Armée ivoirienne : Pourquoi Wattao et Chérif Ousmane ont été mutés, les confidences d’un officier


08/03/2019
Armée ivoirienne : Pourquoi Wattao et Chérif Ousmane ont été mutés, les confidences d’un officier
Les lieutenants colonel Issiaka Ouattara dit ''Wattao'' et Chérif Ousmane, promus colonel et sous-chef d'Etat major de l'armée de terre

Bien qu’ayant eu de la promotion dans leurs grades respectifs, les officiers de l’Armée, Chérif Ousmane et Issiaka Ouattara alias ‘’Wattao’’ ont été mutés de leurs postes initiaux. Un changement qui fait couler de l’encre et de la salive.

 

La mutation de Wattao et de Chérif Ousmane de leurs postes respectifs cache-t-il un malaise dans l’Armée ivoirienne ? Le président de la République, Alassane Ouattara aurait-il opéré les grands changements à la tête des commandements militaires pour régler un problème ? On pourrait répondre à l’affirmative en partie. Car, il s’agit de bien faire valoir les droits à des avancements au niveau de la grande muette. Les promotions saisonnières sont une coutume dans l’Armée où régulièrement les hommes en arme passent d’un échelon à un autre, selon les niveaux, mais également les mérites des uns et des autres. En ce qui concerne les mutations, dont certains font couler salive et encre en ce moment, là aussi, il ne devrait pas avoir à redire.

Selon un officier militaire, expert en la matière, c’est une pratique tout à fait normale dans l’Armée que les grands commandements changent de visage sur un certain nombre d’années. Ces mouvements sont ce qui est normal et recommandé à la tête des casernes. « On ne peut pas rester indéfiniment à la tête d’un régiment. Dans le système français, le chef d’Etat-major ou les officiers qui commandent les bataillons ou des compagnies changent chaque 3 ou 4 ans. Comme c’est le même système qui est claqué en Côte d’Ivoire, donc c’est tout à fait normal qu’il y ait des mouvements à la tête des troupes comme c’est le cas. Quand on est à la tête d’un régiment, on ne peut pas commander indéfiniment », instruit notre expert.

Selon cet officier, le départ de Wattao de la tête de la Garde républicaine est une mutation normale, comme il en est du changement de poste de Chérif Ousmane. « Il ne se passe rien d’anormal », précise l’expert militaire.

Promu lieutenant-colonel en 2015, puis commandant en second de la Garde Républicaine, Issiaka Ouattara, alias Wattao a été propulsé à la tête de cette troupe depuis fin janvier 2017. A ce jour, il totalise 4 années de commandement au service de la Garde républicaine. Régiment d’où il part avec une nouvelle promotion au grade de colonel plein, mais surtout une affectation au poste de Sous-chef d’Etat-major de l’armée de terre comme son homologue Chérif Ousmane bénéficiant de la même promotion. Des mutations jugées normales et régulières, selon notre confidence, qui invite à n’en point s’alarmer.

F.D.BONY

Félix D. Bony

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2