils ont saisi, par courrier, le ministre de la Justice pour « contestation des décisions du Bureau de l’Assemblée nationale du 16 janvier 2019 ». Le doyen d’âge de l’Assemblée nationale, vice-président de l’institution et ses camarades du Rdr dénoncent, en effet, une violation des dispositions du Parlement par leur président.

Ils reprochent à Guillaume Soro d’avoir soumis au vote les délibérations de la réunion du Bureau, alors que celles-ci ne devaient être tranchées que par une simple majorité des membres présents. La procédure du vote adoptée n’existant pas dans les textes du Parlement. « Les députés ont précisément estimé que cela procédait d'une lecture tendancieuse et frauduleuse de notre loi qui distingue la procédure en séance parlementaire de la tenue des réunions parlementaires qui comme toutes réunions prennent leur décision à la majorité simple lorsqu’aucun texte ne les oblige. C'est dans ces conditions que le président de l'assemblée nationale, comme il l'a dit lui-même a usé de ses prérogatives de président de séance pour arrêter le mode de votation édicté par l'article 49 précité », écrit l’honorable Mamadou Diawara, qui estime qu’il y a violation de la loi et demande au Garde des Sceaux de « tirer les conséquences de ce vote ». Lequel vote, il estime qu’il est « nul et non avenu », parce que les 14 députés qui se sont abstenus étaient suffisamment majoritaires pour faire la différence.

La cinglante réaction de Oulat Privat, proche de Guillaume Soro

La réaction du camp Soro a cette saisine ne s’est pas faite attendre. Ce vendredi 18 janvier 2019, c’est un autre vice-président de l’Assemblée nationale, l’honorable Oulat Privat, proche de Guillaume Soro, qui répond au doyen Diawara et à ses collègues du Rdr. Celui-ci, en des termes non moins incisifs, relève en la forme du courrier transmis au ministre de la Justice, « un manquement grave à l’éthique et à la déontologie parlementaires ». Le député de Duékoué dénonce l’initiative du président du groupe parlementaire du Rdr qu’il estime « en dehors du cadre légal et règlementaire ».

 

Oula Privat

                                                                                                             Oula Privat, vice-président, proche de Guillaume Soro, sonne la réplique

 

Il déplore que cette initiative ait été prise à l’insu du Président de l’Assemblée nationale présent sur le territoire national et sans délégation de signature ni de pouvoir, conformément au fonctionnement de l’institution. « C’est un acte caractéristique de la méconnaissance du fonctionnement institutionnel de l’Assemblée nationale et des institutions de la République », charge Oulat Privat, qui fait noter que la procédure de vote engagée par Guillaume Soro l’aura été sur une proposition du plaignant lui-même. « L’Assemblée nationale tient à porter à la connaissance du peuple de Côte d’ivoire que ce qui est surprenant, c’est que le vote dont il est question et dont l’on dit qu’il n’a jamais eu lieu au cours des réunions du bureau depuis 1961 est une proposition de Monsieur DIAWARA   Mamadou,   Vice-Président   et   Doyen   d’âge de l’Assemblée et du Secrétaire du Bureau Alain Ekissi ».

Pour étayer ces propos, le proche de Guillaume Soro a convié les journalistes à un point de presse afin de produire le verbatim et l’enregistrement audio de la réunion à laquelle a pris part l’honorable Diawara et ses camarades. Un véritable jeu de passe entre ces deux camps plus que jamais adversaires au sein de l’hémicycle.

F.D.BONY

Félix D. Bony

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte