Présidentielle 2020 : Alain Lobognon exige la réforme de la CEI et la gratuité de la CNI, ce qu’il dit du Rhdp d’Alassane Ouattara

Alain Lobognon : « La Côte d’Ivoire a besoin de changement. »
18/08/2019
Présidentielle 2020 : Alain Lobognon exige la réforme de la CEI et la gratuité de la CNI, ce qu’il dit du Rhdp d’Alassane Ouattara
Pour Alain Lobognon, une élection se gagne à la Commission électorale indépendante

C’est un Alain Lobognon, confiant en une Côte d’Ivoire nouvelle sans le president de la République Alassane Ouattara qui s’est exprimié le samedi 17 août 2019 à la place Laurent Gbagbo de Port-Bouët pour exiger la réforme de la Commission électorale indépendante (Cei) et la gratuité de la Carte nationale d’identité (Cni).

Alors que le president de la République Alassane Ouattara a promulgué la loi portant réforme de la Cei le 05 août dernier, car la jugeant conforme aux recommandations de la Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples, Alain Lobognon, lui pense que le gouvernement ivoirien est passé à coté de la plaque. En effet, selon le député de Fresco, cette loi est en déphasage avec les recommendations de la Cour Africaine. Mieux, il estime qu’elle est non consensuelle. « La loi qui a été promulguée par le président de la République le 05 août dernier n’est pas une loi consensuelle parce qu’au sein de l’Assemblée nationale, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire n’était pas d’accord, les députés de Vox populi ont dit non, les députés proches de Guillaume Soro ont dit non. Il n’y a qu’un seul groupe qui a dit oui, c’est le Rhdp. La loi promulguée par le président du Rhdp n’est pas une loi consensuelle. La Cour africaine des Droits de l’Homme a demandé à la Côte d’Ivoire de reformer la Cei. La Cour a demandé à la Côte d’Ivoire de sortir de la Cei tous les partis politiques. C’est ce que le groupe parlementaire Rassemblement a demandé pour qu’elle soit équilibrée. », a dit Alain Lobognon. Qui demeure persuadé qu’une Commission électorale indépendante ne contenant pas de membres de formations politiques est la seule alternative pour la Côte d’Ivoire d’éviter d’éventuelles crises.

« L’erreur que nous avons commise par le passé, c’était de voir les responsables de partis politiques présents au sein de la Cei. Réconcilions-nous avec la vérité en demandant aux responsables du Rhdp de reprendre cette loi. Aucune élection à partir de maintenant ne doit provoquer des morts, des dégâts. », a laissé entendre Alain Lobognon. S’adressant au navire présidentiel, le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) qui estime qu’une élection ne se gagne que sur le terrain et non à la Commission électorale indépendante, Alain Lobognon, a indiqué qu’une élection se gagne à la Cei. Il en veut pour preuve, le premier tour du scrutin municipal dans la commune de Port-Bouët, qui selon lui, a consacré la victoire du candidat du Pdci et qui par la suite a été invalidée par la Cei. « On entend certains dire que ce n’est pas à la Cei que se gagne une élection. A Port-Bouët, le maire, candidat du Pdci avait gagné l’élection. Au moment du dépouillement, la Cei a pris les résultats pour aller les annuler ailleurs. Donc les élections se gagnent à la Cei. Nous demandons au Rhdp d’accepter la vérité. Mettons en place une Cei composée exclusivement de représentants de la société civile et allons aux élections. Allons aux élections avec les mêmes chances, avec une liste électorale où il ne figure que des Ivoiriens.», a martelé l’ancien ministre des Sports.

CNI

Outre cette question de la Cei, le vice-président du Mouvement pour la promotion des valeurs nouvelles en Côte d’Ivoire (Mvci) s’est prononcé sur l’opération de renouvellement de la Carte nationale d’identité (Cni) dont le montant est fixé à 5.000 Fcfa. Nostalgique de l’ère Gbagbo, Alain Lobognon a exigé de l’Etat de Côte d’Ivoire la gratuité de cette opération comme ce fut le cas à la veille du scrutin présidentiel d’octobre 2010. « Le 11 août 98 sur cette place (place Laurent Gbagbo), ceux qui sont au Rhdp avaient demandé la fin de la caporalisation de la Rti. Sur cette place, ils avaient demandé les forces de l’ordre républicaines. Hier, c’est-à-dire en 2000 et en 2010, ceux qui sont au Rhdp aujourd’hui, ont profité du travail de jeunes gens courageux pour imposer à la Côte d’Ivoire une Commission électorale indépendante. Hier, ceux qui sont au Rhdp ont obtenu des Cni gratuites, financées par l’Etat de Côte d’Ivoire, financées par le contribuable ivoirien. Réconcilions-nous avec la vérité. Les cartes nationales de 2010 n’ont pas été financées par l’Union européenne. Elles ont été financées par chaque Ivoirien. En 2010, la Cei n’était pas aux mains de la majorité au pouvoir, mais de l’opposition. », a signifié Alain Lobognon. Puis de poursuivre : « Les députés ont demandé au gouvernement de financer la Cni en lieu et place des Ivoiriens. Dans un parti politique où on distribue pagne, du pain, de l’huile, on distribue 2000 Fcfa, est ce que c’est difficile pour la Côte d’Ivoire de financer 5000 Fcfa pour chaque ivoirien ? Les députés de l’opposition ont demandé que le gouvernement paye les 5000 Fcfa. Notre pays a besoin de changement. ».

Constitution

S’agissant de la modification de la Constitution annoncée à la veille de la célébration du 59ème anniverssaire de la Côte d’Ivoire par le président Alassane Ouattara, alors qu’il accordait une interview à la chaîne nationale, la Radiodiffussion télévison ivoirienne (Rti), Alain Lobognon, en homme averti proteste vivement contre cette décision du chef de l’Etat. « Nous disons non ! La Constitution ne sera pas modifiée. L’Assemblée nationale et le Sénat ne peuvent pas modifier la Constitution. », a martelé Alain Lobognon, avant de proposer ses recettes miracles pour sortir le pays de la crise. « Pour sortir la Côte d’Ivoire de crise, il faut régler la question de la Constitution. La constitution doit être juste. La Cei indépendante, La Cni gratuite. La Cni n’est pas un kilo de riz qu’on peut acheter à la boutique, n’est pas une boîte de sardine qu’on peut acheter pour distribuer à ses militants, c’est un droit pour chaque Ivoirien et l’Etat de Côte d’Ivoire a le devoir de donner une Carte nationale d’identité à chaque Ivoirien. », a fait savoir ce proche collaborateur de Guillaume Soro, visiblement très remonté contre le pouvoir Ouattara.

Maxime KOUADIO

Previous ◁ | ▷ Next
 

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte