Côte d’Ivoire : « Soro est en otage (…) Je plaide pour sa libération (…) Il s’est affaibli politiquement en sortant du RHDP », martèle Nassénéba Touré, Maire d’Odienné


L’ancienne conseillère à l’Assemblée Nationale, Coordinatrice Rhdp du département d’Odienné et présidente du mouvement de soutien ‘‘ AGC Ambi Kô ‘’, Nassenéba Touré

L’ancienne conseillère à l’Assemblée Nationale, Coordinatrice Rhdp du département d’Odienné et présidente du mouvement de soutien ‘‘ AGC Ambi Kô ‘’, Nassenéba Touré, fait l’objet de vives attaques de cyber activistes pro-soro avec pour chef de file l’ivoiro-camerounais Franklin Nyamsi. La réaction de la première magistrate de la commune d’Odienné ne s’est pas fait attendre sur Linfodrome.  

On observe des tirs groupés des pro-soro contre votre personne depuis votre récente sortie. Pouvez-vous revenir sur les circonstances des attaques des pro-Soro ?

Bien sûr.  J’ai accordé une interview, publiée le mardi 09 avril 2019, où j’ai fait le tour de l’actualité politique ivoirienne dans les médias en ma qualité de maire d’Odienné, coordinatrice Rhdp du département d’Odienné, présidente du mouvement proche du RHDP ‘ ‘AGC Ambi Kô’’. A cet effet, j’ai affirmé que le président de la république, S.E.M Alassane Ouattara réalise le deuxième miracle ivoirien. Ensuite, j’ai évoqué les motivations du soutien du Denguélé au premier ministre Amadou Gon Coulibaly à travers le mouvement ‘‘ AGC Ambi Kô’’, entres autres raisons pour sa fidélité au Président Alassane Ouattara, sa loyauté, sa rigueur, et le grand travail qu’il abat à la tête du gouvernement. En outre, nous avons abordé les questions de la vitalité du RHDP et des retraits du président Bédié et de Soro Guillaume de cette grande famille politique. C’est ce dernier point qui a déchainé les passions.

 Ne vous sentez-vous pas responsable de cette violence verbale des pro-soro contre vous et le régime Rhdp lorsque vous traitez le ‘‘Comité politique’’ de ‘‘ feu de paille’’ ?

Evidemment qu’en politique, après une sortie, il faut s’attendre aux interprétations plurielles des argumentations. Mais dans ce cas précis, au lieu de débat empreint de courtoisie, des personnes se réclamant proches du frère Guillaume Soro, sont descendues dans la boue. Elles se sont particulièrement illustrées par le déclenchement d’une avalanche d’injures contre ma personne. Non sans mettre en crise mes capacités intellectuelles et professionnelles. Des attaques grossières, et de la méchanceté gratuite qui n’honorent pas leurs auteurs.

 Pensez-vous vraiment que ces attaques ne se justifient pas ?

 Mais d’où provient le fait qu’une simple interview que j’ai accordée à des journaux ivoiriens déclenche tant de méchanceté gratuite dans le sillage de mon frère Guillaume Soro ? Ce que je puis dire, c’est que je me contenterai de rester sur le terrain du débat politique, puisque c’est de cela, qu’il s’agit. A ces agitateurs, je voudrais vous dire qu’on peut de la politique sainement. Les gens manquent d’arguments pour convaincre. Ils pensent qu’il faut passer par la voie de la violence pour s’imposer. Mais que non. A ces philosophes des temps nouveaux, qui arnaquent les gens par un verbiage creux sur les réseaux sociaux, ils gagneraient à être sages. Selon moi, l’utilisation de clichés mensongers et la stigmatisation pour espérer complexer un adversaire politique est le signe d’un aveu d’impuissance. Je voudrais dire ceci à tous ces agitateurs sur les réseaux sociaux, notamment à monsieur Franklin Nyamsi, qui offert un spectacle de terne qualité par une vidéo en m’attaquant vertement : faire des réseaux sociaux un vase à répandre votre bile, est contre productif. Ce n’est pas de cette manière, que vous allez sauver le frère Guillaume Soro que vous tenez en otage. Je plaide pour sa libération.

 N’était-ce pas trop osé de traiter ‘‘le comité politique de feu de paille’’?

 Honnêtement ma déclaration à propos du Comité politique, en affirmant que, c’est un feu de paille, est le reflet de l’opinion ivoirienne. Il faut être aveugle pour ne pas voir. Le Cp ne repose sur aucune base solide. Point n’est besoin de faire trop de dissertation pour comprendre, que le Cp n’est qu’un épiphénomène. Et la réaction incontrôlée des pseudos conseillers proches du frère Guillaume est assimilable simplement à une panique, à une débandade. C’est eux, qui ont mis le frère Guillaume Soro dans cette situation. Ils sont aujourd’hui impuissants face à la situation qu’ils ont fortement contribué à créer. Au vu de la baisse de la côte de popularité du frère Guillaume Soro, après son départ du Rdhp, ils ont conscience que tout leur échappe. Parce que la courbe de la parabole qui était ascendante lorsque Guillaume Soro était encore au Rhdp, amorce une chute trop rapide, quand il a rompu avec la majorité présidentielle. C’est l’amère réalité qu’ils sont entrain de vivre. Ils ne s’attendaient certainement pas à vivre aussi tôt cette situation. C’est la vérité, et ça fait mal. Mais au Rhdp, on n’est pour rien. Là où, ils ont caché longtemps les choses dans l’obscurité, il commence à faire jour. Par conséquent, j’appelle de tous mes vœux que tous ceux qui étaient au départ de la construction de cette grande famille politique qu’est le Rhdp, et qui se sont retirés, reviennent, y compris Guillaume Soro.

 Pensez-vous que cela est encore possible ?

 Je le répète. Le frère Guillaume Soro s’est inutilement mis seul en danger de mort politique. Il jouissait d’une force au Rhdp. Sur conseils de son entourage, il en est sorti. Le constat est là. Il s’est affaibli politiquement.

 Quels commentaires faites-vous de la tournée entreprise par Guillaume Soro dans le nord du pays pour, dit-il, toucher du doigt les difficultés des populations dans le pays profond ?

 En fait, c’est une stratégie de charme pour espérer conquérir le cœur des ivoiriens, après plusieurs années à rester sourds aux cris des pauvres. Certes, je ne voudrais pas verser dans certaines polémiques, mais je voudrais partager la réflexion de tous les ivoiriens sur ce réveil soudain de mon frère Guillaume Soro. C’est connu. Le frère Guillaume Soro est déjà en campagne pour la présidentielle de 2020. Mais le frère Guillaume Soro fut ministre, premier ministre, et président de l’Assemblée Nationale pendant huit années, c’est maintenant qu’il se révèle l’âme d’un examinateur de la souffrance des ivoiriens, là où le président Alassane Ouattara est à la tâche depuis des années. Parce que, c’est au pied du mur qu’on voit le vrai maçon. Je suis maire d’Odienné. Contrairement aux clichés présentés par l’équipe du frère Soro, la commune d’Odienné que j’ai l’insigne honneur de diriger est entrain de sortir de sa longue léthargie occasionnée par plusieurs années de crise. En 2014, notre commune a été honorée par un prix d’excellence. C’est la preuve, que nous travaillons.

 Vous étiez annoncée aux USA pour des activités, de quoi s’agit-il ?

 En effet. J’y étais pour représenter le premier ministre Amadou Gon Coulibaly, à une cérémonie d’hommage au président de la république, Alassane Ouattara le 14 avril 2019, organisée par la diaspora, dont il est le patron. Par ailleurs, dans mon agenda, il est prévu une série de conférences en anglais pour parler du leadership avéré du président Alassane Ouattara, qui en moins d’une décennie d’exercice du pouvoir, opère un embelli de croissance extraordinaire. En témoigne le taux de croissance estimé à 8 %.  

David YALA avec Sercom

David YALA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte