Situation sociopolitique

Mariatou Koné aux leaders politiques, traditionnels et religieux : « On est chef parce qu’il y a des gens qui sont en vie »


La ministre de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la pauvreté, le Professeur Mariatou Koné

La ministre de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la pauvreté, le Professeur Mariatou Koné a remis le couvert ce mardi 19 février 2019 à Abidajn-Cocody lors de la deuxième édition du colloque interreligieux sur le thème : « Dialogue interreligieux et le défis politiques et socio-économiques ».

Elle ne finira décidemment pas de surprendre plus d’un. Mariatou Koné, c’est d’elle qu’il s’agit, se démarque véritablement des autres membres du gouvernement actuel. Partout où elle est invitée, la Ministre en charge de la cohésion n’hésite pas à prôner la paix, la tolérance et le respect mutuel.

Ce mardi, lors d’un colloque sur le dialogue interreligieux organisé par la Konrad-Adenauer-Stiftung (KAS) en collaboration avec l’Ambassade d’Israël en Côte d’Ivoire et le Centre de recherche politique d’Abidjan (CRPA), le nouvel apôtre de la paix a exhorté les leaders politiques, les chefs traditionnels et les guides religieux à faire de la paix « notre première religion ».

« Les guides religieux ont une responsabilité dans la préservation de la paix sociale. Ils doivent être eux-mêmes des modèles de tolérance pour notre société. Les relations entre les guides et leurs fidèles doivent s’inscrire dans un contexte où il n’y pas de discours à pousser à la haine. Les guides religieux doivent se mettre au dessus de la politique et être des acteurs de cohésion social », a suggéré Mariatou Koné.

La ministre en charge de la Cohésion Sociale a encouragé les leaders politiques, chefs traditionnels et guides religieux à tenir un langage de paix et de tolérance en vue du rapprochement des populations. « Pour obtenir le suffrage des Ivoiriens, il faut que la paix soit de mise. On est chef de village parce que les habitants sont en vie. On est guide religieux parce que les fidèles sont vivants. Donc faisons en sorte que la paix soit notre première religion », a-t-elle insisté.

Pour SEM. Eli Ben-Tura, Ambassadeur d’Israël en Côte d’Ivoire, la cohabitation et la tolérance interreligieuse s’impose aujourd’hui dans un monde aussi controversé. « C’est un grand défi pour nous, de renforcer la voix du dialogue », a-t-il dit en présence de Florian Karner, Représentant-résident KAS, pour qui les religieux ne sauraient rester en marge des nombreux défis auxquels le monde fait face.

David YALA

David YALA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte