Présidentielles 2020 : Comment Bédié a tout verrouillé, son ultime bataille face à Ouattara à l'horizon


Henri Konan Bédié, le président du Pdci-Rda, ne cache pas son ambition de se présenter à la présidentielle de 2020

Henri Konan Bédié, candidat aux élections présidentielles de 2020 ? C’est de plus en plus probable, malgré les velléités de jeunes cadres de son parti, contraint de regarder venir les choses.

A 21 mois des prochaines élections présidentielles en Côte d’Ivoire, les candidats ne se bousculent pas encore au Pdci-Rda pour la convention de ce parti. Les velléités s’expriment encore timidement au sein de la formation septuagénaire dirigée par Henri Konan Bédié. Le ‘’sphinx’’ de Daoukro ne veut laisser les cadres de son parti se disperser autour d’une candidature, quoi qu’il ait été le premier, depuis avril 2017, à réclamer un militant actif du Pdci-Rda pour l’alternance jamais obtenue avec le Rdr de son ex-alliés, Alassane Ouattara, devenu son désormais farouche rival du parti unifié du Rassemblement des Houphouëtistes (Rhdp).

L’ancien chef de l’Etat, héritier politique de feu Félix Houphouët-Boigny, depuis son décès en 1993, a tout verrouillé. Il a tout mis en oeuvre pour que tout se passe dans l'ordre au sein de son parti. Et ce depuis que les échéances de 2020 ont commencé à pointer. On se souvient de l'approche de 2015 quand plusieurs cadres dont Essy Amara, Charles Konan Banny, Jerôme Kablan Brou et autres Bertin Kouadio Konan, protestatnt contre son appel à soutenir Alassane Ouattara, avait fait le choix de tous se présenter contre le candidat du Rhdp, alors coalition au pouvoir.

Cette fois, Henri Konan Bédié voit les choses autrement. Et il pourrait lui-même prendre le devant de la scène. Tout se précise déjà. On en a déjà une nette idée avec ces cérémonies d’hommage sur les places publiques, comme ce fut le cas, à la célébration des martyrs le 30 janvier 2018 à Dimbokro, quand des cadres l’ont proposé comme candidat pour 2020. Le mouvement ‘’Bédié pour tous, tous pour Bédié’’ dirigé par l’ambassadeur, Gnamien Yao, promu Grand Conférencier du Pdci-Rda savait bien ce qu’il faisait, quand à l’issue du Colloque organisé dans la ville dite martyre du vieux parti, il a annoncé : « « Le commissaire générale et les organes du colloque international sur les martyr du PDCI-RDA des années 1950 lui (Henri Konan Bédié) demandent de bien vouloir accepter d’être le candidat pour tous les militants du PDCI-RDA qui iront l’investir à la convention de 2019 ».

Cette sortie, à laquelle le concerné n’a pas donné de suite, a tempéré les ardeurs de jeunes cadres qui se préparaient dans l’ombre, à l’instar du ministre Jean Louis Billon, bombardé au Secrétariat exécutif du ‘’vieux parti’’ avec la charge de l’information, de la communication et de la propagande. Un poste pas hasardeux pour l'ex-ministre du Commerce, victime de ses adversités avec les tenants au pouvoir, que le président du Pdci a prépositionné pour lui donner l'occasion d'accroître sa popularité. Mieux, Henri Konan Bédié n'entretient presque pas de flou sur son éventuelle candidature toutes les fois que des confrères étrangers ont eu l’occasion de lui poser la question. Le président du Pdci-Rda, dans ces entretiens, n’écarte plus la possibilité pour lui de tenir le flambeau de son parti, et même de citer des alliés avec lesquels il pourrait entrevoir son ticket.

Stratégie de diversion ou realpolitik ?

A en croire plusieurs sources proches de la formation septuagénaire, à 85 ans bientôt, l’ancien président ivoirien continue de nourrir sérieusement cette ambition de se présenter comme le candidat de son parti en 2020. « Le président Bédié pense qu’il y a plus de certitude que sa candidature soit validée plutôt que prendre le risque avec un autre cadre. C’est pourquoi, il veut se présenter lui-même, pour garantir les chance du Pdci, car personne n’osera l’écarter de ces présidentielles », lâche un haut cadre du parti, tandis que des intellectuels se réunissent déjà pour préparer un nouveau projet de société à leur président.

Le président Bédié, lui-même, ne s’en cache presque plus. De plus en plus, dans ses discours, il semble préparer ses partisans à accepter son éventualité. C’est le cas quand le 26 janvier 2019, il recevait les jeunesses de sa formation politique à Daoukro pour se donner un cadre de réplique au congrès constitutif du parti unifié qui avait lieu, le même jour, à Abidjan.

Affichant sa fierté à ses jeunes, le président du Pdci va saluer leur mobilisation du jour et la traduire comme étant leur ferme volonté à agir comme une jeunesse consciente des grands enjeux et défis à relever au cours de cette année 2019, année qualifiée à juste titre de décisive. « D’abord, les jeunes que vous êtes, vous devez demeurer les artisans de la stabilité du Parti, telle que prônée par le 6ème congrès extraordinaire, tenu le 15 Octobre dernier, ici même à Daoukro. Ensuite, vous devez être les acteurs permanents de la continuité de l’action politique de notre grand Parti pour pérenniser notre œuvre commune sans rupture et conflit entre les générations dans ce Parti qui a su, au cours de son histoire, faire de l’intégration harmonieuse des Jeunes la certitude et la priorité de ses priorités ».

Et le président Bédié d’ajouter : « Nous sommes une et une seule génération au PDCI-RDA; à savoir celle qui se reconnaît dans les idéaux prônés, et rappelés plus haut, par nos pères fondateurs, dont le plus illustre d’entre eux, de tous les temps, demeure incontestablement Félix Houphouët-Boigny ». Un appel à casser toute forme de barrière pour entrevoir harmonieusement les challenges à venir présenté sous la forme de la nécessité de d’assurer la « protection de ce précieux héritage politique » qu'est le Pdci-Rda. « Tous ensemble, nous devons agir pour réussir la préparation et l’organisation en 2019, de notre Convention Nationale de désignation de notre candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2020 ». 

Tout est dit. Si bien dit dans ce discours, où indirectement, le probable futur adversaire d’Alassane Ouattara - qui ne cache pas non plus son intention de rempiler - s’affiche plus que jamais. De quoi retenir pour le moment, les velléités de jeunes loups comme Jean Louis Billon, Thierry Tanoh et autres nouveaux espoirs, qui pourraient laisser le ring à une ultime bataille des elders avant de prendre le relai plus tard.

 

F.D.BONY

Félix D. Bony

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte