Pourparlers Bédié-Gbagbo à Bruxelles : Voici ce qui coince, tout sur les manœuvres du sphinx de Daoukro pour former le front anti-Ouattara


10/07/2019
Pourparlers Bédié-Gbagbo à Bruxelles : Voici ce qui coince, tout sur les manœuvres du sphinx de Daoukro pour former le front anti-Ouattara
Le sphinx de Daoukro, en fin stratège oeuvre pour la formation d'un front anti-Ouattara.

Henri Konan Bédié, le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire-Rassemblement démocratique africain (Pdci-Rda) s’est envolé depuis le mardi 02 juillet 2019 pour Paris. Il sera rendra sauf changement de dernières heures à Bruxelles, la capitale la Belge avant la fin de la semaine pour entamer des négociations avec l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo en vue de former un front commun pour contrer le navire présidentiel, le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp).

La tension semble de plus en plus monter dans le camp du Pdci-Rda à l’approche du scrutin présidentiel d’octobre 2020 qui est en quête d’allié politique, à l’instar de celui qu’il a constitué avec la défunte formation politique, le Rassemblement des républicains. (Rdr) pour contrer Laurent Gbagbo lors du scrutin présidentiel de 2010. Henri Konan Bédié rencontrera Gbagbo Laurent cette semaine pour finaliser l’alliance. Une rencontre qui à en croire le confrère La lettre du continent dans sa parution du 10 juillet 2019 doit prendre en compte l’ex-président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, en rupture de ban depuis peu avec son mentor Alassane Ouattara.

En effet, selon La lettre du Continent, la volonté du sphinx de Daoukro d’inscrire Guillaume Soro au sein de cette alliance pourrait constituer une entrave à la formation du Front uni de l’opposition tant souhaité par le président Bédié. Car selon le confrère, le président Laurent Gbagbo n’aurait pas encore digéré la trahison dont il a été l’objet par son ex-premier ministre Guillaume Soro. Le sphinx de Daoukro entend donc œuvrer pour concilier les deux hommes qui ne se sont plus parlé depuis huit (08) ans. « A l’issue de l’élection présidentielle de 2010, Soro, alors premier ministre de Laurent Gbagbo, avait en effet reconnu la victoire d’Alassane Ouattara, qui l’avait en retour confirmé dans ses fonctions à la Primature. Une trahison que n’a toujours pas digérée Laurent Gbagbo, qu’Henri Konan Bédié espère amener à changer d’avis pour faire barrage au candidat de Ouattara en 2020.», révèle La lettre du continent.

 

Maxime KOUADIO

1 | 2