Election d’Amadou Soumahoro à la tête de l’Apf : Le camp Soro en colère, les graves révélations d’un député Ivoirien sur cette élection

Bassatigui Fofana (député) : « Je suis vraiment peiné »
10/07/2019
Election d’Amadou Soumahoro à la tête de l’Apf : Le camp Soro en colère, les graves révélations d’un député Ivoirien sur cette élection
Le député Bassatigui Fofana, chargé de mission Afrique dans le bureau sortant de l’Apf dénonce ‘’un coup d’Etat’’ contre Guillaume Soro.

Amadou Soumahoro, actuel président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, sans grande surprise vient d’être porté à la tête de l’Assemblée parlementaire francophone (Apf) au terme de la 45ème Assemblée qui s’est tenue à Abidjan-Cocody.

Au lendemain de cette élection, de vives voix s’élèvent et non des moindres pour dénoncer un coup d’Etat. Alors que le camp Guillaume Soro espérait avoir la présidence de cette institution, il sera très vite débouté. En effet, la candidature de Guillaume Soro, ex-président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire déposée au mois de février dernier, auprès du président sortant de l’Apf, François Paradis  sera très vite rejetée au détriment de la candidature de l’actuel chef du Parlement ivoirien, Amadou Soumahoro. De quoi créer des frustrations et susciter des réactions dans le camp Soro.

Dans une vidéo, postée sur la page Facebook de son mentor Guillaume Soro, le député Bassatigui Fofana, chargé de mission Afrique dans le bureau sortant de l’Apf dénonce ‘’un coup d’Etat’’ à l’endroit de Guillaume Soro. En effet, selon Bassatigui Fofana, le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Amadou Soumahoro, a été présenté au monde entier comme le nouveau président élu de l’Apf alors que la plénière du 09 juillet n’avait pas eu lieu. Le député pro-Soro en veut pour preuve, les propos tenus par Moustapha Niasse, président de l’Assemblée nationale du Sénégal au sortir d’une rencontre avec le président de la République, Alassane Ouattara. Rencontre à laquelle a pris part Amadou Soumahoro. « Après avoir expliqué sa gratitude, son amitié, son affection, et son attachement  au président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, le doyen Moustapha Niasse a dit : le président Amadou Soumahoro a été, à l’unanimité, élu président de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, non pas pour l’Afrique, mais au plan international.», révèle Bassitigui.

L’ex-chargé de mission Afrique de l’Apf explique que les propos du doyen Moustapha Niasse sont consécutifs à la rencontre en catimini du bureau de l’Apf qui s’est tenue le vendredi 04 juillet dernier, à Abidjan. Pour Bassatigui Fofana, cette rencontre n’avait pas pour but d’élire un président, mais de statuer certains postes à pouvoir. « Pourquoi s’est-on empressé pour annoncer que M. Amadou Soumahoro a été élu président de l’Apf alors que selon l’article 9.3.6, l’Assemblée plénière élit les membres du bureau avant la clôture de la session, le président, le 1er vice-président, les vice-présidents et le trésorier dans une perspective de rotation géographique des postes ? J’ai été surpris par une telle déclaration (celle de M. Niasse Ndlr) puisque je sais que l’article 10.1 des statuts de l’Apf indiquent que le bureau se compose de 12 à 18 membres élus émanant des sections membres dont le président, le 1er vice-président, les vice-présidents et le trésorier. Leur mandat se termine à la fin de la deuxième session suivant celle de leur élection.», a dit Bassatigui Fofana. Puis de poursuivre : « Je suis vraiment peiné de cette organisation importante qui se réclame vitrine de la démocratie à travers le monde, ait pu accéder à ce putsch ».

Outre ce fait, le député pro-Soro, a dans sa vidéo d’une trentaine de minute fait cas des divisions au sein de l’hémicycle ivoirien. Selon lui, c’est ce fait qui a engendré une faible mobilisation des députés ivoiriens à la 45ème session de l’Assemblée parlementaire francophone à Abidjan.

Faut-il, le rappeler, depuis le mardi 09 juillet 2019, Amadou Soumahoro est le nouvel homme fort de l’Apf. Il a été élu à l’unanimité, a-t-on appris de source officielle. Cependant, il devra de sitôt descendre de son pied d’estale pour faire face aux députés de l’opposition ivoirienne, qui loin des bruits de l’Apf l’attendent de pied ferme. En effet, ces députés rassemblés au sein des trois groupes parlementaires que sont Pdci-Rda, Rassemblement et Vox Populi n’entendent pas de sitôt fléchir sur la question de la constitution du bureau de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire qui jusque-là constitue une pomme de discorde. Ces derniers viennent de lui faire parvenir un recours gracieux.

 

Maxime KOUADIO

                

1 | 2