Crise Pdci - Rhdp parti unifié : Le ministre Amichia : « Il n’y a pas d’un côté les bons et de l’autre les mauvais (…) Evitons de stigmatiser certains »


Le ministre Amichia a mis le holà sur les stigmatisations depuis que des cadres du Pdci-Rda ont choisi d'adhérer au parti unifié du Rhdp

Depuis Yamoussoukro où il a dirigé la délégation du pré-congrès du parti unifié du Rassemblement des Houphouëtistes (Rhdp), le ministre François Amichia, haut cadre du Pdci-Rda, a donné sa position sur le clivage entre sa famille politique d’origine et la nouvelle formation en création.

A moins d’une semaine du congrès constitutif du Rhdp parti unifié, prévu les 25 et 26 janvier 2019 à Abidjan, le ministre en charge des Villes, Albert François Amichia était, ce samedi 19 janvier 2019, face aux militants du parti unifié en gestation, à la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix dans le cadre du pré-congrès.

Dans un message de fraternité et de paix, le maire de Treichville a invité les militants du Rhdp, singulièrement les légataires de la pensée de Félix Houphouët-Boigny, à cultiver la paix et la tolérance. Pour le ministre Amichia, il ne faut pas désespérer si aujourd’hui, au moment où il faut formaliser le groupement politique du Rassemblement des Houphouëtistes pour le développement et la paix (Rhdp), les deux héritiers que sont le président du Pdci, Henri Konan Bédié et le chef de l’Etat Alassane Ouattara, ne parlent plus le même langage. Il faut plutôt garder l’espoir que cela se fasse un jour. Car, dira-t-il, dans la vie humaine, il y a des moments forts et des moments difficiles. Aussi, invite-t-il les uns et les autres à ne pas s’attarder sur les moments difficiles pour vivre l’histoire. « L’avenir commande de prendre des décisions et il faut les prendre en son âme et conscience. Il n’y a pas d’un côté les bons et de l’autre les mauvais. Nous devons cultiver l’amour pour chacun, nous devons cultiver la compréhension de l’autre, nous devons être tolérants vis-à-vis de celui qui, à un moment donné, ne partage pas les mêmes opinions que nous », a exhorté l’enseignant chercheur. Et l’historien d’insister sur le bon ton. « Il y a des paroles qui font plus mal qu’une balle de fusil. Il y a des paroles qui tuent évitons d’utiliser ces mots, évitons de stigmatiser certains, évitons de condamner l’autre. Toutes nos paroles, tous nos comportements doivent nous amener vers la pensée d’Houphouët-Boigny », a-t-il insisté.  

Aux militants de Yamoussoukro, les légataires de la pensée de Félix Houphouët-Boigny, chargés de perpétuer son esprit, il les a exhortés à se mobiliser et à faire en sorte que la Côte d’Ivoire se retrouve comme Félix Houphouët-Boigny l’a souhaité. Au ministre du Commerce de l’Artisanat et des PME, Souleymane Diarrassouba, Pco du pré-congrès de Yamoussoukro, il a été invité à entretenir la flamme jusqu’au 26 janvier 2019. « Vous êtes responsable régional, associez toutes les filles et les fils de Félix Houphouët-Boigny. Maintenez le dialogue chaque jour et faites en sorte que tous ici se sentent concernés », a lancé le chef de mission Albert Amichia.  

Bien avant, en sa qualité de président du comité d’organisation de ce rassemblement, Souleymane Diarrassouba a rassuré l’émissaire de la direction du futur parti unifié sur la cohésion qui prévaut à Yamoussoukro entre les enfants d’Houphouët-Boigny. « Nous travaillons à l’édification du Rhdp dans le district de Yamoussoukro. Lorsque nous constatons le gisement, sinon le réservoir de sympathisants et de militants du Rhdp ici, dans le District de Yamoussoukro, nous n’avons aucun doute, grâce aux différentes actions qui seront menées en toute solidarité, qu’à l’horizon 2020, le Rhdp pourra transformer l’électorat de Yamoussoukro en sa faveur et à la majorité », a soutenu le ministre du Commerce.

 

Patrice KOUAHO

Correspondant régional

Patrice KOUAHO

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte