Pré-congrès du Rhdp: Depuis Dabou, Bruno Koné attaque le projet d'alliance entre le Pdci et le Fpi


Le ministre Bruno Koné a mis les militants du Rhdp des Grands Ponts en ordre de bataille pour une participation exceptionnelle au congrès du 26 janvier
Superviseur de la région des Grands ponts dans le cadre de l’organisation du congrès constitutif du Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), Bruno Nabagné Koné, juge incongrue l’alliance entre le vieux-parti ivoirien - le Pdci - et le Front populaire ivoirien (Fpi) de l’ex-président, Laurent Gbagbo. En meeting de clôture des travaux du pré-congrès à Dabou, le cadre du parti unifié a jeté des pierres dans le jardin de ces deux partis qui envisagent de sceller une alliance, en prévision de la présidentielle 2020. « Certains se disent Houphouétistes, et ils s’allient à ceux qui ont insulté Félix Houphouët-Boigny hier. Le moment venu, ceux-là comprendront l’incongruité de leur démarche », a décoché l’émissaire du directoire du Rhdp dans les Grands Ponts, invitant tous ceux qui se retrouvent dans l’héritage de paix et de développement de Félix Houphouet-Boigny, à continuer d’être ensemble. Et ce, pour permettre « à notre pays de continuer sa marche en avant dans la paix et la prospérité ». « Ensemble, nous sommes plus forts. Notre force, c’est le bilan du président Alassane Ouattara et sa vision de paix et du développement que nous devons vulgariser. Travaillons au renforcement du développement et de la paix », a sensibilisé le ministre en charge de la Construction.
Bruno Koné a appelé à une mobilisation « exceptionnelle » au congrès du 26 janvier prochain. « Le congrès marque le début de la préparation du parti pour affronter 2020. C’est un congrès très important pour le futur de la Côte d’Ivoire. Le directoire compte sur vous pour une mobilisation exceptionnelle des Grands ponts aux travaux du congrès pour montrer que cette région s’aligne sur la vision de paix et de développement du Rhdp », a galvanisé Bruno Koné, relevant qu'au regard de l’histoire politique de la Côte d'Ivoire, qui part de l’Indépendance à nos jours, trois grandes périodes se dégagent et justifient amplement la création du Rhdp. La première, rappelera-t-il, part de l’indépendance aux années 1990. laquelle a été marquée par le parti unique, la paix relative, l’amélioration des conditions de vie des Ivoiriens à travers la construction d’infrastructures (routes, hôpitaux, écoles, université,eau, électricité…). « C’était la période du “miracle ivoirien », instruisait-il. La seconde période, selon lui, part des années 1990 à 2010. Elle correspond, à l'en croire, à la période des grandes difficultés du pays, avec une recrudescence de la violence sous toutes ses formes, une crise économique et financière aiguë ponctuée de coup d’Etat, de rébellion et de guerres. « Ce fut la période la plus difficile qu’à connue le pays qui a un lien avec la division des enfants de Félix Houphouet-Boigny. La leçon qu'on en tire, c'est que quand les enfants d'Houphouet Boigny sont ensemble, le pays va mieux », a argumenté le ministre Bruno Koné sous les vivats du public en phase avec lui.
Concernant la dernière période allant de 2010 à ce jour, il a estimé qu'elle correspond à celle du « redécollage du pays ». « C'est la période de la fin des dissensions entre fils d’Houphouët-Boigny avec la construction de nouvelles infrastructures, le recul de la pauvreté, la hausse du taux de croissance, la création d’emplois, les victoires diplomatiques, le rayonnement culturel et l’attractivité du pays vis à vis des bailleurs et des hommes d’affaires », faisait-il remarquer, appelant de tous ses vœux à maintenir ce qui fait avancer la Côte d'Ivoire. A savoir, le RHDP. « Ici, à Dabou, vous avez compris les enjeux auxquels le pays fait face. Ces enjeux justifient la création du Rhdp. C'est une positionnement républicain. Il s'agit de sauver la nation et continuer la marche du pays », a-t-il clarifié, rassurant que pendant la phase transitoire, les partis membres vont conserver leur logo. « Un logo définitif va remplacer le moment venu celui transitoire. Les activités vont se faire dans un cadre unitaire », a-t-il rassuré. 
Bien avant, le secrétaire d’Etat à la promotion de l’investissement privé, Esmel  Essis ainsi que le maire de Dabou, Yed Niagne et son collègue de Jacqueville, Joachin Beugré, se sont engagés à mobiliser les populations des Grands Ponts pour leur participation « exceptionnelle » au congrès du 26 janvier et une  adhésion massive au Rhdp-parti unifié. 
 
TRAORE Tié, Envoyé spécial 
 
TRAORE Tié

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte